Avec ses 6962 mètres d’altitude, le sommet du Cerro Aconcagua est le point culminant d’Argentine, le plus haut sommet des Amériques et le plus haut sommet du monde hors-Asie. Situé dans la Cordillère des Andes dans la province de Mendoza, l’Aconcagua est un sommet plébiscité par les alpinistes et randonneurs du monde entier. Faisant partie de la célèbre liste des “Seven-Summits” avec l’Everest, le Kilimandjaro ou encore l’Elbrouz, l’Aconcagua est un monument de l’univers montagnard.

En février 2013, j’ai eu la chance de réaliser l’ascension de l’Aconcagua par sa Face-Nord, que l’on appelle également la voie normale (le récit d’ascension jour par jour est ici). Cet itinéraire est le plus fréquenté et également le plus simple. En été, le sentier de monter est presque sans neige. Aucun passage technique n’est répertorié. Après plusieurs questions de la part de lecteurs de mon blog, je tenais à vous présenter aujourd’hui les principaux camps de la Face Nord du point culminant des Andes.

Les principaux camps d’altitude de la Face Nord de l’Aconcagua

Au total, il existe sur le sommet de l’Aconcagua en Argentine près de 33 itinéraires d’ascensions. Ses 33 chemins sont divisés en 4 grands ensemble: la Face Nord (Voie Normale), le versant des Polonais (par le Glacier des Polonais), la Face Sud (depuis la Plaza Francia) et la Face Ouest. La Face Nord est la voie la plus simple, la Face Sud est la plus difficile. Son ascension résulte d’un exploit!

Par la Face Nord qui débute au petit village de “Horcones” à 2850 mètres d’altitude, il est possible de dormir, d’installer sa tente et de se reposer dans des camps d’altitude. Les principaux sont :

  1. Le camp de Confluencia (altitude 3380m).
  2. Le camp de Plaza de Mulas (altitude 4370m), camp de base officiel de l’Aconcagua.
  3. Le camp de Canadá (altitude 4910m).
  4. Le camp de Nido de Cóndores (altitude 5380m).
  5. Le camp de Berlín-Libertidad (altitude 5800m).
  6. Le camp d’Independencia (altitude 6546m).

Il est également possible de citer 3 autres camps d’altitude, qui sont eux rarement utilisés par les guides et par les Alpinistes. Ces 3 camps sont donc considérés comme “camps secondaires”. Lors de mon expédition sur l’Aconcagua, je n’ai pas vu de tentes et de randonneurs dans ces camps. Ces derniers étaient complètement déserts. Ils sont:

  1. Le camp de Plaza Alaska (altitude 5200m).
  2. Le camp de Cambio de Pendiente (altitude 5300m).
  3. Le camp de Antartida Argentina (altitude 5560m).

Comme dit plus-haut, l’ascension de l’Aconcagua débute dans le village de “Horcones” (alt 2800m), à quelques kilomètres (3.5 kms) de la station de ski de Penitentes. C’est ici que commence l’aventure! A partir de Puente del Inca, vous entrez dans le parc provincial de l’Aconcagua. Ce parc est protégé et surveillé par des gardes. Les contrôles de permis d’ascension sont fréquents, il est donc impératif d’en avoir un. Il est également obligatoire de s’inscrire sur le registre d’ascension (bâtiment blanc après les barrières) et de laisser des informations primordiales aux gardes du parc: âge, nationalité, personne à contacter en cas d’urgence… Pour rappel, le permis d’ascension de l’Aconcagua se récupère de manière personnelle à Mendoza, dans le bâtiment Cuba. L’adresse est (Avenida San Martin 1143, 1er Psio – Ciudad de Mendoza – Argentina).

Le camp de Confluencia (altitude 3380m)

Situé à 3300 mètres d’altitude, Confluencia est le premier camp rencontré par les alpinistes partant à l’assaut de l’Aconcagua. 100 % des randonneurs dorment au moins une nuit à ce camp, car l’étape “Confluencia – Plaza de Mulas” est très longue (6 à 10 heures de marche). Confluencia est donc parfait pour se reposer 1 ou 2 nuits après l’étape “Horcones – Confluencia”. IMPORTANT: à Confluencia, 2 solutions d’offrent à vous: partir pour Plaza de Mulas, camp de base officiel de l’Aconcagua où partir pour Plaza Francia, camp situé à 4300 mètres d’altitude au pied de la vertigineuse Face Sud. Précision: 95 % des alpinistes partant pour la Face Nord de l’Aconcagua montent une journée à la Plaza Francia. Les raisons? Pour s’acclimater bien évidemment mais également pour admirer le spectacle de la Face Sud… 2700 mètres de vide, je peux vous dire que c’est impressionnant.

