Recenser, découvrir, visiter et réussir le point culminant de chaque département de France est un défi complexe et un peu fou. Je le concède… Mais j’en suis sûr, ce projet sera magique à chaque instant. Pour évaluer et comprendre ce défi, il est important de lire et d’analyser certains chiffres et certaines données. S 96 (Sommets 96), c’est :

    • 96 sommets/96 points à atteindre. Mon objectif est de recenser, de visiter et de réussir le point culminant de chaque département de France, soit 96 sommets ! Le voyage qui m’attend est incroyable, car je vais visiter/traverser 96 départements et 13 régions Françaises…
    • Pour le moment, mon projet se limite à la France métropolitaine. Financièrement, je n’ai absolument pas les moyens de me lancer dans le point culminant de chaque DOM-TOM. Un jour, peut-être…
    • Pour ce projet, je me laisse 4 années de course et de découverte, soit 48 mois d’aventures. Mon projet débutera à la fin du mois de mars 2019 et devra donc se finir au mois de mars 2023.
    • Géographiquement, ce projet peut se décomposer en 2 parties bien distinctes : la partie Nord de la France ET la partie Sud de la France. La partie Nord de la France sera roulante et se fera « rapidement ». Ce ne sera pas de la montagne, ni de la randonnée, mais de la course à pied et de l’orientation chirurgicale pour trouver des points, qui, pour certains d’entre eux, ne sont mêmes pas référencés. La partie Sud de la France, elle, sera bien plus complexe. Surtout dans les Alpes et dans les Pyrénées. Ce sera de la vraie montagne, de la haute randonnée et de l’alpinisme.

Pour ce projet, je me laisse 4 années de course et de découverte, soit 48 mois d’aventures…

    • Le plus haut sommet à gravir sera bien évidemment le sommet du Mont Blanc, culminant à 4810m d’altitude. Le Mont Blanc, que j’ai déjà fait en ski de randonnée, et que je vais refaire pour ce projet, est le point culminant du département de la Haute-Savoie (74), de la France et de l’Europe Occidentale.
    • Le plus bas « point à atteindre » sera le sommet de la colline de la Bretèche (alt 116m) dans le département de la Loire-Atlantique. La colline de la Bretèche se situe dans la commune de Fercé, et est le point culminant du département de la Loire-Atlantique (44).
    • Ces 96 sommets/96 points, je les réussirai et/ou je les atteindrai en courant et/ou en ski de randonnée. Pour chaque sommet/pour chaque point, je relèverai très précisément les coordonnées GNSS (Global Navigation Satellite System) précises du point en question, avec la latitude, la longitude et l’altitude  en mode « degrés », « minutes », « secondes » (système sexagésimal). Je ne révélerai pas complètement ces coordonnées lorsque le sommet/le point culminant se situera sur un terrain privé. Ce sera heureusement le cas pour une très faible minorité de départements…
    • Ce projet, d’après mes recherches, a été réussi une fois seulement, par Monsieur Paul Courbon. Mr Courbon, Ingénieur des Travaux Géographiques chez l’IGN et Géomètre-expert DPLG a mis plus de 50 années à réussir cet incroyable projet ! Son récit m’a tellement inspiré… Merci à lui ! Aujourd’hui, modestement, je me lance à nouveau dans ce défi. Certaines dernières données GPS modifient la liste de Mr Courbon, à moi donc de partir vérifier ces données sur le terrain.

Ce projet, d’après mes recherches, a été réussi une fois seulement, par Monsieur Paul Courbon…

