Peu connu, peu fréquenté, difficile d’accès, le Roignais est pourtant un sommet mythique. Culminant à 2995 mètres d’altitude, le Roignais est le point culminant du massif du Beaufortain, massif montagneux situé à cheval sur la Savoie et la Haute-Savoie. Au mois de septembre 2018, j’ai eu la chance de faire son ascension avec mon père, par l’itinéraire du couloir Nord-Est. Une superbe sortie randonnée, dans un environnement difficile, hostile et aérien. Récit.

Le point culminant du Beaufortain: le Roignais (alt 2995m) par le couloir Nord-Est

Date: 10 septembre 2018.
Durée: 2h09 de montée et 1h31 de descente. 3h40 de randonnée au total.
Météo: grand soleil. Températures aux normales de saison.
Dénivelé: à la montée, 1000m+ et à la descente 995m-. Nous avons fait à la montée 2.10 kilomètres et à la descente 2.42 kilomètres, soit une rando à 4.52 kilomètres aller/retour.
L’équipe du jour: mon père et moi!
Massif: Beaufortain, département Savoie. Le Roignais est le point culminant du massif du Beaufortain.
Itinéraire d’ascension: départ au ruisseau du Nant Blanc (alt 1970m) – Moraine du Roignais – Cascade du Nant Blanc – Cirque de la Platte (alt 2580m) – Couloir Nord Est du Roignais – Collet du Roignais (alt 2865m) – Sommet du Roignais (alt 2995m).
Carte IGN: TOP 25 référence 3532 OT et 3532 ET.
Accès départ: depuis Bourg-St-Maurice, prendre la route du Cormet de Roselend. Au bout de 2 kilomètres environ, au village du Châtelard (alt 940m), prendre à gauche en direction des « Echines Dessous« , « Echines Dessus » et « Maisonnettes« . Au hameau des Maisonnettes (alt 1065m), continuer votre route jusqu’au hameau des « Echines Dessous« . Puis, prendre la direction de « Echines Dessus« , « Lancevard« , « Céré » et du « Fort de la Platte« . Au bout de quelques kilomètres, vous arriverez au lieu-dit « La Croix » à 1610m d’altitude. Prendre toujours et encore la direction de « Céré« . Attention, au croisement du Fort de la Platte, tourner à gauche. Ne pas prendre la direction du fort! La route goudronnée s’arrête, la piste forestière débute (pendant presque 4 kilomètres). Vous passerez devant la fameuse ferme « Ceré ». Le parking final se situe encore 2 kilomètres plus haut, lorsque vous tomberez face au ruisseau du Nant Blanc. Note: les 4 derniers kilomètres sur route non carrossables sont en mauvais états. 4×4 obligatoire…

Quel long chemin d’accès pour rejoindre le départ de la randonnée du Roignais! Près de 45 minutes de 4×4 depuis Bourg-St-Maurice, pour se garer finalement le long du ruisseau du Nant Blanc. Nous allons nous régaler, le ciel est d’un bleu éclatant. Le Roignais, sur notre gauche, est pour le moment dans les nuages. Je suis très heureux d’être ici et je regarde le Roignais avec envie. Cela faisait plusieurs mois que je voulais réussir le point culminant du Beaufortain, alors aujourd’hui, il faudra être costaud.

Je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations sur l’itinéraire Nord-Est du Roignais. Le chemin d’accès est pénible, il n’existe pas de sentier de randonnée et la fin de l’itinéraire est aérien. Vous ne verrez aucun panneaux altimétriques, ni aucunes bornes. Ambiance ambiance 😉

Vers 8h30, nous sommes prêts à partir. Je déclenche mon chrono. La première partie de la montée consiste à longer sur la droite le ruisseau du Nant Blanc. La vue est superbe, l’ambiance géniale. Rapidement, nous trouvons un petit sentier remontant toute la moraine jusqu’à la cascade du Nant Blanc. Au-dessus de nous, un patou monte la garde, en plein milieu d’un grand troupeau de moutons. Le sentier de montée grimpe fort, très fort. Mon cœur bat à toute allure.

Après une petite heure de randonnée, nous arrivons en plein cœur du cirque de la Platte (alt 2580m). Ce cirque est très impressionnant, de grands sommets et de grandes falaises encerclent le cirque de la Platte. L’hiver, le manteau neigeux dans le cirque doit être instable et très dangereux. Après une petite pause, il temps de se remettre en marche. Et une chose est sure, les choses sérieuses commencent! Jusqu’à cet instant, le sentier était raide mais très tranquille. Maintenant, il est temps de grimper le couloir Nord-Est! 

Le couloir Nord-Est du Roignais est un grand pierrier, très raide et assez dangereux. Attention aux chutes de pierres… Un petit sentier remonte l’ensemble du couloir (depuis le bas, sur la droite), mais n’est pas visible à chaque instant. Je vous conseille des bâtons pour remonter ce couloir, cela vous facilitera grandement la vie. Je sers les dents, le collet du Roignais se rapproche. Mes mollets me font mal. Je pose les mains plusieurs fois pour assurer quelques transitions et quelques passages. Mon père glisse à de nombreuses reprises, tout comme moi. Certains pierriers sont très instables, prudence! Des petites pierres roulent sous nos pieds. En hiver, au printemps et en automne, les crampons sont impératifs et obligatoires.

Finalement, après plusieurs efforts, nous arrivons au collet du Roignais à 2865 mètres d’altitude. Le sommet, sur la gauche, n’est plus très loin. La vue s’est ouverte sur le massif du Beaufortain. Vue royale sur la Pierra Menta… La suite de la montée est aérienne, mais moins dangereuse que le couloir. La partie finale est un mixte d’escalade et de marche. Je pose les mains à de nombreuses reprises; et derrière un gros rocher, nous arrivons enfin au sommet du Roignais! Le panneau en bois symbolisant le sommet est à terre, surement à cause du vent. La vue est splendide, je suis soulagé, la montée a été difficile. Je comprends pourquoi le Roignais n’est pas un sommet fréquenté 😉 Notre chrono de montée est de 2h09 minutes, et le dénivelé positif est de 1000m! Le fort de la Platte, au loin, à l’air gigantesque!

Après 15 minutes au sommet, il est temps de retourner à la voiture. La descente se fait par le même itinéraire que la montée, et est assez galère. Mais avec des bâtons, cela passe bien… Nous atteignons assez rapidement le collet, puis le cirque de la Platte! Je regarde le couloir Nord-Est, quel sacré passage! À éviter absolument pour les randonneurs non expérimentés. Dans le ciel, d’immenses vautours survolent le troupeau à toute vitesse. À la recherche d’un futur repas…

Nous recroisons les moutons et arrivons une heure plus tard à la voiture. Le Roignais, c’est fait! En hiver, ce sommet doit-être de l’alpinisme pur et dur. Merci papa de m’avoir emmené en randonnée, c’était top!