Durant le dernier week-end du mois de mars 2017, le Vieux Campeur organisait en partenariat avec le distributeur Annécien Nic Impex un ski test « ski de rando » sur la Commune de Sainte-Foy en Tarentaise. J’ai eu la chance d’y participer et de vivre 2 très belles journées entourées de mes collègues de boulot et de passionnés de montagne. Le lundi 26 mars, nous avons effectué une sortie skis aux pieds, pour tester les skis de la marque italienne SkiTrab de l’hiver 2017-2018. Nous avons fait l’ascension du sommet du Louprama, culminant à 2585m d’altitude dans le massif des Alpes Grées. Voici le compte rendu et les photos de cette superbe sortie.

Le sommet du Louprama se situe entre le sommet de l’Archeboc (3272m) et le sommet du Ruitor (3486m). La sortie ski de rando a durée presque 6 heures. Nous sommes partis des remontées mécaniques de la station de Sainte-Foy pour rejoindre le refuge du Ruitor, en passant par la célèbre crête de Montseti. Le point culminant de cette crête est le sommet du Louprama.

Sommet du Louprama (2585m), massif du Alpes Grées, Savoie

Date: 27 mars 2017.
Durée: 1h00 de montée depuis le Refuge de l’Archeboc jusqu’au sommet du Louprama. Au total, du départ des remontées mécaniques de Sainte-Foy jusqu’au parking d’arrivée, le temps d’effort est de presque 6 heures (avec une 1h de pause au refuge du Ruitor).
Météo: Grand beau temps, températures largement supérieures aux normales saisonnières.
Dénivelé: 680m de dénivelé positif du refuge de l’Archeboc au sommet du Louprama. Nous avons fait à la montée 2.58 kilomètres en 1 heure, soit une moyenne de 2.58 km/h.
Massif: Alpes Grées.
Accès départ: pour rejoindre le sommet du Louprama et la crête de Montseti, le plus simple et le plus rapide est de rejoindre en voiture le village de « La Savonne », puis de continuer en ski ou en marchant votre chemin jusqu’au refuge du Ruitor (2035m d’altitude). Au refuge, suivez la direction « Col de Montseti », clairement indiquée par les panneaux directionnels.

Il est également possible de rejoindre le sommet du Louprama depuis les remontées mécaniques de Sainte-Foy. C’est ce que nous avons fait. La rando est plus longue et les pentes sont plus exposées. Le chemin débute par une longue descente des pistes de la station, puis continue par un long hors-pistes jusqu’au refuge de l’Archeboc (2030m). Au refuge, l’ascension peut commencer.

Après une courte nuit dans le charmant hôtel du Monal situé à Sainte Foy en Tarentaise, nous prenons en ce lundi matin la direction de la station de ski de Sainte-Foy pour une journée ski test avec la marque de ski de rando SkiTrab. Cette sortie, comme la journée d’hier également, est organisée par  Nic Impex. Nic Impex, signifiant « Nicole import export » est une entreprise annécienne spécialisée dans la distribution des produits de ski et d’Outdoor depuis plus de 30 ans. Créée à l’origine pour distribuer la marque de peaux de randonnée CollTex, Nic Impex distribue aujourd’hui quelques-unes des plus grandes marques du marché du ski de rando: SkiTrab, Fritschi/Diamir, Coll Tex, ABS, Komperdell... Je vous ferai lors de mon prochain article, une présentation plus détaillée de cette entreprise que j’adore et ou les employés sont des passionnés de montagne et des pratiquants de sports en Outdoor!

Une fois arrivée à Sainte Foy, nous chaussons nos skis de rando et prenons la direction du premier télésiège de la journée, celui du « Grand Plan ». Quatre guides de Tignes et de Val d’Isère nous ont rejoint, nous serons donc très bien entourés. Le ciel est d’un bleu éclatant, nous allons pouvoir profiter du Soleil.

