Il faut de toute urgence que je trouve un câble de recharge pour mon iPhone ! Le mien ne charge plus et si je veux continuer mon « projet Sommets 96 » dans la région Grand Est (descriptif complet du projet en lien), je dois trouver un nouveau câble ! Et oui, un geek comme moi est rapidement perdu sans son téléphone !

Actuellement sur le plateau du Champ du Feu dans le département du Bas-Rhin, où je viens de faire une très belle randonnée (récit complet ici), je prends la direction de Strasbourg et de la plaine à la recherche donc, d’un nouveau câble. Il m’en faut un quoi qu’il arrive, sinon il sera impossible pour moi de rejoindre Vexaincourt, situé au pied du sommet du Roc du Taurupt (alt 731m) et lieu de départ de ma seconde randonné de la journée !

Le sommet du Roc du Taurupt en boucle depuis Vexaincourt, plus haut point de la Meurthe-et-Moselle

Nom du sommet: le Roc du Taurupt.
Département & Région: Meurthe-et-Moselle (54), région Grand Est.
Altitude mesurée au sommet: 1099m, +/- 6 mètres.
Coordonnées précises GNSS du sommet: N 48.509232° E 7.047411°
Massif: Vosges.
Versant d’ascension: depuis le village de Vexaincourt donc versant Sud, puis versant Est depuis le Col du Taurupt.
Accès départ: le rendez-vous est donné dans le petit village de Vexaincourt, situé dans le massif des Vosges, à la frontière du département de la Meurthe-et-Moselle. Je me suis garé à l’extérieur du village, sur un grand parking prévu pour les randonneurs.
Itinéraire d’ascension: départ du village de Vexaincourt (alt 368m) – Prendre la route goudronnée partant en direction du hameau du Taurupt – Abri du Taurupt – Col du Taurupt (alt 676m) – Sommet du Roc du Taurupt (alt 688m) – Lieu dit « Haut de Chaumont » – Passage dans le Bois du Ban le Moine – Passage par la Basse de Chaumont – Retour à Vexaincourt.

En: mode trail-running…
Carte IGN: TOP 25 référence 3616 OT.
Longueur/dénivelé +: j’ai fait une somptueuse randonnée de 10 kilomètres avec 390m de dénivelé positif et négatif.
Chrono aller-retour: 2h07 minutes de course…
Météo: temps moyen mais pas de pluie.
Date: mercredi 19 février 2020, l’après-midi.
L’équipe du jour: seul avec mon casque de musique.

La recherche d’un nouveau câble d’iPhone continue (rires). C’est dans ces moments que je me rends compte que je suis vite perdu sans portable! Mais entre les applications randonnées (iPhigenie et autres), l’application mobile pour gérer mon GPS inReach, l’application GPS pour ma voiture et l’application de réservation pour les chambres d’hôtel (Booking), mon téléphone est une mine de logiciels! J’ai acheté récemment une batterie externe de 10 000 milli-ampères très compact et très légère, qui me permet d’avoir de l’énergie à n’importe quel moment dans une randonnée, si jamais mon portable n’a plus de batterie! Mais cette fois-ci, c’est mon câble de téléphone qui pose problème, je ne peux donc plus le recharger.

D’après le souvenir que j’avais d’une carte Michelin de la zone, la commune de Vexaincourt doit se situer en direction de Strasbourg. Je quitte le plateau du Champ du Feu (en me promettant d‘y revenir un jour) et je prends la direction de la plaine. 30 minutes plus tard à peu près, je tombe avec un peu de chance sur un grand Super U! Parfait pour acheter un nouveau câble!

Mon téléphone est à nouveau rechargé, je me connecte sur la position de Vexaincourt, situé d’après mon application mobile de navigation pour voiture à 45 minutes de l’endroit où je me trouve. Je passe devant le très beau Col du Donon (où je reviendrai demain) puis devant le « monument des Passeurs ». Je traverse les villages de Raon-sur-Plaine et de Luvigny puis arrive finalement à Vexaincourt. J’enfile mes chaussures, déclenche mes GPS, direction le Roc du Taurupt. Ayant bien étudié l’itinéraire avant de partir, je rejoins rapidement le hameau du Taurupt (les habitants ici doivent vivre dans le calme 😉 ) puis j’entre dans la splendide foret du Taurupt. Le décor est merveilleux, totalement différent de ce matin. Je marche dans une forêt splendide, avec des arbres tous plus grands les uns que les autres.

Je dépasse l’abri du taurupt puis file en direction du Col du Taurupt. Voulant gagner du temps, je décide de quitter les grands lacets de la forêt du Taurupt puis de couper à travers pente. J’encape une partie vraiment raide, en mode hors sentiers, en poussant fort sur mes bâtons. J’en bave et je respire fort. Mais l’avantage est immédiat, mon altimètre s’envole. Un moment plus tard, je tombe pile devant le Col du Taurupt, à alt 688m. Au Col, je prends la direction de l’Ouest en empruntant un petit sentier. J’arrive sur le grand plateau du Roc du Taurupt.

Je regarde mes notes. D’après ce que j’ai écris lors de recherches il y a quelques mois, le Taurupt est un grand plateau culminant à 731 mètres d’altitude. Il ne devrait pas y avoir de point facilement identifiable et plus haut que les autres. Au sommet d’un sentier, sur ce qui est surement le plateau sommital, je sors mon Inreach. 728m, 726m, 730m, et enfin, 731m aux coordonnées GNSS N 48.509232° E 7.047411°

TOP, je suis au sommet du Roc du Taurupt, point culminant du département de la Meurthe-et-Moselle et je suis conforme avec ce qui est annoncé par l’IGN. Et de 22/96 pour mon projet « Sommets 96 ». 22 points culminants de départements réussis à travers la France, c’est vraiment bien ! Je me fais un panorama à 360° et je ne parviens pas à l’œil nu à voir un point plus haut que les autres. D’ailleurs, en marchant sur 120 mètres de distance environ, l’altimètre de mon GPS ne bouge pas, tout est donc ok.

Après un bon moment au sommet, je débute ma descente. La nuit ne va pas tarder. Je prends la direction du lieu-dit « Haut de Chaumont », continue ma descente dans le « Bois du Ban le Moine », puis termine mon circuit en traversant la Basse de Chaumont. Le chemin du retour s’est très bien passé et s’est fait rapidement. J’ai pu allonger mes grandes jambes sur une piste forestière large et roulante, puis sur un sentier plus étroit mais tout de même très roulant. Le sentier de retour à Vexaincourt est très bien fléché, merci le club Vosgien  !

À Vexaincourt, en avance sur mes prévisions, je fais même un petit circuit dans le village. Certains habitants me regardent avec curiosité, ils ne doivent pas voir des randonneurs tous les jours en hiver. C’est très fatigué, qu’au bout de 2 heures de temps, j’arrête mon GPS et suis de retour à ma voiture. Je débute, tranquillement, un 1/4 d’heure d’étirements. Quelle journée de dingue, entre le Champ du Feu ce matin et le Roc du Taurupt cette après-midi, je me suis régalé. Direction maintenant Saint-Dié-Des-Vosges, pour une nuit de récupération. Demain matin, je viendrai tôt ici, pour cette fois-ci grimper le Mont Grossmann, depuis le Col du Doron. Mon projet S 96 touche à sa fin en région Alsace-Lorraine…