Le camp de Plaza de Mulas (altitude 4370m), camp de base officiel de l’Aconcagua

Après une ou deux nuits passées au camp de Confluencia, il est de temps de prendre la direction du camp de Plaza de Mulas (altitude 4300m), camp de base officiel du versant Nord de l’Aconcagua. Plaza de Mulas se situe de 7 à 10 heures de marche de Confluencia. Plaza de Mulas est le deuxième plus grand camp de base au monde après celui de l’Everest. Le camp est immense… vous y trouverez des tentes de location, des guides, des porteurs, des cabines de douches, des bornes WIFI,  des petites épiceries, des bornes météos, des gardes… C’est depuis ce camp que les ascensions sont lancées pour le sommet de l’Aconcagua. Plaza de Mulas se situe sur un grand plateau, au pied du sommet du Cerro Bonete (5005 mètres), sommet que j’ai fait et qui est gravi régulièrement par les alpinistes voulant faire une très bonne acclimatation.

A partir de Plaza de Mulas, les programmes de chacun divergent! L’acclimatation est un procédé personnel, qui est différent en fonction de chaque individu et de chaque organisme. Certains alpinistes mettent 7 jours pour atteindre le sommet depuis Plaza de Mulas, d’autres en mettent 3. En 2000, un alpiniste allemand a atteint le sommet de l’Aconcagua après 9h de montée depuis Plaza de Mulas… incroyable et unique. Les camps d’altitude ne sont pas tous utilisés par les alpinistes, certains tenteront le sommet depuis le camp de Berlín-Libertidad, d’autres depuis Nido de Condores.

Le camp de Camp Canadá (altitude 4910m)

Situé 500 mètres au-dessus du camp de Plaza de Mulas, le camp de Camp Canadá est surtout utilisé par les expéditions et les grands groupes. Il se situe derrière un gigantesque rocher, sur un petit replat. Il sert d’intermédiaire avant de monter au camp de Nido de Condores. D’après ce que j’ai vu (et c’est ce que j’ai fait), les alpinistes seuls en bonne condition physique montent directement à Nido, et font “sauter” l’étape du camp Canadá.

Le camp de Nido de Cóndores (altitude 5380m)

Situé sur un immense plateau installé sur une grande crête, le camp de Nido de Condores offre un magnifique panorama sur le sommet du Mercedario et abrite généralement un garde, qui pourra vous renseigner sur la météo et qui pourra vous donner des conseils. Les 2 gardes que j’avais rencontrés à Nido ont été géniaux! Il est possible depuis Nido de rejoindre la Polish Glacier Traverse Route, que l’on appelle aussi “voie des Polonais”.

Le camp de Berlín-Libertidad (altitude 5800m)

A 1162 mètres de D+ du sommet, le camp de  Berlín-Libertidad est le dernier grand camp d’altitude. Ce camp sert de rampe de lancement avant l’assaut final sur le sommet de l’Aconcagua. Il est possible depuis Berlin de rejoindre la Polish Glacier Traverse Route, que l’on appelle aussi “voie des Polonais”. D’après ce que j’ai vu (et c’est ce que j’ai fait), les alpinistes seuls en bonne condition physique montent directement au sommet, et font “sauter” l’étape du camp Berlín-Libertidad

Le camp d’Independencia (6 546m)

Attention, ce camp n’en n’est pas un … il s’agit simplement d’une petite cabane en ruine, mais qui n’est pas considérée à purement parler comme un camp. Le “camp” d’Independencia est un camp de repli et de secours. J’ai croisé lors de mon passage sur l’Aconcagua 2 alpinistes Belges qui avaient passé une nuit à Independencia, non par choix mais par obligation!

IMPORTANT: ce que vous allez lire ci-après est mon opinion personnelle et le résumé de ce que j’ai vu sur l’Aconcagua. Je ne suis pas un guide de haute montagne, je suis seulement un passionné de randonnée qui a réussi son rêve de monter jusqu’au sommet du point culminant des Amériques.

D’après ce que j’ai pu voir sur l’Aconcagua lors de mon expédition, d’après divers témoignages et d’après ce que m’a dit TATO, mon ami Argentin présent au camp de base du point culminant d’Argentine depuis des années, les Alpinistes faisant l’Aconcagua en solitaire comme je l’ai fait montent directement de Plaza de Mulas à Nido de Condores. C’est ce que j’ai fait. J’étais en forme et bien acclimaté, j’ai donc préféré “sauter” le camp Canada pour ne pas perdre des forces et de l’énergie à monter mon camp à Canada. Faire l’Aconcagua en solitaire est épuisant! Il faut monter soit même sa tente, gonfler son matelas, il faut se faire à manger, faire fondre de l’eau… Ma stratégie était simple: ne pas perdre des forces et de l’énergie, faire le sommet rapidement à condition que mon acclimatation soit bonne. Rappel: l’acclimatation est un procédé personnel, qui est différent en fonction de chaque individu et de chaque organisme. 

