Récit et photos de mon ascension du sommet de la Grande Casse (3855m), point culminant de la Savoie, réalisé le 23 avril 2015 en ski de randonnée depuis la station de ski de Pralognan La Vanoise. Une très belle course de ski alpinisme par l’itinéraire du col de la Vanoise et des Grands Couloirs, avec 2215m de dénivelé positif et plus de 6h30 d’efforts.

Sommet de la Grande Casse (3855m), point culminant de la Savoie

Date: 23 avril 2015.
Durée: 5h35 de montée et 1h09 de descente.
Météo: Météo moyenne, avec beaucoup de brouillard sur la partie haute de la Grande Casse et sur la partie finale des crêtes jusqu’au sommet. La descente dans les grands couloirs a été difficile à cause d’une mauvaise visibilité. Neige excellente à la descente dans certaines combes, mais bétonnée et très  verglacée dans le passage des Grands Couloirs.
Dénivelé: 2215m de dénivelé positif. Départ des Fontanettes (1640m) au-dessus de la station de ski de Pralognan la Vanoise. Itinéraire emprunté: ascension jusqu’au refuge du col de la Vanoise (2515m) en contournant l’aiguille de la Vanoise, puis ascension des Grands Couloirs jusqu’au sommet.
Massif: Vanoise, point culminant du Massif, au-dessus de Pralognan La Vanoise.
Accès départ: Depuis Moutiers, prendre la direction de Bozel puis de la station de ski de Pralognan La Vanoise. 2 lieux de départs sont possibles, en fonction des conditions d’enneigement: le bas des pistes de la station (à 1410m d’altitude) et le lieu dit des « Fontanettes », à 1640m d’altitude. L’Auberge des « Fontanettes » se situe au lieu dit des « Fontanettes », 200 mètres au dessus du bas des pistes de la station. La route goudronnée menant à l’auberge des  Fontanettes est normalement déneigée et ouverte à partir de fin avril. Attention: interdiction formelle de rouler en voiture après l’auberge des Fontanettes! Vous êtes en effet dans la parc national de la Vanoise.
Récit:

Le réveil sonne très tôt ce matin….  à 3h50. Je n’ai pas beaucoup dormi, sûrement à cause d’un petit stress. Aujourd’hui sera une longue journée avec pour objectif l’ascension de la grande Casse, point culminant de Savoie. Ce sommet sera une première pour moi,  j’ai hâte de découvrir ce célèbre sommet et ses fameux grands couloirs. Je retrouve mon père à 4h30 à Aigueblanche, et nous arrivons à Pralognan la Vanoise vers 5h15 du matin. Nous préparons notre matériel alors que la nuit est encore là. Nous partons du parking des Fontanettes (1640 m d’altitude, petit village au-dessus de Pralognan)  où nous avons posé la voiture, à 5h40.

Le début de l’itinéraire de la grande Casse est le même que celui de la pointe de la Rechasse, sommet réalisé quelques jours plus tôt. Nous remontons les pistes de la station et arrivons au refuge des Barmettes (2010m d’altitude) après 35 minutes d’efforts depuis le parking. Nous traversons le petit pont après le refuge,  et commençons le long dévers contournant l’aiguille de la Vanoise pour nous amener au refuge du col de la Vanoise (anciennement Félix Faure) à 2515m d’altitude. Je suis en forme, le paysage est merveilleux et j’aperçois au loin le soleil se levant sur la grande Casse… Somptueux.

Nous arrivons après 1h44 de montée à proximité du refuge du col de la Vanoise. Nous descendons une très faible pente pour rejoindre les premiers mètres de la montée nous menant au sommet. L’itinéraire est évident,  il suffit de rejoindre les grands couloirs. Nous apercevons en contrebas des alpinistes partant du refuge et nous rejoignant dans les pentes du sommet. Mon père comme à son habitude, ouvre le chemin. Je le suis prudemment derrière.

Malgré un petit passage dans le brouillard au milieu des grands couloirs, l’ascension se passe très bien. Certaines pentes, entre 40 et 45 degrés d’inclinaison sont très impressionnantes. Nous chaussons les crampons et mettons les skis sur le dos 200m en dessous du col des grands couloirs,  pour ne pas prendre de risques dans une partie de pente très incliné. Il n’est pas nécessaire de monter avec le piolet, les bâtons suffisent largement.  Nous rechaussons  les skis une fois le passage difficile terminé, pour nous amener  sur la crête menant au sommet de la Grande casse. Le brouillard monte, nous devons faire vite. Les derniers mètres de dénivelé sont épuisants,  je suis fatigué!

La crête sommitale est majestueuse,  j’aperçois tout près le sommet de la pointe Mathews (3783m). Nous arrivons finalement au sommet de la Grande casse après 5h35 d’efforts depuis le parking de départ. Fantastique! Le sommet de la grande Motte (3653m) est tout proche.
Le brouillard grimpe, nous nous changeons et commençons rapidement la descente. Nous croisons les autres alpinistes arrivant au sommet, et descendons les grands couloirs, par le même itinéraire que celui emprunté à la montée. Certains passages sont très impressionnants. Je préfère descendre en dérapage dans les pentes ou le degré d’inclinaison est supérieure à 40°, alors que mon père s’amuse et descends tranquillement la face. Le brouillard est très épais, je ne vois pas à 10 m devant moi. Après quelques minutes de descente le brouillard se dégage.

J’aperçois au loin le sommet de la pointe de la Réchasse, l’aiguille de la Vanoise et le refuge du col de la Vanoise. Je suis soulagée car je n’étais pas très à l’aise avec ce brouillard épais et ces pentes raides.
Nous rejoignons le pied de l’aiguille de la Vanoise, et quelques minutes plus tard, le refuge des Barmettes. Nous arrivons finalement à la voiture après 1h06 de descente depuis le sommet. Je suis fatigué mais très heureux d’avoir réussi la grande casse,  point culminant de Savoie. Il va falloir faire vite car je prends le boulot à 15 heures au magasin Intersport à Albertville.

Cette rando est vraiment superbe, avec tous les ingrédients d’une belle course d’alpinisme: altitude, ski de rando, utilisations des crampons,  paysages somptueux….Je reviendrai l’année prochaine faire l’ascension de la pointe mathews, c’est une certitude. A très vite 🙂