Un gros tas de cailloux que ce sommet de la Pointe Percée! De la roche, du rocher et de la pierre pour un panorama enivrant depuis le sommet du point culminant du massif des Aravis!

L’itinéraire que nous avons utilisé (depuis le col des Annes en passant par le Refuge de Gramusset) mon père et moi est aérien, technique, et très alpin. PRUDENCE donc, pour les randonneurs non expérimentés qui se lanceront à l’assaut du sommet de la Pointe Percée. Le point culminant des Aravis se mérite!

Le sommet de la Pointe Percée, 2750m, point culminant des Aravis (Haute-Savoie)

Date: 13 octobre 2018.
Durée: 2h10 d’ascension et 2h38 de descente. 4h48 de randonnée au total!
Météo: grand soleil. Températures supérieures aux normales de saison.
Dénivelé: 1090m + et 1090m- au total de la randonnée. Départ du sentier à 1720m, sommet à 2750m. Nous avons fait à la montée 4.77 kilomètres et à la descente 4.83 kilomètres, soit une rando à 9.60 kilomètres aller-retour.
L’équipe du jour: le padre et moi.
Massif: Aravis, département Haute-Savoie. La Pointe Percée est le point culminant des Aravis.
Itinéraire d’ascension: départ du col des Annes (alt 1720m) – Col de l’Oulettaz (alt 1925m) – Lieu dit “Monts Pelés” (alt 2010m) – Refuge de la Pointe Percée / de Gramusset (alt 2164m) – Partir direction Est – Pierrier de la Pointe Percée –  Face de la Pointe Percée – Sommet de la Pointe Percée (alt 2750m).
Carte IGN: TOP 25 référence 3430 ET.
Accès départ: pour rejoindre le col des Annes, direction la station de ski du Grand-Bornand. Une fois le Grand-Bornand dépassé, prendre la direction du vallon du Bouchet et du col des Annes. Rouler jusqu’au terminus de la route goudronnée, la montée en voiture est longue… Des petits parkings sont disponibles devant les fermes/auberges/restaurants du col des Annes.

Jamais pour la rubrique “Sommets des Savoies” de mon Blog je n’étais allé aussi loin en voiture pour faire un sommet! Et c’est bien dommage, car le massif des Aravis, que je connais très peu, est incroyable de beauté! J’ai donc profité d’une volonté féroce de réussir le point culminant des Aravis pour me rendre au sommet de la Pointe Percée.

Un samedi matin donc, direction depuis Albertville le col des Aravis, puis la station de la Clusaz et de celle du Grand-Bornand. En arrivant aux environs du col des Annes, je suis impressionné par la gigantesque face de la Pointe Percée, qui se dresse devant nous dans l’obscurité! Par où allons-nous passer? Tout me parait raide et engagé…

Le départ du sentier pour la Pointe Percée se situe au terminus de la route goudronnée du col des Annes, à 1720 mètres d’altitude, derrière les grandes fermes/battisses du col. Le soleil est encore caché de l’autre côté de la montagne… Tant mieux, nous allons pouvoir monter au frais! Le chemin de montée débute par une piste forestière qui monte jusqu’au sommet d’un télésiège. Nous sommes en forme, et nous avançons à bon rythme 😉

Rapidement, après avoir longé quelques petites crêtes, nous arrivons au Col de l’Oulettaz (alt 1925m) puis au lieu-dit “Monts Pelés” (alt 2010m). Le refuge de la Pointe Percée / de Gramusset se dresse au loin. Alors que dire de la Pointe Percée, qui domine magistralement les lieux. Le chemin est  un pur bonheur, nous enchaînons les lacets et arrivons après 56 minutes de montée, et 500m de dénivelé positif, au refuge de la Pointe Percée / de Gramusset, à 2164 mètres d’altitude. Nous faisons une petite pause, alors que les randonneurs se lèvent dans le refuge! Il va y avoir du monde sur le sommet aujourd’hui!

La pause sera courte! Nous voulons pouvoir profiter du sommet avant le reste de la troupe. Et nous n’en sommes plus très loin. Nous nous élevons au-dessus du refuge, en passant sur de grandes dalles en pierre. Nous passons à quelques mètres de bouquetins, quel moment magique. Ces derniers n’ont pas peur de nous… Vers 2300 mètres d’altitude, les choses très sérieuses débutent. Il est temps de s’attaquer à la face aérienne et alpine de la Pointe Percée!

Comme annoncé sur les topos, des petits points rouges peints par dizaines sur les rochers balisent le sentier! Et heureusement car sans eux, il serait impossible de ne pas se perdre dans cette grande face! Un grand merci donc aux guides et aux AMM qui ont balisé cette voie en 2016. Au fur et à mesure, mètre après mètre, nous avançons dans la voie. Nous enchaînons les moments de grimpe et d’escalade. Rien de bien difficile, mais énormément de prudence à avoir. Mon père, tout comme moi, pose ses mains à presque chaque pas. Le chemin/petit sentier sur lequel nous marchons a été déblayé, et si tout le monde fait pareil, le risque de chutes de pierres est quasi-nul !

Finalement, après plusieurs efforts, et plusieurs petites glissades (ATTENTION, CERTAINES PIERRES SONT GLISSANTES COMME DU SAVON), nous arrivons sur la crête finale du sommet de la Pointe Percée. 2 randonneurs sont déjà au sommet; Quel panorama incroyable… L’ambiance est très aérienne, alors que le soleil pointe enfin le bout de son nez. Nous traversons une fine arête avant d’arriver enfin, au sommet de la Pointe Percée, point culminant du massif des Aravis! J’arrête immédiatement ma montre SUUNTO 9 BARO que j’ai en test, pour faire un beau tracé d’ascension avec l’interface Movescount. Ci-dessous, le voici:

Itinéraire Pointe Percée (Aravis)

Le panorama au sommet est bien évidemment somptueux. Vue royale en particulier sur le roi des Alpes le Mont Blanc! Mon père, comme à son habitude, me fait un panorama à 360°: Pierra Menta, Mont Blanc, Aiguille du Midi, Aiguille Verte, Tournette, Grand-Mont d’Arêches, Dôme de Chasseforêt, Mont Joly, Megève et son altiport… Que je suis heureux d’être ici! Notre chrono de montée est de seulement 2h10 minutes… La forme revient à grande vitesse, je suis monté vraiment tranquillement, sans en baver… J’ai perdu du poids (presque 5 kilos) et les entraînements comment à payer…

Au fil des minutes, des randonneurs arrivent de plus en plus nombreux. Il est temps de rentrer à la maison, par le même itinéraire qu’à la montée, mais en sens inverse. La descente sera longue (2h38!!!!!) et pénible, très glissante à de nombreux endroits. Dans cette face, il est bien plus facile de monter que de descendre. Bonne chance aux presque 35 randonneurs que nous croisons…

Je garderai de ce sommet des souvenirs magiques! Et un point de culminant de +, 1! Place désormais à d’autres massifs, bien que j’aimerai revenir dans cette partie du massif des Aravis, partie qui est magique.