Au sommet du télésiège, nous bifurquons à gauche pour rejoindre quelques minutes plus tard un nouveau télésiège, celui de l’Arpettaz. Je découvre petit à petit la station de Sainte-Foy, que je ne connaissais pas. Après une belle piste rouge, nous embarquons sur le dernier télésiège de la journée, celui de la Marquise. En son sommet, nous allumons nos ARVA : la rando peut enfin commencer. Les guides nous demandent de nous diviser en 2 groupes. Une longue et belle descente débute…

Malheureusement, malgré un cadre idyllique et un grand soleil, la neige est horrible et très difficile à skier. Le gros coup de chaud de la veille a abîmé le manteau neigeux. La neige est ultra croûtée! Du plus loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais skié dans des conditions aussi difficiles! Je n’arrive pas à tenir debout, mes collègues chutent à de nombreuses reprises, sans gravité heureusement. Les guides nous conseillent de skier jambes serrées et sur l’avant des skis, ce qui n’est pas chose simple.

Malheureusement, au milieu de la descente ce qui devait arriver arriva. L’un de mes collègues du Vieux Campeur est à terre après une mauvaise chute. Son genou lui fait mal, les ligaments sont surement touchés. Les guides décident conjointement d’appeler l’hélico et le PGHM. Une dizaine de minutes plus tard,  l’EC 135 de la gendarmerie arrive sous le sommet de l’Archeboc. En 5 minutes maximum, mon collègue est chargé à l’intérieur de l’hélico: direction Bourg St Maurice pour des examens supplémentaires.

Nous allons désormais devoir faire preuve de grande prudence! Nous poursuivons notre descente et arrivons un moment plus tard au refuge de l’Archeboc à 2030m d’altitude. Nous installons nos peaux, la montée peut commencer. Pour info, le refuge de l’Archeboc est un refuge privé, gardé en période estivale uniquement. Sa capacité est de 40 couchages.

Je m’accroche dès le début de l’ascension à l’un des guides et aux représentants italiens de la marque Skitrab. Le rythme est fort, je sers les dents! Nous doublons à toute vitesse l’autre groupe composé de mes collègues du Vieux Campeur. Au bout de 30 minutes d’efforts, je suis lâché par la tête du groupe. Peu importe, nous ne faisons pas la course et nous sommes là pour nous amuser! Je calme le rythme et poursuis mon chemin seul et sans forcer.

J’arrive finalement sur la crête de Montseti après 1 heure de montée depuis le refuge de l’Archeboc. Je parcours la crête pour rejoindre son point culminant, dénommé le sommet du Louprama. La vue est incroyable, je suis époustouflé. Mes collègues du Vieux Campeur arrivent au fil des minutes et sont eux aussi ravi du panorama! Après une petite pause au sommet et plusieurs photos souvenirs, nous prenons le chemin de la descente pour rejoindre le refuge du Ruitor. C’est à cet endroit que le repas du midi nous attend. La neige est toujours aussi difficile à skier, je me concentre au maximum pour être le plus efficace possible. Après 35 minutes de descente environ, nous arrivons au refuge du Ruitor. Je suis très heureux d’être ici, j’ai entendu parler de ce refuge des centaines de fois!

Nous déchaussons nos skis et prenons la direction de l’intérieur du refuge. Le gardien nous a préparé des pâtes, nous sommes affamés. Nous commandons en apéro « La Bière du Ruitor », qui est excellente! L’ambiance est géniale, j’aimerai revenir ici cet été pour faire découvrir l’endroit à ma copine.

Après une petite demi-heure de pause, nous sommes obligés de reprendre notre chemin vers le village de Sainte-Foy. Mes collègues du Vieux Campeur de Paris ont leur train dans moins de 2 heures, le temps presse !

La descente sera longue et éprouvante, sous une chaleur écrasante. Nous porterons nos skis sur le dos pendant près de 40 minutes, avant de retrouver les fourgons nous ramenant sur « La Savonne » et sur « Sainte-Foy en Tarentaise ».

Vers 15h30, notre week-end « ski test rando » touche à sa fin. Manu, notre collègue qui était partit en hélico, souffre d’après les examens médicaux d’une bonne entorse. Le pire est évité…

J’ai été ravi de ces 2 jours et je suis très heureux. La semaine prochaine, je vous ferai un article plus technique, basé sur les nouveaux produits Nic Impex de l’hiver 2017-2018. A très vite.