De tous les sommets que j’ai fait en Savoie et en Haute-Savoie ces 2 dernières années, que ce soit en ski de rando et/ou en courant, cette journée au Grand Arc est l’un de mes plus beaux souvenirs. La journée a été splendide, je me suis régalé. Nous avons fait ce sommet avec mon beau père, mon beau frère, et 6 autres autres ami(e)s. Etre en montagne est ce que j’aime faire le plus au monde, et accompagné d’ami(e)s, cela est encore mieux! Le 1er mars 2016 avec mon père, nous avions fait en ski de rando le sommet du Petit-Arc, situé sous le Grand Arc à 2365m d’altitude. Je m’étais promis de revenir faire le Grand-Arc dès que possible, j’ai donc tenu ma promesse ce dimanche 23 juillet 2017.

Nous sommes partis à pied du lieu-dit « l’Alpage de la Thuile », à 1750m d’altitude.  Nous avons emprunté l’itinéraire des Lacs de Fontaine Claire pour rejoindre la crête du Grand Arc, avant de débuter une longue traversée sur crête pour rejoindre le sommet du Grand Arc. Le passage sur crête est aérien et technique sur certains passages, le Grand Arc n’est donc pas donné à tout le monde. Dès le sommet atteint, nous nous sommes ravitaillés avec un vin de bourgogne et vin rouge. L’après-midi, nous avons arrosé comme il se doit cette belle journée 😉 Même si la randonnée était terminée, il fallait avoir une bonne descente pour enchaîner toutes les bouteilles!

 

Grand Arc, 2484m, massif de la Lauzière, Savoie

Date: 23 juillet 2017.
Durée: de l’Alpage de la Thuile au sommet, nous avons mis 2h25 minutes. Notre chrono de descente a été de 2h21 minutes, en prenant en compte une belle pause Ricard au-dessus des Lacs de Fontaine Claire.
Météo: Températures de saison, mais présence d’un épais brouillard sur la crête sommitale et au sommet! Nous n’avons pas pu admirer la vue du haut du Grand Arc… ce sera pour une prochaine fois.
Dénivelé: à la montée, le dénivelé a été de 818 mètres positif et 133 mètres négatif… Le parcours sur crête monte et descend à nombreuses reprises, ce qui explique de dénivelé négatif. Au total de la journée, le dénivelé positif est de 925 mètres. Nous avons fait 4.92 kilomètres à la montée du parking de départ au sommet du Grand Arc, et plus de 10 kilomètres sur toute la rando.
Massif: Lauzière. Le sommet du Grand Arc se situe dans le chaînon du Grand Arc, chaînon montagneux le plus occidental du massif de la Lauzière. Géographiquement, le sommet du Grand-Arc se situe entre la rive droite de la basse-Maurienne et la rive gauche de l’Isère.
Accès départ: depuis Albertville et Chambéry, rejoindre Notre-Dame-des-Millières puis le village de Bonvillard et le hameau de Pommerey. Suivez ensuite la direction de « La Thuile », clairement indiqué par plusieurs panneaux directionnels en bois. La montée est longue, les 9 derniers kilomètres ne sont pas goudronnés. Le parking de départ de la randonnée se situe au terminus de la route forestière, au lieu-dit « Alpage de la Thuile » à 1750m d’altitude. Les coordonnées GPS du parking sont 45.589417 N, 006.365033 E Comptez 45 minutes de voiture depuis Notre-Dame-Des-Millières pour rejoindre le chalet de la Thuile.

Le réveil sonne de bonne heure ce matin… mais c’est le sourire aux lèvres que me lève, direction le massif de la Lauzière et le chainon du Grand Arc. Mon beau-père m’a invité à une matinée rando en montagne avec des amis à lui, j’ai donc accepté avec immense plaisir. Notre sommet du jour est le sommet du Grand-Arc, culminant à 2484m d’altitude. Je ne connais pas ce sommet, même si j’ai déjà fait en ski de randonnée son petit frère, le sommet du petit-Arc.

Nous nous retrouvons à 5h15 à Notre-Dame-des-Millières. Nous débutons une longue montée en voiture de presque 45 minutes jusqu’au chalet de la Thuile, à 1750m d’altitude. Les 9 derniers kilomètres de montée ne sont pas goudronnés, mais la piste forestière est en bon état. Nous sommes passés sans problèmes avec une voiture classique… A notre arrivée à l’Alpage de la Thuile, un épais brouillard recouvre les lieux. Quelques voitures sont déjà garées au parking symbolisant le terminus de la montée en voiture. Nous n’apercevons pas le sommet du Grand Arc, ni même à 50 mètres devant nous. Il ne fait pas froid, nous nous changeons, la rando peut débuter. Je suis très heureux d’être ici, nous sommes 9 au total, accompagnés de 3 chiens.

