Une belle randonnée et une grande journée sur le sommet du même nom! Voici le compte rendu illustré en photos de mon ascension du sommet de la Pointe de la Grande journée (2460m d’altitude), situé dans le massif du Beaufortain. Nous avons fait ce sommet avec mon père le 20 juin 2017, en marchant et en courant. Mon père a décollé en parapente du grand Col de la Bâthie, col installé sous le sommet de la Pointe de la Grande journée. Nous sommes partis à pied du lieu-dit « Sous la Cascade de Lavouet » (alt:1859), situé non loin du Chalet de Bellachat (alt:1820m).

La journée a été magnifique. Nous étions absolument seuls en montagne, dans un environnement incroyable. L’itinéraire de montée que nous avons emprunté passe par la cascade de Lavouet, par le lac et sans fond et par le grand Col de la Bâthie. Au sommet de la pointe de la Grande Journée, la vue est splendide sur Albertville et les Bauges, ainsi que sur les sommets d’Arêches Beaufort, tels que le Mirantin, le Grand Mont et le Nid d’Aigle.

 

Pointe de la Grande journée (2460m), massif du Beaufortain, Savoie

Date: 20 juin 2017.
Durée: 1h12 de montée, depuis la cascade de Lavouet jusqu’au sommet de la pointe de la Grande Journée. Mon chrono de descente est d’un peu moins de 40 minutes.
Météo: beau temps, températures supérieures aux normales saisonnières. Nous sommes partis tôt le matin pour ne pas souffrir de la chaleur et du soleil.
Dénivelé: mon dénivelé positif pour cette ascension est de 582m+. Le départ se situe à 1859m d’altitude, le sommet est à 2460m d’altitude. Nous avons fait à la montée 3.05 kilomètres. A la descente, je suis passé à travers champs pour gagner du temps.
Massif: Beaufortain. La pointe de Grande journée se situe à la frontière géographique des communes d’Arêches-Beaufort, de la Bathie et de Tours-en-Savoie.
Accès départ: la montée en voiture depuis la Bâthie est longue! Compter près d’une heure de trajet pour rejoindre le parking de départ. Depuis la Bâthie, prenez la direction du village de Biorges puis du Fugier. Vous dépasserez le hameau du Mondon puis le village de Lachat, situé  à 1200m d’altitude. La route se poursuit jusqu’au village du Daru. C’est ici que la route goudronnée s’arrête et que la route forestière débute. Si vous êtes équipés d’un 4X4, vous pouvez continuer votre montée. Le parking de départ de la randonnée se situe à 1820m d’altitude, au lieu-dit « Chalet de Bellachat ».

A partir de cet endroit, vous n’avez plus l’autorisation de rouler en voiture. Le chemin est uniquement reversé aux agriculteurs et aux véhicules autorisés.

En me levant chaque matin dans ma chambre, et lorsque je me balade à Albertville, j’adore regarder les sommets dominant les environs , et de me dire que je les ai grimpé! C’est déjà le cas pour les sommets de la Belle Etoile, de la Roche Pourrie, du Mont Charvin, de la Dent de Cons, de la Pointe de la Sambuy, de la Pointe de Chaurionde… mais depuis quelques temps, un autre sommet me titille: la Pointe de la Grande Journée, culminant à 2460m d’altitude et surplombant Albertville, Conflans et la Bâthie.

Ce sommet du massif du Beaufortain était l’un de mes objectifs prioritaire pour cet été. La canicule faisant rage en ce mois de juin 2017, nous décidons le 19 juin au soir avec mon père de faire le sommet de la Grande journée demain, et tôt le matin pour ne pas souffrir de la chaleur. Le lendemain, je retrouve donc mon père à 6h45 à la Bâthie, sur le parking du restaurant de l’Aurenath. C’est ici que se posera mon père tout à l’heure en parapente, après avoir décollé du sommet.