    • Mon projet S 96 sera retranscrit presque en direct live sur mon Blog (https://clementchabert.fr), sur mon compte Instagram, sur mon compte Facebook et sur mon compte Twitter. Je ferai pour chaque sommet effectué/pour chaque point réussi, un article sur mon Blog avec le résumé de ma sortie, les chiffres clés de l’itinéraire emprunté (distance, dénivelé + et -) et bien évidemment, avec les coordonnées GNSS précises du point/du sommet en question, dans le système sexagésimal.
    • Entre chaque sommet/chaque point, je vais me déplacer en voiture. À cause de ma maladie, je ne pourrai pas faire autrement… Pour la très grande majorité de ces sommets/de ces points, je serai malheureusement seul. Je serai accompagné de temps en temps de ma copine et de mes parents.
    • Pour chaque sommet/chaque point, j’exporterai l’itinéraire emprunté sur la plateforme MOVESCOUNT (Suunto) et sur la plateforme GARMIN CONNECT (Garmin). Vous pourrez donc vous aussi, faire ces sommets/ces points en important chaque itinéraire dans votre GPS.
    • Dans mon sac à dos, comme outil de guidage et de navigation, je serai équipé de mon GPS Garmin inReach (cartographie Delorme), de la montre SUUNTO 9 BARO et de mon smartphone iPhone 6 avec l’application Iphigénie ouverte. Autant dire, le top du top d’un point de vue technologique.

Je serai équipé de mon GPS Garmin inReach (cartographie Delorme), de la montre SUUNTO 9 BARO…

    • Physiquement, je serai prêt et affûté pour le début de l’aventure ! Il me reste encore quelques détails et quelques réglages à effectuer, mais je serai prêt pour le jour J. Après des gros soucis de santé en 2017 et en 2018, l’heure du renouveau est arrivée. Entre avril 2018 et décembre 2018, j’ai perdu 7 kilos et mon corps est redevenu celui d’un sportif. Je m’entraine chaque semaine entre 3 et 4 fois. Je fais de la course à pied (du fractionné et de la rando-run), du vélo (en salle et en extérieur), de la piscine et un peu de renforcement musculaire en salle de sport.
    • Pour toute la partie Nord de la France, je vais m’entrainer et me préparer physiquement en faisant des rando-run de maximum 1 heure de course. Les sorties seront à peu près toutes longues de 10 kilomètres, je n’ai donc pas besoins de faire des grandes et immenses sorties pour me préparer. J’espère pouvoir progresser à chaque sortie et sur chaque sommet, pour me préparer pour la partie sud.
    • Pour la partie sud de France, ce ne sera pas la même histoire. Les sommets seront difficiles, les marches d’approches seront longues et certains « points » seront compliqués techniquement. Dès que la partie Nord de la France sera terminée, je vais allonger les sorties (entre 2h et 4h de course à l’entrainement) pour me préparer pour la partie sud. J’ai prévu de faire de l’escalade pour être prêt techniquement, pour les sommets les plus difficiles !
    • Techniquement, je pense que le sommet mythique de la Barre des Écrins (alt 4102m) sera le plus difficile et le plus engagé des 96 sommets/96 points. J’ai, en 2017, réussi avec mon père en ski de randonnée le sommet du Dôme des Écrins (alt 4015m), mais la véritable Barre des Écrins (point culminant du département des Hautes-Alpes) sera une toute autre histoire. La Barre des Écrins est en glace pure et dure une grande partie de l’année, il faudra donc faire très attention. Note : la Barre des Écrins sera un enjeu primordial puisque à quelques mètres seulement du sommet se situe le Pic Lory (alt 4088m), antécime de la Barre des Écrins, situé à moins de 13 mètres de hauteur du plus haut point de la Barre ! Le Pic Lory, si vous ne le savez pas, est le point culminant du département de l’Isère (38) ! En quelques minutes donc, je réussirai peut-être le deuxième et troisième plus haut « point culminant » des départements de France. Je croise les doigts, déjà…