L’itinéraire de montée débute par une piste à travers champs. En quelques minutes, nous arrivons au Lac de Fontaine claire, puis au pied de la première difficulté de la journée; il ne s’agit pas d’une difficulté technique, mais d’un grand pierrier qu’il faut monter. Le chemin se raidit fortement, les choses sérieuses débutent! En forme, je prends les devant et je pars, la musique dans les oreilles! Quel bonheur d’être en montagne, après une longue semaine de travail au magasin du Vieux Campeur d’Albertville.

Après un petit moment d’ascension, j’arrive à un petit col. Le chemin pour le grand Arc bifurque à gauche. Je stop mon effort pour attendre les autres. Le petit groupe arrive derrière moi, au fil des minutes. L’ambiance est géniale, nous rigolons et nous profitons du moment. Nous apercevons en contre-bas des Chamois… le Grand Arc, lui, est toujours dans les nuages.

Après une petite pause, la rando continue. Je suis admiratif d’un des collègues du groupe, qui fait aujourd’hui sa première rando, le tout avec des chaussures de sécurité! Le poids de ses chaussures doit être énorme, bravo à lui! En repartant du petit col, la vue se dégage doucement. Nous ne sommes plus très loin de la crête du Grand Arc! En 5 minutes de course, j’arrive sur la crête. L’ambiance est incroyable, le Grand Arc se dessine à ma droite, toujours dans le brouillard. Un long passage sur crêtes commence, mais sans difficultés particulières. Il ne faut pas tomber à certains endroits, mais nous continuons sans souci le chemin, à bonne allure.

Les chiens, 3 jack russel, ouvrent l’itinéraire. Au milieu de la crête, nous apercevons un groupe de plus de 30 chamois! Incroyable. En arrière plan, je reconnais le sommet de La Dent du Corbeau (alt: 2286m), magistral, que j’ai pour projet de faire depuis un petit moment. Après 1h50 de montée depuis le parking de départ, nous arrivons au pied du Grand Arc. Le sommet est toujours recouvert par le brouillard, mais nous distinguons tout de même assez facilement le chemin de montée.

J’ouvre le chemin, sous les nuages. Le soleil n’est pas loin, je le sens. J’aperçois par intermittence des rayons lumineux, croisons les doigts pour que la vue soit dégagée au sommet! Le sentier devient technique, à travers de grands pierriers et à travers de grandes dalles. Il faut être prudent, je suis très heureux d’avoir pris mes bâtons. Heureusement, car je gagne en stabilité et en équilibre.

Au bout de 100 mètres, le chemin de montée s’efface… il va falloir monter droit dans la pente, car le brouillard nous empêche de voir si un chemin se dessine plus loin. Je me guide grâce aux nombreux Cairns de montée, en me retournant régulièrement; le groupe avance sans souci, le sommet n’est plus très loin. Courage, il est temps de jeter ses derniers forces. Mon cœur bat fort, l’effort est soutenu! J’arrive finalement sur la partie finale de la montée, je me tourne à gauche et j’aperçois la croix du sommet du Grand Arc. Je crie pour signaler aux autres que je suis au sommet, eux, n’en sont plus très loin.

Finalement, après 2h25 de montée depuis l’alpage de la Thuile, j’arrive au sommet du Grand Arc. La vue est bouchée, le vent souffle et il fait froid. Les autres arrivent au fur et à mesure, tous très heureux et ravi d’avoir réussi le Grand Arc. Les 2 tables d’orientation du sommet ne nous serviront pas aujourd’hui… je reviendrai pour profiter de la vue, je m’en fais la promesse!

Au fil des minutes, je regrette de ne pas avoir pris de gants et de bonnet! Mouillé par la transpiration, je prends rapidement froid à cause d’un petit vent. L’heure de l’apéro arrivant, nous descendons de quelques mètres pour nous ravitailler. Au menu: vin rouge, vin blanc et produits du terroir. Le rêve! Nous restons assis près de 35 minutes, à profiter de ce moment. Nous nous régalons, que ce soit tous ensemble à rigoler mais également en mangeant.

Au bout d’une petite heure, nous prenons le chemin du retour, par notre itinéraire de montée. Nous faisons attention ou nous mettons les pieds, certains passages ne sont pas simple à gérer. En arrivant sur les crêtes, j’accélère et je continue ma descente en courant. Je me régale, la musique dans les oreilles, jouant avec les pierres, le relief et les rochers. J’ai progressé en descente, je suis content! J’attends le groupe plus loin en contre-bas. Je profite de cette attente pour marcher pieds nu dans l’herbe, et pour appeler mon père pour lui raconter ma matinée.

20 mètres au-dessus du lac de Fontaine Claire, nous nous arrêtons à nouveau. Mon beau-père a déposé en montant une bouteille de ricard. L’apéro recommence, j’arrive quelques minutes plus tard à la voiture en pleine forme! L’apéro se poursuivra toute l’après-midi chez Olivier, avec matchs de pétanques, digestifs et plats excellents! J’ai passé une après-midi fantastique, et une matinée magique! Merci beau-papa, merci Olivier, merci Claudine, merci à toutes et à tous, nous recommencerons l’année prochaine!

A très vite.