Mais avant un beau vol et une belle rando en perspective, une longue montée débute en direction des « Chalets de Bellachat ». Un peu plus d’une heure après avoir quitté la Bâthie, nous arrivons au lieu-dit « Chalet de Bellachat », à 1820m d’altitude. Nous avons traversé les villages de Biorges, du Fugier puis du Mondon. Le paysage est merveilleux, nous sommes dans les alpages surplombant la Bâthie et ses environs. Mon père étant en parapente, nous nous rapprochons le plus possible du sommet en voiture. La montée jusqu’au sommet sera courte, mais belle.

Nous continuons notre route 400 mètres de plus, et garons la voiture dans le renfoncement d’un chemin tout près du lieu-dit « Sous la cascade de Lavouet » à 1859m d’altitude. La rando peut commencer! L’itinéraire de montée débute par un petit sentier à travers champs, en direction du Lac sans fond. J’aperçois les vaches au loin, en train de paître tranquillement dans des champs gigantesques. Nous montons à bonne allure, et je suis plutôt satisfait de mon état physique… les entraînements commencent à porter leurs fruits, enfin!

Après 200m de dénivelé, nous traversons un petit ruisseau à proximité de la Cascade de Lavouet. Sur ma gauche, se dresse les crêtes de la Pointe de la Grande journée… sur ces crêtes, un sentier part des chalets de Bellachat pour rejoindre le sommet final. Le terrain doit être technique et aérien… à faire lors d’une prochaine rando dans le Beaufortain! Après 45 minutes de montée, nous arrivons au Lac sans fond. La Pointe de la Grande journée est juste au-dessus de nous. Nous entamons un long dévers recouvert par la neige, puis retrouvons notre sentier de montée. Il commence à faire chaud, je m’arrête pour une petite pause et pour m’hydrater. Le sommet n’est plus très loin.

En quelques minutes depuis le Lac sans Fond, nous rejoignons le grand Col de la Bathie, à 2200m d’altitude. Précision importante, ce col n’est pas le même que le Col de la Bâthie, situé plus bas à 1889m d’altitude. Attention à ne pas les confondre! Au grand col de la Bâthie, le chemin de montée bifurque à gauche. Nous montons à présent sur la crête sommitale, longeant l’épaule du sommet de la pointe de la Grande Journée. Le terrain devient un peu plus technique, nous marchons avec prudence et avec attention. Finalement, après 1h12 de montée depuis notre parking de départ, nous arrivons mon père et moi au sommet de la Pointe de la Grande journée!

Le sommet est symbolisé par un bâton coincé dans un Cairn! Albertville se dresse devant moi, loin en contre-bas! Demain en partant au travail, en regardant le sommet, je pourrai me dire que je l’ai réussi! Après un petit ravitaillement, le temps de l’observation géographique débute! Je ne pensais pas que la Pointe de la Grande journée était aussi proche d’Arêches-Beaufort… Les sommets voisins se nomment le Grand Mont d’Arêches, la Pointe du Dard, le Mirantin, le Nid d’Aigle, la légette du Mirantin… des sommets que je connais et que j’adore! Je suis très heureux d’être ici, et je sens que je vais beaucoup mieux physiquement! Je n’ai pas décroché, et je suis monté sans me mettre dans le rouge!

Je regarde les environs… j’aimerai un jour, quand je serai plus fort, faire une grande balade dans le Beaufortain, et repasser par les sommets que j’ai fait en ski de rando et en courant! Un beau projet en perspective… Alors que je suis en train de regarder ces montagnes que j’aime tant, mon père déplie sa voile. En quelques mouvements et après un bon coup de vent, le voici en l’air, la tête dans les nuages! La vue de la haut doit être magique! Moi, je dois me dépêcher car dans 25 minutes, mon père se sera posé à la Bâthie. Je dévale prudemment le sentier de montée et arrive moins de 40 minutes plus tard à la voiture. Je me change, et prends la direction de la vallée. Dommage, car je serai bien resté ici toute la journée, au calme et en montagne. A très vite!