Salut les ami(e)s ! J’espère que vous allez bien. Voici dans cet article le compte-rendu et les photos de notre « sortie ski de randonnée » avec mon père en ce jeudi 01 avril 2021. Nous avons fait au départ de la station de ski des Ménuires (massif de la Vanoise, département de la Savoie), l’ascension du sommet de la Pointe de la Masse (alt 2804m), le tout sous un grand et fort soleil. Puis, nous avons skié à la descente la face-EST de la Pointe de la Masse dans une « neige moquette » !

Montée à la Pointe de la Masse (alt 2804m) puis descente par la Combe du Lou (Vanoise)

Date: jeudi 1er avril 2021.
Durée: 3h07 minutes de balade au total dont 2h21 minutes de montée. Longue pause au sommet 😉
Météo: grand beau, grand chaud.
Dénivelé: 1150 mètres de D positif et négatif. 12 kilomètres de ski lors de la randonnée.
L’équipe du jour: mon père et moi.
Massif: Vanoise, département de la Savoie.
Itinéraire d’ascension: départ station des Ménuires – Passage devant le départ du « télécabine de la Masse 1 » – Passage devant le « Chalet de la Masse  » – Piste bleue des Vallons – Intermédiaire du « télécabine de la Masse 1 » – Sommet de la Pointe de la Masse (alt 2804m) – Descente par le versant EST de la Pointe de la Masse – Refuge du Lac du lou – Boulevard Cumin – Retour au point de départ par la piste du « Plan de l’eau ».
Carte IGN: à l’échelle 1/25000, références 3534 OT & 3433ET.
Accès départ: tout simple. Aux Ménuires (code postal 73440), des grands parkings sont disponibles le long de la route départementale D117, à proximité de la base de loisirs du « Plan de l’eau », pour garer votre voiture.

Plus que jamais, il est temps d’en profiter ! 

C’est désormais officiel : le troisième confinement de la pandémie COVID-19, c’est pour après-demain. La situation sanitaire se dégradant de jour en jour, il va à nouveau falloir « rester chez nous », ou du moins, dans un rayon de 10 kilomètres. Habitant à Grésy-sur-Isère, aller faire du ski de randonnée va être compliqué ! Il faut donc profiter à fond de cette journée…

Avec mon père, nous avons choisi comme sommet du jour celui de la Pointe de la Masse dans le massif de la Vanoise. Après 30 minutes de route depuis la Léchère, nous arrivons dans la station des Ménuires. Nous garons la voiture le long de la route départementale D117 et préparons nos affaires. Nous rejoignons la gare de départ du télécabine de la Masse 1, et débutons notre ascension. Nous remontons dré dans l’pentu, comme le dit la célèbre expression savoyarde. Nous passons à proximité du « Chalet de la Masse » et longeons la piste bleue des Vallons. Mon père (67 ans!), très en forme après une belle saison de ski de randonnée, ouvre le chemin et me distance rapidement. Moi, fatigué et gras comme un cochon, je souffre derrière. Lorsque le soleil sort enfin et que les rayons UV frappent la neige, j’explose de chaleur. Tant pis, je monte à mon rythme…

Cardiaquement « très haut » (ce qui symbolise donc que je ne suis pas du tout en forme), je m’efforce de respirer le mieux du monde pour oxygéner au maximum mon corps. Au bout d’une heure de course environ, nous arrivons à l’intermédiaire du « télécabine de la Masse 1 ».  Petite pause, gros coup de flotte, nous repartons rapidement pour arriver à la bonne heure au sommet, pour pouvoir profiter au maximum du dégel des pentes de neige.

Après une dernière grosse suée, et après 2h21 minutes de montée, nous arrivons au sommet de la Pointe de la Masse. Comme le dit mon père en souriant, « elle est loin l’époque où on grimpait la Grande Casse en 5 heures depuis Pralognan »… C’est sur, mais j’ai foi en l’avenir et je suis sûr que la « caisse » va finir par revenir, à grands coups d’entrainements et de sorties vélo cet été.

Au sommet de la Pointe de la Masse, nous croisons seulement 3 personnes assises à la terrasse du restaurant sommital mais mise à part cela, nous sommes absolument seuls ! Comme à mon habitude depuis des années, je cherche à me rendre au sommet officiel de la Pointe de la Masse. Je déchausse mes skis, fais quelques pas d’escalade dans les rochers situés derrière les bâtiments des remontées mécaniques, pour arriver tranquillement au véritable sommet, à altitude 2804 mètres, aux coordonnées GPS 45.29733N 6.50798E

Panorama sommital enivrant à 360°, je profite de la vue. La Grande Casse (pour en revenir à elle) au loin est merveilleuse. Ses grands couloirs sont d’un blanc splendide.

Nous avons toute la journée devant nous, à profiter de la montagne et de ses sommets, mais si nous voulons nous régaler à la descente, il ne faut pas trainer. Nous enlevons nos peaux, mettons une petite veste type doudoune, et basculons dans le versant EST de la Pointe de la Masse. Les premiers virages sont délicieux, la neige est moquette, douce comme du velours, nous passons au bon moment. Quel bonheur de se laisser glisser tout simplement, sans réfléchir et de profiter de ce panorama exceptionnel. Vers une avalanche assez importante, mon père fait une vérification DVA pour s’assurer qu’il n’y a personne dessous. Tout est OK, nous pouvons continuer. Devant nous, se dresse la fabuleuse face-OUEST de l’Aiguille de Peclet (alt 3561m), que nous avons grimpé l’année dernière (récit complet de la sortie à retrouver en cliquant ici).

Comme au sommet du Grand Truc (alt 2209m) dans le massif des Grandes Rousses (vallée de la Maurienne) il y a quelques jours en arrière, mes pieds me font rapidement souffrir. Je suis persuadé que ces douleurs osseuses sont liées à ma polyarthrite rhumatoïde, certes endormie, mais toujours présente. C’est pénible, je ralentis le rythme et ouvre le système BOA de mes chaussures de ski de randonnée. Logiquement moins tenue au niveau des pieds, j’essaye au maximum d’alléger mes appuis… Mon père, lui, se régale et il a bien raison. C’est un très bon skieur, son style est très beau à regarder.

En bas de la face EST de la Pointe de la Masse, nous rejoignons le refuge du Lac du Lou (alt 2035m). Deux randonneurs sont en train de déjeuner, assis sur la terrasse en pierre du refuge. La vie est belle en montagne…

Quelques minutes plus tard, après s’être laissé glisser sur la piste damée du Boulevard Cumin, nous arrivons à la voiture. Une superbe sortie se termine… Direction la maison et le jardin pour une belle sieste au soleil…