Lundi 17 février 2020, aire d’autoroute de Grauholz Sud, périphérique de la ville de Berne en Suisse. C’est avec les yeux un peu lourd que j’écris ces quelques lignes. Cela fait maintenant 1h30 environ que je suis entré en Suisse et je commence à être bien fatigué. Après 1 passage à Genève, j’ai longé pendant de longues minutes le lac Léman avant de contourner la ville de Lausanne. Le GPS de ma voiture m’indique encore 1h20 de route pour rejoindre l’hôtel ibis de Mulhouse où je vais passer la nuit. La raison de mon voyage vers la région Grand Est?

Mon « projet S 96 », bien évidemment (descriptif complet du projet en lien). J’ai réussi à poser trois jours de RTT à mon travail, et j’espère bien pendant ces 72 prochaines heures avancer mon projet et découvrir un peu l’Alsace et la Lorraine. Les chaussures de trail-running et mon matos de ski de rando dans la voiture, je continue mon chemin vers la région Grand Est.

Le Grand Ballon de Guebwiller (alt 1424m), point culminant du massif des Vosges et de la région Grand Est 

Nom du sommet: Grand Ballon / Grand Ballon de Guebwiller.
Département & Région: Haut-Rhin (68), région Grand Est.
Altitude mesurée au sommet: 1424m, +/- 3 mètres.
Coordonnées précises GNSS du sommet: N 47.901083° E 7.098549°
Massif: Vosges. Le Grand Ballon est le point culminant du massif des Vosges.
Versant d’ascension: depuis la « station du Grand Ballon », donc par le versant Nord-Est.
Accès départ: le rendez-vous est donné dans la station du Grand Ballon. Plusieurs parkings sont disponibles devant les batiments du village du Grand Ballon.
Itinéraire d’ascension: départ de la station du Grand Ballon (alt 1341m) – Traverser la petite station du Grand Ballon – Prendre l’un des nombreux sentiers menant au plateau sommital du Grand Ballon – Passage devant les antennes du Grand Ballon – Sommet du Grand Ballon (alt 1424m) – Passage au monument des Diables Bleus – Sortie dans les environs du Grand Ballon – Passage au sommet du Judenhut (alt 1250m) – Retour au point de départ.

En: ski de randonnée.
Carte IGN: TOP 25 référence 3620 ET, 3719 OT, 3619 OT… Téléchargez Iphigénie, ce sera plus simple !
Longueur/dénivelé +: j’ai fait une belle balade de 9 kilomètres avec 660m de dénivelé positif et négatif.
Chrono aller-retour: 2h23 minutes de balade…
Météo: tempête de neige/de vent, puis, légère accalmie.
Date: mardi 18 février 2020.
L’équipe du jour: seul, avec ma musique.

Récit de rando…

00h41, mardi 18 fevrier 2020. Il est l’heure d’aller au dodo. J’ai eu un gros coup de fatigue lors de la traversée de la ville de Bâle, je suis donc soulagé d’être couché dans l’hôtel ibis budget de Mulhouse où je vais pouvoir passer une bonne nuit de sommeil! Dans quelques heures, je m’attaquerai au point culminant du département du Haut-Rhin, le Grand ballon de Guebwiller et ses 1424m d’altitude, j’ai hâte!

Mardi 18 février 2020, 10h30. C’est sous la neige et dans la tempête que j’arrive au Grand Ballon. La route depuis Mulhouse a été tranquille. Je suis monté avec ma voiture par le village de Goldbach-Altenbach et par l’intermédiaire du col routier de l’Amic. C’est d’ailleurs dingue à quel point le département du Haut-Rhin regorge de cols qui doivent être magnifique à faire en vélo de route. Bref revenons au Grand ballon!
La localité du Grand Ballon est un petit hameau regroupant entre cinq et six bâtiments dont plusieurs auberges et restaurants. D’ailleurs, le bâtiment restaurant du club vosgien est ouvert toute l’année. Logiquement donc et même en hiver, la route jusqu’au Grand Ballon reste ouverte depuis le col de l’Amic (versant Sud) mais est toujours fermée depuis la station de ski du Markstein (versant Nord). Les pistes de ski du côté de l’auberge du Grand Ballon sont malheureusement fermées à cause du manque de neige, mais par contre, je viens d’entendre à la radio que les pistes du Markstein sont-elles bien ouvertes.

