J’écris ces premières lignes de mon compte rendu de mon voyage au Népal assis à une table du petit bar Seferi de l’aéroport d’Istanbul. Mon second vol de la journée est prévu pour 20h45, j’ai donc le temps de me reposer et de déplier mes jambes! Un vrai bonheur après 3h00 de vol les jambes recroquevillées contre mon siège lors du vol Lyon – Istanbul. Le premier acte de ce long voyage s’est très bien passé, nous avons décollé de Lyon en début d’après-midi avec une petite heure de retard sur l’horaire prévue initialement. Mon avion de la Turkish-Airlines s’est posé vers 16h10 sur les pistes d’atterrissages du gigantesque aérport d’Istanbul Ataturk.

Vendredi 27 octobre 2017, 17h42. Jour 1 

Départ d’Albertville pour l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry. Vol Lyon – Istanbul.

En cherchant dans le terminal un petit bar sympathique où je pourrai prendre un petit café, je me suis rendu compte de la grandeur de l’aéroport d’Istanbul. En 2016, avec 63 millions de passagers, Ataturk Aéroport était le 14ème aéroport le plus fréquenté de la planète, ce qui explique ce flux impressionnant. Des voyageurs arpentent à toute vitesse le terminal d’embarquement, à la recherche de leur « Boarding Gate ». La flotte des  avions de la Turkish Airlines est-elle aussi très impressionnante. Des dizaines d’avions logotés avec le symbole de la compagnie aérienne nationale de la Turquie sont garés, prêts à embarquer de nouveaux passagers ou en train d’être ravitaillés en nourriture et en essence.

Quel bonheur d’être ici… Une grande et belle aventure a débuté ce matin à 5h15, heure à laquelle mon père est venu me récupérer pour m’emmener à l’aéroport de Lyon Saint-Saint-Exupéry. Pour ce voyage, je ne serai pas seul, et heureusement. Ma mère sera avec moi pendant ces 3 semaines en Asie du Sud, ainsi que ma tante Cécile, mon oncle Jean-Pierre, notre amie Chantal, notre ami Kiki, Annick ma voisine et Yves son copain. Notre voyage? Le Népal bien évidemment, et son somptueux et légendaire massif de l’Himalaya. Nous allons faire sur place un trek, le tour du sommet du Manaslu, 8ème plus haut sommet du monde culminant à 8163m d’altitude. C’est un rêve que je réalise puisque je souhaite partir au Népal depuis des années! Pour les aventuriers et pour les montagnards, le Népal et ses montagnes représentent le rêve, la grandeur de la nature, l’aventure, la vie tout simplement. Après le Kilimandjaro en 2011 et l’Aconcagua en 2013, le Népal est ma troisième grande expédition en montagne à travers le monde… Je ne compte bien évidemment pas mes vacances « montagnes » comme mon séjour sur l’Archipel des Açores (sommet du Pico), mon « trip » sur les îles Canaries (sommet du Teide) et ma traversée de l’Irlande et de l’Irlande du Nord comme des expéditions en montagne.

L’Himalaya… Ses sommets, ses paysages à couper le souffle, ses montagnes légendaires, ses habitants… Tant de choses qui me font rêver et que je vais bientôt découvrir. Le Trek du Manaslu n’est pas un circuit difficile, le point culminant de ce périple étant un col au pied du Manaslu, situé à 5145 m d’altitude (le col du Larkyala PASS). Nous allons faire pendant près de 8 jours une longue et importante acclimatation avant de commencer notre montée en altitude.

18h15: je relève la tête et pose mon crayon… La nuit est tombée sur Ataturk, des millions de petites lumières éclairent les avions, les voitures, et les pistes de décollage et d’atterrissage de l’aéroport d’Istanbul. Le départ de mon second vol se rapproche, j’ai hâte d’arriver sur Katmandou demain matin et de retrouver ma tante Cécile déjà sur place depuis 3 semaines, puis les autres membres de la troupe. Ayant réservé mon billet plus tard que les autres, je ne fais pas le même vol qu’eux. Je les retrouverai donc dans la capitale Népalaise avant de partir pour les hautes montagnes de l’Himalaya. L’aventure s’accélère, l’aventure continue.