Le sommet mythique de la Barre des Écrins (alt 4102m) sera le plus difficile…

    • Après des mois de recherches, après des dizaines de soirées à balayer la France et ses 96 départements à l’aide de satellites, ma liste est construite. Ma liste est faite. Maintenant, il n’y a plus qu’à me rendre sur le terrain, pour valider ces recherches.
    • Pour trouver et identifier ces 96 points/96 sommets, je me suis servi de différents outils. J’ai établi une première liste à l’aide de la liste des sommets de Mr Paul Courbon (Liste Mr Courbon). J’ai mélangé cette liste à celle des points culminants des départements français paru dans le numéro 80 (d’octobre 2005) du bulletin trimestriel JALON de l’Association des personnels retraités de l’Institut Géographique National (APRIGN). Enfin, j’ai mélangé le tout à liste Wikipédia des points culminant de chaque département de France (lien ici).
    • La grande majorité des sommets/des points étaient identiques aux 3 listes ! Mais pour certains, il y a eu des différences ! Et de grandes différences. J’ai donc hâte de me rendre sur chaque point pour vérifier/invalider mes recherches.
    • Il y aura, quoi qu’il arrive, des belles surprises. C’est l’une des raisons de mon projet… Je serai très fier et très heureux de pouvoir «établir une nouvelle liste », un nouveau classement des points culminant de chaque département de France…

Ma liste est construite. Ma liste est faite. Maintenant, il n’y a plus qu’à…

 Méthodologie : pour chaque sommet, après le mélange des 3 listes, j’ai vérifié son altitude exacte à l’aide de 4 outils :

    • l’application iPhiGénie de mon portable au 1/25 000, avec en supplément, l’option BirdsEye. Iphigénie est une application mobile crée, développée et régulièrement mise à jour par l’IGN (institut national de l’information géographique et forestière). Cette application est très complète, et est incroyable de précision.
    • Les cartes papiers de la série TOP 25 de l’IGN, à l’échelle 1/25 000.
    • La cartographie Delorme de mon GPS inReach et des satellites Garmin.
    • La cartographie satellite du site internet de Suunto.

Merci à l’application Iphigénie!

La révolution Galileo :

Au moment où vous lisez ces lignes, des dizaines de satellites en orbite dans l’espace tournent autour de la terre. C’est eux, qui vous permettent d’avoir une « position GPS » précise instantanée. Que ce soit pour la géolocalisation téléphonique, pour la navigation en voiture, pour la localisation et le guidage des avions, des bateaux et des portes avions, les satellites sont aujourd’hui indispensables dans notre vie… Pour mes ami(e)s sportifs/sportives, ce sont les satellites dans le ciel qui vous permettent en ski de randonnée, en trail et en course à pied d’avoir une position satellite en 3D, et donc de connaitre la vitesse à laquelle vous courrez, le nombre de kilomètre que vous avez fait, l’altitude exacte à laquelle vous vous situez…

Ces satellites, tous ensembles, forment un « système global de positionnement par satellites », appelé le GNSS : le « Global Navigation Satellite System ».

En 2018, 2 grands systèmes de satellites tournent dans l’espace, et forment donc à eux 2 le GNSS :

  • Les satellites GPS : ils forment le système de positionnement par satellites Américains gérés par département de la défense des États-Unis.
  • Les satellites GLONASS : ils forment le système de positionnement par satellites d’origine soviétiques, géré par les forces spatiales Russes.

En 2019, deux grands nouveaux systèmes de satellites seront eux aussi en orbite autour de la terre. Ils sont :

  • Les satellites BeiDou II/COMPASS: ils forment le système de positionnement par satellites Chinois, géré par l’armée populaire de Chine.
  • Les satellites GALILEO : ils forment le système de positionnement par satellites de l’Union Européenne.

Ces deux nouveaux systèmes doivent à partir de 2020 avoir un déploiement planétaire et une couverte mondiale. Le GNSS sera donc composé de 4 grands ensembles de systèmes de satellites. Mais depuis juillet 2018, il est déjà possible de se localiser grâce à GALILEO et ses satellites. Et d’après ce que j’ai vu sur de nombreux sites spécialisés, la précision des satellites GALILEO est remarque et incroyable.

Est-ce que des nouvelles mesures vont être effectuées ? Est-ce que des sommets vont voir leur altitude sommitale baisser/ou augmenter ? Est-ce que des départements Français vont avoir un « nouveau point culminant » ? Peut-être, oui… Grâce à GALILEO, je vais donc pouvoir effectuer des relevés de terrain qui n’ont peut-être pas été encore effectués… Rien qu’à écrire ces lignes, j’en tremble d’excitation.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions et/ou pour toutes remarques, j’en serai très heureux.

Merci de votre fidélité, et vive les aventures !