Cela faisait déjà quelques temps que je m’étais promis un jour, de visiter en mode « rando-run » la partie Nord du massif des Bauges. Car il faut bien l’avouer, mise à part une randonnée au Semnoz en 2017, je ne connais pas cette partie Nord de mon massif montagneux préféré. Je suis habitué et je connais très bien le Sud, le Centre, l’Est et l’Ouest des Bauges, mais pas le Nord.

Après quelques recherches sur Géoportail et une longue hésitation avec la randonnée du Roc des Bœufs, je me suis trouvé un beau circuit à faire: la randonnée de Lanche Close et de la Croix du Roy au départ du parking du Reposoir (commune de Bellecombe-en-Bauges). Une belle boucle de rando/trail… Au final, je me suis régalé. Récit de sortie, photos et topo ci-dessous !

Circuit randonnée « Lanche Close et Croix du Roy » depuis le parking du Reposoir (massif des Bauges)

Date: vendredi 19 juin 2020.
Durée: 4h22 min de randonnée.
Météo: météo assez moyenne. Beau, nuages, puis pluie/grêle sur les 2 derniers kilomètres.
Dénivelé: 961 mètres de D+ et de D-. Circuit d’une longueur de 16,200kms.
L’équipe du jour: tout seul. Mais avec mes copains de l’Afterfoot (RMC) dans les oreilles.
Massif: Bauges, département Savoie et département Haute-Savoie.
Itinéraire d’ascension: départ au parking du Reposoir – Chalet de Bornette – Lieu dit « Les Ailes du Nant » (alt 1327m) – Prendre le sentier de Grande Randonnée du « Pays du massif des Bauges » – Lieu dit « Sous la Roche » (alt 1380m) – Chalet de la Combe (alt 1572m) – Lieu dit « La Pessette Nord » (alt 1700m) – Lieu dit « Les Portes » (alt 1670m) – Sommet de Lanche Close (alt 1791m) – Lieu dit « Collet du Charbon » (alt 1690m) – Sommet de la Croix du Roy (alt 1700m) – Descente en hors sentier vers le chalet de la Combe pour éviter le Patou – Itinéraire en sens inverse – Retour au point de départ.
Carte IGN: TOP 25 série bleue référence 3431 OT & 3432 OT.
Accès départ: la randonnée débute au parking du « Petit Reposoir » à 1090m d’altitude. À noter que le grand parking du reposoir est depuis quelques temps interdit d’accès aux voitures. Une barrière bloque la route… Il faut donc se garer sur le parking du « Petit Reposoir », situé quelques hectomètres sous le grand parking du Reposoir. Pour vous y rendre, direction la commune de « Bellecombe-en-Bauges ». Traversez là, puis dépassez les hameaux de Mont Derrière et de Mont Devant. Le parking se situe un peu plus loin en montant, sur votre gauche.

Carnet de randonnée… 

C’est très heureux et motivé que je passe en ce vendredi 19 juin au matin le Col du Frêne, véritable porte d’entrée géographique du massif des Bauges. Je débute en voiture une sympathique traversée du centre des Bauges pour finalement terminer ma route dans la commune de Bellecombe-en-Bauges (Savoie) et plus précisément sur le parking du Petit Reposoir. Je gars ma voiture, je prépare ma montre GPS, la randonnée peut commencer. Dès les premières enjambées, je sens que je suis en forme physiquement…

Rapidement, après avoir marché un bon kilomètre sur une route goudronnée, je dépasse le parking du Reposoir. J’entre ensuite dans les alpages de la Pointe de Banc Plat… Je passe devant le Chalet de Bornette puis devant le lieu-dit « Les Ailes du Nant », à 1327 mètres d’altitude. La météo est moyenne mais le soleil se fait de + en + insistant, je croise les doigts ! J’entre dans une belle forêt et marche sur un petit sentier serpentant à travers les arbres. D’un coup, je tombe sur la pancarte du lieu-dit « Sous la Roche » (alt 1380m). Je bifurque direction Est, la (vrai) montée commence enfin…

Je m’élève rapidement dans une superbe falaise ! Le sentier est raide mais l’altimètre grimpe vite ! Le chemin sur lequel je suis a été taillé dans la roche, presque comme un tunnel… Une grande barrière sécurise le passage, que l’endroit est merveilleux! L’ambiance est géniale… Je termine ce gros coup de cul à un petit Col (où je fais une pause pour déguster mon habituel pot de pâté), puis arrive devant le gite de la Combe. Lanche Close? Droit devant ! La Croix du Roy ? Sur ma gauche. La pointe de Banc Plat? Sur ma droite…

À l’aide de mon GPS (pas de souci si vous n’en n’avez pas, le sentier est très bien indiqué), j’entre dans un beau cirque et dépasse avec difficultés un troupeau de chèvres (nous y reviendrons plus tard). Je passe quelques instants plus tard devant les lieux-dits « La Pessette Nord » (alt 1700m) et « Les Portes » (alt 1670m). Le sommet de Lanche Close est droit devant. Je remonte une douce et très belle pente herbeuse pour arriver finalement sur la crête de l’objectif du jour, puis au sommet: Lanche Close culmine à 1791 mètres d’altitude, aux coordonnées GNSS N45.72797 E6.20393 ! Le panorama sommital est merveilleux, je me régale… À noter qu’aucun sentier ne mène à Lanche Close. Il faut faire du hors sentier, mais il n’y a rien de technique, rassurez-vous !

