Depuis chez moi (pied du massif des Bauges, vallée de l’Isère), pas de doutes possibles : la Chartreuse partie SUD-OUEST, c’est beau mais c’est loin (comme dirait notre regretté Jacques-Chirac) ! Mais dans le fond peu importe, quand on est passionné par les montagnes et par la randonnée comme je le suis, on est prêt à tout pour découvrir des parties de massifs inconnus et/ou des sommets peu fréquentés…

Ascension du sommet de Roche Brune (alt 932m) depuis le village de Pommiers-la-Placette (Chartreuse, Isère) 

Date: vendredi 19 mars 2021.
Durée: 1h16 minutes de montée et 1h02 minutes de descente.
Météo: températures assez fraiches. Ciel couvert, peu de soleil.
Dénivelé: 430m environ de D+ et de D-. La randonnée a été longue de 6,39 kilomètres.
L’équipe du jour: tout seul.
Massif: partie SUD-OUEST du massif de la Chartreuse, département de l’Isère.
Itinéraire d’ascension: départ devant la Mairie du village de Pommiers-la-Placette (alt 515m) – Bois de Ratz (alt 505m) – Lieu dit « Les Barniers » alt 510m – Le « Pas du Col » alt 881m – Plateau sommital – Sommet de Roche Brune (alt 932m) – Forêt des Grands Bois (alt 870m) – Descente par le même chemin qu’à la montée – Retour au point de départ.
Carte IGN: à l’échelle 1/25 000, série bleue référence 3334 OT.
Accès départ: les ami(e)s, 2 solutions/départs s’offrent à vous pour rejoindre le sommet de Roche Brune. Vous pouvez partir soit de Voreppe (code postal 38340) soit d’un peu + haut en vous rendant dans le village de Pommiers-la-Placette (code postal 38340), comme je l’ai fait. Pour les dénivelés positifs respectifs, ca donne 700m+ depuis Voreppe et 430m + depuis Pommiers-la-Placette. Faites vos jeux, faites votre choix…

Lorsque j’ai fait la connaissance du sommet de Roche Brune (alt 932m, zone SUD-OUEST du massif de la Chartreuse), j’étais en randonnée sur le sommet du Bec de lÉchaillon dans le massif du Vercors (compte-rendu de ma randonnée à retrouver ici). Je m’étais alors interrogé sur l’élégant sommet qui se trouvait en face de moi, dans le massif de la Chartreuse, et qui domine de toute sa splendeur la ville Iséroise de Voreppe. Sur l’application mobile Iphigénie, j’ai fait alors connaissance avec le sommet de Roche Brune, et lorsque j’ai vu le soir chez moi que ce sommet était répertorié sur ma carte en relief qui me sert à programmer mes randonnées depuis des années, je me suis fixé comme futur objectif de le grimper. 15 jours plus tard, me voilà à Voreppe, un vendredi du mois de mars 2021, en début d’après-midi.

Un peu fatigué par ma semaine de boulot, je décide de ne pas partir de Voreppe à pied comme je tenais à le faire, mais de monter plus haut en voiture. Je continue donc mon chemin pour finalement me garer dans le petit village de Pommiers-la-Placette (code postal 38340), à altitude 515m. Je me prépare, regarde l’itinéraire sur mon appli de cartographie, et la randonnée débute. Je passe en trottinant la route départementale D 520a puis je rentre tranquillement dans le « Bois de Ratz ». La direction à suivre est celle du Col de la Tençon. Je passe en 30 minutes environ à deux lieux-dits : celui des Barniers (alt 510m), puis celui du « Bois de la Tençon ». À un croisement, le sentier quitte une large piste forestière pour rentrer sur un petit sentier qui serpente à travers les arbres : la montée débute véritablement ! Je prends rapidement du D+, bien que mon rythme de marche se soit logiquement effondré.

Après une montée assez soutenue sur un terrain bien glissant à cause de la pluie de la veille, je parviens au lieu-dit « Pas du Col » à altitude 881 mètres. Le « Pas du Col » marque l’entrée Sud sur le plateau sommital de Roche Brune. D’ici-là, peu de dénivelé reste à faire pour rejoindre Roche Brune. Sur le plateau sommital (du nom du plateau des « Grands Bois »), plusieurs petits sentiers serpentant à travers la forêt (parfois non marqués sur les cartes), mènent au sommet officiel de Roche Brune, à altitude 932 mètres, aux coordonnées GNSS 45.31676N 5.63995E

Le sommet de Roche Brune est symbolisé par une grande croix en bois. Le panorama est très beau sur la vallée de Voreppe, sur le Bec de l’Echaillon et sur le très beau sommet de la « Dent de Moirans ». Franchement, le top, je suis très content d’être ici. Il y a un léger vent frais, qui va me faire partir du sommet assez rapidement… En quittant la croix sommitale, je croise deux jolies et jeunes randonneuses, à la recherche d’une paire de lunettes égarée… Les recherches s’annoncent difficiles !

J’entame une petite traversée en courant du plateau des Grands Bois, avant de me balancer dans la descente, qui sera courte et rapide. Au fil des randonnées, je recommence à prendre un « bon niveau » à la descente et c’est cool. Avec mon bon surpoids je me traine toujours à la montée (il faut vraiment que je perde du poids), mais en descente, ca va mieux. Musculairement, surtout aux ischio-jambiers, je souffre beaucoup moins des gros impacts. A+ les ami(e)s !