Sympathique ascension du Pic de la Sauge (massif des Bauges, Savoie) en mode Fast & Light, c’est à dire en « rapide et léger ». Il faut dire que les conditions météorologiques étaient minables, il fallait donc passer le moins de temps possible en montagne ! J’ai emprunté l’itinéraire du Col de la Galoppaz pour rejoindre le sommet du Pic de la Sauge (alt 1612m), et je suis parti du petit village d’Arvey. Photos et récit en-dessous:

En mode « rapide et léger » sur le sommet du Pic de la Sauge (massif des Bauges, Savoie) 

Date: mercredi 10 juin 2020.
Durée: 2h23 min de randonnée dont 1h24 min de montée.
Météo: temps très galère. Vent, brouillard et pluie. Terrain extrêmement glissant à la descente.
Dénivelé: 907 mètres de D+ et de D-. Circuit d’une longueur de 9,200 kms.
L’équipe du jour: tout seul. En même temps, qui aurait voulu venir avec moi avec cette météo horrible…
Massif: Bauges, département Savoie.
Itinéraire d’ascension: départ au village d’Arvey (alt 799m) – Cabane de la Soueta – Lieu dit « Sous la Galoppaz » (alt 1200m) – Sentier du GRP du massif de Bauges – Croisement des sentiers « Col de la Galoppaz / Col des Prés » – Col de la Galoppaz (alt 1479m) – Sommet du Pic de la Sauge (alt 1612m) – Descente par le même itinéraire – Retour au point de départ.
Carte IGN: TOP 25 série bleue référence 3432 OT.
Accès départ: le rendez-vous au départ de la randonnée est donné dans le petit village de Arvey (commune de Puygros, Bauges, Savoie). Un parking est disponible à l’entrée du village si vous arrivez du Col de Marocaz, et à la sortie du village si vous arrivez de Chambéry. Un grand et beau panneau en bois est installé juste devant le début du sentier. Attention, ne confondez pas « Arvey » et « Saint-Jean-d’Arvey », même si les deux villages ne sont pas forcément très éloignés… Croyez moi, c’est déjà arrivé à quelques randonneurs 😉

En randonnée et en montagne, il faut essayer de tirer le positif à chaque sortie ! C’est ce que j’essaye de faire depuis des années, surtout quand la motivation est en berne… Alors forcément, quand je regarde la météo en ce mercredi 10 juin 2020 au matin et qu’il pleut à grosses gouttes sur le velux de ma chambre, j’essaye de trouver un avantage et un point fort à la sortie que je vais faire ce matin. J’ai prévu de grimper le Pic de la Sauge dans le massif des Bauges, depuis la commune d’Arvey. En déjeunant, une belle idée me vient: pour ne pas rester trop longtemps sous la pluie, je vais faire ma randonnée en mode entrainement, en mode « rapide et léger », alors que normalement, j’aime prendre mon temps à chaque marche pour profiter un maximum de la montagne et de la nature !

Niveau matériel, je vais abandonner mon sac Deuter 40 litres pour mon petit Nakamura 8 litres. Adieu mon thermos habituel, adieu mon sandwich de chaque randonnée, me voilà seulement avec une veste imperméable et une gourde de 500ml à la ceinture. Léger…

À Arvey, au début de la randonnée, je me connecte aux satellites et je débute mon effort. Je connais très bien le sentier menant au Pic de la Sauge car pour une bonne partie de la montée, il s’agit du même itinéraire que celui du sommet de la Pointe de la Galoppaz, pointe de la Galoppaz que j’ai fait avec ma mère il y a 15 jours (topo et photos rando Pointe de la Galoppaz en cliquant sur le lien).

Cardiaquement assez haut (160 BPM), je dépasse rapidement la cabane de la Soueta puis le lieu-dit « Sous la Galoppaz » (alt 1200m). J’ai choisi de monter par le sentier raide (fort pourcentage), j’engrange donc rapidement de la D+ ! Pour info, après la cabane de la Soueta, vous arriverez à un embranchement avec deux possibilités: soit prendre le sentier à fort %, soit prendre le sentier à faible % ! Ces deux options sont sur un panneau directionnel, je trouve l’idée rigolote et originale !

La musique dans les oreilles, déjà bien trempé jusqu’aux os, je prends le sentier du GRP du massif des Bauges puis dépasse le croisement des sentiers « Col de la Galoppaz / Col des Prés ». Un peu plus haut, sous les alpages de la Galoppaz, je change d’itinéraire et bifurque à droite au Sud, en hors sentier. Grâce à mon GPS, je m’oriente parfaitement pour tomber pile nickel sur le Col de la Galoppaz (alt 1479m).

Le chemin jusqu’au sommet est évident. Le sentier est ultra trempé, je glisse à de nombreuses reprises ! Sur les arbres, un balisage de traits jaunes indique parfaitement la direction jusqu’au sommet. Sommet que j’atteins après 1h25 de montée. Mon chrono est pas mal, je suis content (900m de D+ en 1h25 avec un long moment de plat et même de descente avant le Col de la Galoppaz), surtout que je ne suis pas monter à fond. Je fais un petit selfie devant la croix sommitale… La vue, évidemment, est bouchée…

N’ayant rien de bien intéressant à faire au sommet, je bascule rapidement dans la descente… J’hésite à passer faire un petit tour à la Pointe de la Galoppaz, mais le terrain est trop glissant (puis surtout, j’ai la flemme !). Mes Hoka One One ne tiennent plus rien et la paresse l’emporte… Direction la maison et une bonne douche ! Finalement, je suis bien content de m’être levé ce matin. Au top…