Au chaud dans ma voiture dans l’un des parkings du Grand Ballon, je prépare mes GPS et mes affaires de ski de randonnée. Comme espéré et grâce aux chutes de neige de la veille, je vais pouvoir faire une belle balade sur les pentes du Grand Ballon en ski de randonnée et en peau de phoque, le top. Je suis actuellement à 1341 m d’altitude, le sommet est donc tout proche. Mais j’ai prévu de faire une très belle boucle autour du grand Ballon!

Quelques minutes plus tard, c’est sous la neige et dans la tempête que je débute ma randonnée. J’empreinte l’un des nombreux sentiers menant au sommet du Grand Ballon. L’ambiance est géniale et il ne fait pas si froid que ça. Emmitouflé sous ma doudoune, j’arrive très rapidement sur le plateau du Grand Ballon. La visibilité est presque nulle et le vent souffle fort. Heureusement que j’ai avec moi mon GPS pour m’orienter car sinon, il serait impossible de connaître la bonne direction pour rejoindre le point culminant du Grand Ballon. 20 minutes environ après avoir quitté la voiture, j’aperçois à travers le brouillard l’immense radar blanc du Grand Ballon, ainsi que ses deux antennes de près de 30 m de hauteur. Le radar/radôme, est très très imposant. Le Grand Ballon sert de radar pour l’aviation civile et militaire dans l’espace aérien des aéroports internationaux de Mulhouse  et de Strasbourg. Le radar du Grand Ballon mesure plusieurs mètres de haut (je crois avoir vu sur une brochure que le sommet du radar culmine à 1442m) mais comme depuis le début de mon projet, je me sers de l’altitude du terrain pour recenser mes 96 sommets. Je considère comme « point culminant » l’altitude du relief et de la montagne en elle-même, et non une construction humaine! D’ailleurs, l’IGN partage ma vision des choses puisque sur leurs cartes Top 25 des lieux, le Grand Ballon culmine bien à 1424 m d’altitude!

Normalement et d’après mes études en cartographie, je devrais être à 1424 m d’altitude! Je sors mon inReach, me stabilise et je regarde mon Garmin inReach qui se positionne en quelques petites secondes sur l’altitude de 1424m, avec une précision de plus ou -3 m, aux coordonnés GNSS N 47.901083° E 7.098549° !Je suis très heureux, c’est dans la tempête que je viens de réussir mon 19e sommet de mon projet S 96! Me voilà sur le point culminant du département du Haut-Rhin, sur le point culminant du massif des Vosges et sur le point culminant de la région Grand Est ! Le sommet du Grand ballon est un monument des Vosges! Aujourd’hui, le panorama sera malheureusement impossible (dommage car apparemment le panorama du Grand ballon est le plus beau du massif des Vosges) mais je suis quoi qu’il arrive très heureux d’être ici! Ma maladie me laisse tranquille pour le moment et c’est le plus important…

Le bâtiment du radar en glace, je ne préfère pas monter sur le radar pour faire le tour du dôme et me balader autour de la plate-forme d’observation. Avec mes chaussures, ce serait la chute assurée ! Sous un vent très très fort je débute mon petit circuit aux alentours du Grand Ballon. Je fais le tour complet du radar et je descends faire une photo devant le monument des Diables Bleus. Un monument chargé d’histoire, en l’honneur des troupes alpines Françaises qui combattirent dans les Vosges lors de la première guerre mondiale.
Puis, j’enlève mes peaux et débute une descente assez sympa vers la ferme/auberge du Grand Ballon. Avant de rebrousser chemin, et d’entamer une longue traversée horizontale vers le petit point sommital du Judenhut (alt 1250m). Ma sortie ski de randonnée se transforme plutôt en une sortie ski de rando nordique mais je me régale à travers une forêt somptueuse! Vers midi, l’alarme de mon téléphone sonne. Si je veux être à l’heure pour le programme de ma journée, je dois revenir à ma voiture. Le soleil pointe son nez à quelques reprises à travers les nuages, je décide de remonter une deuxième fois au radar du Grand Ballon. C’est peine perdue à nouveau au sommet, le ciel se bâche et le vent me paraît encore plus fort que tout à l’heure. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois, j’aimerais beaucoup venir ici en été et en vélo de route.

2h23 après avoir quitté ma voiture et un peu plus de 9 kms de distance, je déchausse mes skis, enfile mes baskets, la rando se termine. C’est le cœur un peu serré que je débute la descente dans la plaine. Mais c’est très heureux que je poursuis mon aventure! Au col de l’Amic, je tombe sur un panneau qui me fait rire! Il est écrit : « interdit de luger. Le Maire ». Je ne connaissais pas le verbe LUGER (faire de la luge) mais je trouve l’idée très rigolote!