Comme tout amoureux du massif des Bauges qui se respecte, je me suis lancé il y a quelques années en arrière dans l’ascension des 14 sommets de + de 2000 mètres d’altitude des Bauges. Un clin d’œil rigolo aux 14 sommets de + de 8000m de l’Himalaya… En cet automne 2019, j’espère avancer ce projet qui me tient à cœur, maintenant que j’habite au pied du massif des Bauges (Grésy-sur-Isère).

Direction donc en ce vendredi matin pluvieux du mois d’octobre le massif des Bauges, avec un objectif précis: grimper le Mont d’Armenaz et ses 2158 mètres d’altitude ! Et si la météo le permet, enchaîner la rando jusqu’au sommet du Pécloz (alt 2197m). Le Mont d’Armenaz et le Pécloz sont deux sommets voisins…

Le splendide Mont d’Armenaz et ses 2158 mètres d’altitude (Bauges, Savoie)

Date: 4 octobre 2019.
Durée: 3h47 minutes aller-retour dont 2h03 min de montée. Le trajet aller-retour est long de 15 kilomètres.
Météo: temps couvert au début, puis vent et pluie sur les crêtes.
Dénivelé: 1301m de D+ et de D – au total de la randonnée.
L’équipe du jour: absolument tout seul, et j’ai croisé personne !
Massif: Bauges, département Savoie…
Itinéraire d’ascension: départ au parking du Couvent (alt 865m) – Prendre le sentier du GRP du Massif des Bauges – Lieu dit « Piste de la Chapelle » (alt 990m) – Lieu dit « Fond des Prés » (alt 1110m) – Passage à proximité du Chalet des Gardes – Crête de l’Armenaz et du Pécloz (alt 1995m) – Sommet du Mont d’Armenaz (alt 2158m) – Descente par le même itinéraire.
Carte IGN: TOP 25 référence 3432 OT.
Accès départ: rendez-vous à Ecole en Bauges. À Ecole, prendre la direction de « Jarsy » et du « Vallon de Bellevaux ».  Au premier croisement, suivre la direction de « Nant Fourchu », « Carlet » et de « Notre Dame de Bellevaux ». Le terminus se situe un peu plus loin, au parking du couvent (alt 868m). Le « Mont d’Armenaz » est indiqué dès le départ de la randonnée.

RÉCIT: la météo est très moyenne ce matin. Je viens d’arriver au parking du Couvent et il fait 5 petits degrés au compteur de ma voiture. Le ciel est encore à moitié clair, mais de la pluie est annoncée pour la fin de matinée. Il va falloir faire vite… 5 minutes après avoir quitté le parking de départ de ma randonnée (prendre la route goudronnée qui monte sur la droite depuis le parking), je bifurque à gauche sur un tout petit sentier forestier. Heureusement que je suis équipé de mon GPS car le début de la randonnée n’est pas évident à trouver.

Le petit chemin serpentant à travers les arbres monte fort ! Après 100 m de dénivelé, je rejoins la grande piste forestière de Notre Dame de Bellevaux. La piste s’adoucit finalement et au fil des minutes je me rapproche du pied de l’Armenaz. Je suis en forme aujourd’hui et je suis très heureux d’être dans mon massif montagneux préféré (et oui 😉 ) !

45 minutes après avoir quitté ma voiture, j’arrive au lieu dit « Fond des Prés » (alt 1110m). Les choses sérieuses débutent enfin… Je me lance sur un petit sentier s’élevant rapidement en altitude. Le sentier est très agréable et mon altimètre s’envole enfin. Je pousse sur mes bâtons, j’accélère le rythme si je ne veux pas me retrouver trempé dans quelques dizaines de minutes !

En arrivant à un petit col, le ciel se couvre véritablement. J’aperçois au-dessus de moi le Chalet des Gardes… S’il pleut trop, j’irai m’abriter las bas à la descente car les premières grosses gouttes de pluie commencent à tomber, galère ! La fin de la randonnée ne va pas être évidente. Mais je ne suis plus si loin du sommet. Il me reste une grande combe à monter, puis à bifurquer à droite sur la crête. Le Mont Pécloz, magistral, sera inaccessible aujourd’hui. Le terrain sera dans quelques minutes très glissant…

À proximité de mon arrivée sur les crêtes de l’Armenaz, 30 à 40 chamois me dépassent sur le dessus. Quel spectacle… Les pentes de l’Armenaz et du Pécloz sont connus pour abriter de nombreux chamois. Pas impressionné par ma présence, ces derniers me regardent puis finissent par s’éloigner au loin. Ils auront été aujourd’hui mes seuls compagnons de rando 😉

En arrivant au Col du Pécloz (alt 1995m), la météo se gâte ! Je bifurque à droite en direction de l’Armenaz et abandonne toute idée de monter au Pécloz. Ce sera pour une prochaine fois.

Sur les derniers mètres de dénivelé, je me fais bâcher par un gros vent et une forte pluie. Il fait froid, la neige ne doit pas être très loin. Le paysage est bouché mais je suis très impressionné par les très grosses crevasses de l’Armenaz. une chute ici serait fatale. Et finalement, après un dernier gros effort, j’arrive au sommet du Mont d’Armenaz; du moins, il me semble, car je ne vois plus à 5 mètres. Mais je crois que je suis bien au sommet car je suis à côté de la croix sommitale en bois, qui est à terre. Ma pensée est validée quelques secondes plus tard par mon INREACH Garmin: je suis bien au sommet du mont d’Armenaz.

Normalement, les randonneurs montant au Mont d’Armenaz font une boucle du sommet, en passant à la descente par le chalet d’Armène. Aujourd’hui ce sera impossible. Je débute rapidement ma descente par mon itinéraire de montée, trempée et en colère contre mes SPORTIVA TX 4, qui ne tiennent absolument pas en terrain mouillée. Plusieurs fois, je ne passe pas loin de la correctionnelle ! Heureusement que j’ai mes bâtons, qui m’évitent une cata…

3h47 minutes après avoir déclenché mon GPS, je suis de retour à la voiture. Une chose est évidente, je vais revenir très rapidement pour le Pécloz. Et désormais, je connais presque par cœur le chemin de montée jusqu’au Col de jonction avec le Mont d’Armenaz. Du Col au sommet du Pécloz, il me restera 202 mètres pile de dénivelé positif. En mode rando/escalade… Avec le mont d’Armenaz, je suis seulement à 7 sommets sur 14 de mon projet alors j’ai encore du boulot. À très vite !