En avance sur mes prévisions (comme régulièrement ces temps-ci, cela veut peut être dire que la forme est là), je décide de continuer ma randonnée et de ne pas redescendre tout de suite. Ayant repéré sur ma carte en relief des Savoies le sommet de la Croix du Roy, je poursuis ma marche. Je dépasse à nouveau les lieux-dits « Les Portes » (alt 1670m) et « La Pessette Nord » (alt 1700m). La Croix du Roy est très bien indiquée par les pancartes, cela est très facile de s’y rendre… J’y suis quelques minutes plus tard (alt 1700m). Le sommet de la Croix du Roy est symbolisé par une très grande croix sommitale et par une pancarte. La vue sur le lac d’Annecy est enivrante et exceptionnelle, quel panorama de fou ! Belle vue également sur Doussard, Faverges, la partie Est des Bauges…

Je passe un bon moment au sommet à admirer la vue… J’aimerai me poser quelques minutes pour lire mon livre du moment (8000+ de Ueli Steck, Editions Guérin) mais je vois que le temps est en train de se dégrader. Tant pis, je lirai les aventures de mon idole plus tard. J’attaque la descente, à travers pente, derrière le refuge de la Combe. Je retrouve rapidement le chemin de montée, que je prends donc en sens inverse. La descente se passe bien… Je me prends une bonne averse avant d’arriver à la voiture, et arrive bien heureux et un peu fatigué. Une très très belle randonnée se termine… Il est temps de retourner à la maison, en passant cette fois-ci par le Col de Leschaux… 

Maintenant, il est temps de placer mon coup de gueule. Je n’ai pas pour habitude de passer mes coups de colère sur mon Blog, mais quand il faut le faire, je le fais. Et aujourd’hui, j’estime qu’il le faut. En arrivant un peu après le refuge/le gite de la Combe, j’ai été pris « en chasse » assez vigoureusement par le Patou (un berger d’Anatolie) d’un troupeau de chèvre. Ce dernier est venu à quelques centimètres de moi ( à -de 30 centimètres), et m’a aboyé très fortement dessus, pendant presque 2 minutes complètes. Je n’exagère pas. J’ai eu très peur, et même si je commence à « gérer les rencontres avec les Patous », celle ci a été très mauvaise. Au bout de 2 minutes, le Patou est revenu sur ses pas.

En arrivant devant le refuge/le gite de la Combe, un panneau a été planté et met en garde/donne des conseils aux « promeneurs »… Du beau blabla, où on prend les randonneurs pour des cons! Comment ne pas avoir peur quand un Patou de plusieurs dizaines de kilos vous hurle dessus? Et ce pendant plusieurs minutes? Alors que je marchais sur le chemin ! Sur le CHEMIN ! Un randonneur, qui a du lui aussi être embêté par le chien du troupeau, au stylo noir, a répondu au berger de manière assez forte sur le panneau préventif (la photo est au-dessus). Et ce n’est pas tout, lorsque j’étais sur la crête de la Croix du Roy, j’ai vu que le Patou avait pris « en chasse » vigoureusement un autre groupe de randonneurs… Encore et encore…

Je suis persuadé que mon cas est loin d’être isolé et que ce n’est pas la première fois qu’il y a un incident. Le berger ou responsable du troupeau doit être au courant de ces méfaits, mais laisse faire librement son chien. Je ne sais pas si le propriétaire du refuge de la Combe est également le propriétaire du troupeau, mais j’ai un doute qui penche vers le oui. Cela n’est pas normal. Je trouve cela minable et déplorable. Cela me fait du mal de le dire car j’adore les chiens… J’ai un très bon ami qui est berger dans le massif de la Lauzière et j’ai passé à ses côtés plusieurs soirées et plusieurs journées. JE N’AI JAMAIS EU DE PROBLÈMES AVEC SES 3 PATOUS ! Quand ils me voient, ils viennent m’aboyer dessus en restant à 2 mètres de moi, pendant 10 secondes, et basta. Pas +… La montagne est à tout le monde, et cela, beaucoup de bergers ne l’ont pas encore compris. Vivre en montagne tout l’été ne vous donnent pas le droit de faire n’importe quoi et de vous croire les rois des cimes… À bon entendeur !