L’année 2021 commence bien ! Nous avons fait avec ma mère une très belle sortie de ski de randonnée ce vendredi 15 janvier au matin, dans la partie extrême Sud du massif du Beaufortain (département de la Savoie). Au départ de Naves, nous avons effectué l’ascension du sommet du Signal (alt 2040m) en passant par le lac du Bozon. Au programme de la sortie : grand beau temps, grand soleil, mais températures bien froides !

Première sortie « ski de randonnée de l’année 2021 » dans le massif du Beaufortain, partie Savoie !

Date: vendredi 08 janvier 2021.
Durée: 1h52 minutes de montée et 39 minutes de descente.
Météo: grand froid, grand soleil.
Dénivelé: 520m de D+ et de D-, boucle d’un peu + de 12 kilomètres de long au total.
L’équipe du jour: avec ma maman 😉 !
Massif: Beaufortain, département de la Savoie. Le sommet du Signal est l’un des sommets les plus au Sud du massif du Beaufortain.
Itinéraire d’ascension: départ au lieu-dit « Dottan »/départ des pistes de ski de fond de Naves – Prendre la direction du Bozon – Lieu dit « Sur les Terreaux » alt 1730m – Suivre la direction « Lac du Bozon/Le Quermoz » – Lieu dit « Le Grand Plan » alt 1770m – Lieu dit « La Queue à l’Ane » – Lac du Bozon – Lieu dit « Carolet » alt 1990m – Prendre la direction du Crêt Coquet – Sommet du Signal (alt 2045m) – Descente par le même itinéraire car pas assez de neige dans les champs pour pouvoir skier en toute tranquillité.
Carte IGN: série bleue TOP 25, référence 3532OT.
Accès départ: depuis les communes de la vallée d’Aigueblanche (code postal 73260), prenez la direction de la commune de Petit-Cœur. D’ici-là, une longue montée en voiture de presque 16 kilomètres débute ! Une fois au village-station de Grand Nâves, vous pouvez vous garer à la sortie du village (vers alt 1350m), soit 3 kilomètres plus loin, au départ des pistes de ski de fond du domaine de Nâves, vers alt 1554m. Nous avons choisi cette option la car le premier parking à la sortie de Nâves était plein à craquer de voitures ! Pas une place pour se garer, impressionnant, c’est la première fois que je vois cela, moi qui suis un habitué de la vallée de Naves !

Topo randonnée… 

La journée débute à… 10 h ! Normalement, c’est bien plus tôt le matin que je pars habituellement en randonnée, mais avec ce froid polaire qui s’est installé sur la Savoie en ce début janvier 2021, il vaut mieux faire du sport au soleil. Je retrouve donc ma mère vers 11h45 à la commune de la Léchère, avant d’entamer en voiture une longue montée (par la route départementale D 93) vers la station/village de Grand-Nâves ! En arrivant sur place, surprise: le parking à la sortie du village est bondé de monde ! Il y a du monde en montagne aujourd’hui… Les gens ont besoin d’air, avec ce climat hostile de la COVID-19.

Tant pis, nous continuons notre route sur 3.5 kilomètres de long pour arriver au terminus de la route goudronnée, vers ALT 1554m, au départ des pistes de ski de fond de la vallée de Nâves. Là aussi le parking est bondé, mais nous arrivons à trouver une petite place pour nous garer. Nous préparons nos affaires, j’appaire ma montre Garmin aux satellites, la randonnée peut débuter, sous un grand et fort soleil ! La direction: le célèbre lac du Bozon !

Nous commençons notre randonnée en remontant les pistes de ski de fond de la vallée de Naves. Parfait pour bien s’échauffer et pour ne pas se mettre dans le rouge… Rapidement, nous trouvons des traces de ski de randonnée de montée partant dans les arbres, nous nous enfonçons donc dans les arbustes et dans la forêt. Nous dépassons le lieu-dit « Sur les Terreaux » alt 1730m, tout en suivant sur les panneaux, la direction du « lac du Bozon/Le Quermoz ». Nous avons trouvé le sentier d’été qui monte aux sommets de la vallée, nous sommes donc dans la bonne direction. Je suis devant, ma mère est juste derrière. Le paysage est radieux, nous nous régalons.

Au détour d’une longue traversée, nous passons au lieu-dit « Le Grand Plan » alt 1770m, puis arrivons 15 minutes plus tard au lac du Bozon, sous la neige et sous la glace. Les petites maisons du Bozon sont elles aussi toutes recouvertes de neige. L’ambiance est géniale ! J’aperçois au-dessus de nous des skieurs de randonnée partant en direction du sommet du Quermoz alors que nous, nous partons dans la direction opposé ! Je suis content de partir découvrir quelque chose de nouveau, car la montée au Quermoz, je la connais comme ma poche !

Par contre il faut bien l’avouer, la montée du Quermoz depuis le Bozon est plus belle et bien plus intéressante que la montée du Signal de Villargerel depuis le lac du Bozon. Nous entamons avec ma mère une longue traversée en faux plat montant pendant de nombreuses minutes, montée routinière sur les pistes de ski de fond mais dans un paysage de dingue. Direction le SUD et la « Montagne de la Faverge » même si nous nous arrêterons avant. Le sommet du Signal est en effet le point culminant de ce grand plateau. Au détour d’un talus, la vue s’ouvre sur le Mont Pourri, SPLENDIDE !

Pas de doute possible grâce à mon application mobile de cartographie « Iphigénie », nous arrivons sur la zone sommitale du Signal ! Je commence à faire des relevés altimétriques de quelques buttes (la plus haute est mesurée à 2051m) avant d’apercevoir au loin le sommet du Signal (alt 2045m/2040m), que je repère grâce à sa pancarte sommitale. Je m’y approche et j’y arrive, au top, aux coordonnées GNSS 45.53855N 6.54092E ! La vue est dingue sur la vallée de Valmorel et sur ses sommets (Cheval Noir, Niélard, Crêve-Tête) et sur le massif de la Lauzière. En bas devant moi, je vois les traces d’ascension des skieurs qui ont fait le sommet du Signal depuis Montgirod et ou depuis les « Chalets de la Faverge ».

Avec ma mère, nous passons plusieurs minutes au sommet à admirer la vue de dingue que nous avons sur le massif du Beaufortain (en particulier sur le sommet du Grand Mont d’Arêches), sur le massif de la Lauzière (et son superbe Grand Pic), sur le massif de la Vanoise…

Sans bouger et en étant statique au sommet, nous avons froid. Le thé préparé par ma mère nous réchauffe moyennement. J’aurai aimé aller visiter les lacs de la montagne de la Faverge (lac du Saut, lac du Bouchet, lac du Sailli) mais il fait trop froid, et l’heure tourne. Nous débutons donc notre descente sans trop attendre. À cause du manque de neige dans les arcosses, et pour ne pas perturber la zone de vie des Tétras Lyre (mon oiseau de montagne préféré), nous faisons notre descente par les pistes de ski de fond. Tant pis, cela est agréable de se laisser glisser, sans penser à rien, en admirant simplement la pointe du Dzonfié, au loin… Merci pour la randonnée maman, et à très vite les ami(e)s pour de nouvelles aventures !