Samedi 28 octobre 2017, 20h00. Jour 2 

Vol Istanbul – Katmandou. Arrivée à Katmandou le matin. L’après-midi nous avons récupéré notre hôtel et nous nous sommes baladés dans Thamel.

Enfin, je ne suis plus seul. Après un voyage assez long et un dernier vol Istanbul-Katmandou très fatigant, je me suis posé vers 7h du matin à l’aéroport international de Katmandou. Je n’ai pas réussi à dormir, mais j’ai regardé plusieurs films sur la télé de mon siège de l’avion. Tant pis, maintenant, je suis au Népal! J’ai fait la queue pendant 30 minutes pour récupérer mon visa (prix 37€) et je suis arrivé dans le hall d’arrivée de l’aéroport Tribhuvan International. S’en est suivi une longue attente, très longue attente de mes compères de voyage qui sont arrivés à 12h30 après un dernier vol Bangkok – Katmandou.

Nous avons récupéré nos chambres d’hôtels dans le milieu de l’après-midi, dans un charmant établissement du quartier de Thamel. Nous étions tous très fatigué mais très heureux d’être ici. Vers 17h, nous sommes partis avec Bamboué visiter les alentours de notre hôtel. Les premiers pas dans la capitale Népalaise ont été… saisissants! Katmandou est une ville hallucinante. Cette ville me fait penser à New-York, en 10 fois plus sale et 10 fois plus bruyante. Les artères des rues commerçantes sont remplies de petits magasins en tous genres… magasins d’articles de montagne, épiceries, magasins de peintures et de tableaux… J’ai aperçu 2 singes sur des poteaux électriques, c’est dingue!

Les rues du quartier de Thamel sont pleines à craquer, les locaux conduisent voitures et scooters à toute allure, à toute vitesse et à grand coup de klaxon. Mais étonnement, aucun accident et très peu d’accrochage. L’ambiance de Katmandou est enivrante, mélange de musique, de chants et de drapeaux de prières par milliers à tous les coins de rues. J’ai été bluffé par le système électrique de la ville… Des immenses nœuds sont installés sur des poteaux en bois, et certains fils sont à même le sol dans l’eau. C’est hallucinant! Seul gros hic: une pollution énorme, et de la saleté à tous les coins de rues. Plusieurs touristes et de nombreux Népalais se baladent avec des masques antipollution. Moi, j’ai installé mon bandana contre ma bouche pour ne pas tomber malade. Mes lunettes sont remplies de poussières, c’est fou. Il faut dire que de nombreuses rues ne sont pas goudronnées, et sont en terre. Alors forcément, quand une voiture passe…

Le soir, nous avons fait un excellent restaurant en plein cœur de Katmandou. Bières et plats locaux au programme… J’ai mangé une dernière fois avant au moins 15 jours de la viande, qui a été excellente. Vers 20h00, les rues de la capitale Népalaises étaient toujours aussi agitées. Nous avons croisés de nombreux trekkeurs, en partance ou de retour des plus hautes montagnes du monde. Nous avons prévu 2 jours à la fin du trek, le mercredi et le jeudi, pour visiter Katmandou et ses alentours. Je vous en livrerai ses secrets, ses bonnes adresses et je vous en ferai un compte rendu.

20h30: il est l’heure d’aller se coucher. Demain matin, le réveil sonnera à 5h30 pour une journée « voyage en bus » à travers la périphérie de Katmandou, les immenses rizières du Manaslu et la montée vers le village de Barpak, étape n°1 de notre périple. Les bagages sont prêts, nous sommes parés pour l’aventure. Les jambes sont affûtées, et les têtes de chacun sont déjà dans les montagnes de l’Himalaya… À très vite.