IMPORTANT: ce que vous allez lire ci-après est mon opinion personnelle et le résumé de ce que j’ai vu sur l’Aconcagua. Je ne suis pas un guide de haute-montagne, je suis seulement un passionné de randonnée qui a réussi son rêve de monter jusqu’au sommet du point culminant des Amériques.

Les alpinistes faisant partie d’un groupe, accompagné d’un guide et de porteurs s’arrêteront eux au camp de Canadá (alt 4910 m). C’est ce que j’ai pu constater. Ce phénomène se produit également après Nido de Condores, au camp Berlín-Libertidad. Les alpinistes solitaires en bonne forme ont tendance à déclencher l’ascension finale depuis Nido de Condores (ce fut mon cas) et non depuis Berlín, car monter à Berlin nécessite de construire encore une fois un camp, seul et sans assistance. Les alpinistes faisant partie d’un groupe, accompagné d’un guide et de porteurs déclencheront eux l’ascension finale depuis Berlín.

Faire l’Aconcagua seul et faire l’Aconcagua avec une agence et un guide est totalement différent. Avec une agence, vous n’aurez pas besoins de porter votre matériels, de monter votre tente, de vous faire à manger… des assistants le feront pour vous. Seul, en altitude, vous ne pouvez compter que sur vous. Et en altitude, chaque mouvement peut affaiblir votre organisme, vous essouffler… de nombreux paramètres rentrent en compte: la météo, le froid, la faim, la soif, le manque de sommeil. A partir du moment où vous êtes bien acclimatés, l’objectif, si les toutes conditions sont réunies, est de passer le moins de temps possible en altitude.

Pour rappel, mon programme sur l’Aconcagua a été le suivant. Rappel: l’acclimatation est un procédé personnel, qui est différent en fonction de chaque individu et de chaque organisme. 

Jour 1: trajet en voiture Mendoza – Puente del Inca

Jour 2: Horcones – Camp de Confluencia

Jour 3: camp de Confluencia, Plazia Francia, camp de Confluencia

Jour 4: Confluencia – Plaza de Mulas

Jour 5: repos à Plaza de Mulas

Jour 6: ascension du Cerro Bonete (alt 5005m)

Jour 7: montée à Nido pour y déposer du matériels (tente, réchauds de Gaz…) puis redescente à Plaza de Mulas

Jour 8: repos à Plaza de Mulas

Jour 9: montée à Nido de Condores

Jour 10: repos à Nido de Condores

Jour 11: Camp de Nido – SOMMET DE L’ACONCAGUA – Camp de Nido

Jour 12: retour à Plaza de Mulas

Jour 13 et 14: repos à Plaza de Mulas

Jour 14: Plaza de Mulas – Horcones! Fin de l’expédition

Voici à nouveau en lien le récit complet et détaillé de mon ascension de l’Aconcagua en Février 2013

Pour mon ascension de l’Aconcagua, j’ai marché seul du début à la fin de l’expédition. Je n’ai pas eu recours à un guide, j’étais en solitaire. Pour amener mes affaires de Horcones (entrée du parc) à Plaza de Mulas, j’ai loué une mule à l’entreprise 7000extreme. Cela est très pratique. J’ai également loué une mule pour le sens inverse (Plaza de Mulas – Horcones). De nombreux alpinistes procèdent ainsi. C’est d’ailleurs pour cette raison que le camp de base de l’Aconcagua se nomme “Plaza de Mulas/la Place des Mules.

J’ai également loué un lit à l’entreprise 7000extreme au camp de Confluencia et au camp de Plaza de Mulas. Je n’ai donc pas eu besoins de monter ma tente sur ces 2 camps d’altitude, ce qui m’a évité une fatigue supplémentaire. A Plaza de Mulas, l’intérêt de louer un lit dans les grandes tentes d’expédition était énorme: j’ai pu monter ma tente à Nido de Condores et je n’ai pas eu besoins d’avoir une deuxième tente avec moi. A Plaza de Mulas, DON TATO, directeur de l’entreprise  7000extreme s’est occupé parfaitement de moi. Il me faisait à manger le matin, le midi et le soir, et m’a donné d’excellents conseils pour réussir l’Aconcagua. De nombreuses entreprises proposent ce genre de services (location de mule, location de lits dans les tentes-dortoirs, préparation des repas…)! Cela est très très utile …

Je le redis une dernière fois: l’acclimatation est un procédé personnel, qui est différent en fonction de chaque individu et de chaque organisme.  Je ne suis pas guide de haute-montagne, je suis seulement un passionné de randonnée. Mon ascension s’est déroulée parfaitement. J’ai eu beaucoup de chance. J’étais très très  bien entraîné et préparé. Les 3 derniers mois avant mon départ, j’ai fait plus de 50 000 m de dénivelé + à l’entrainement. Sur l’Aconcagua, la météo a été excellente, mon acclimatation s’est très bien passée. 4 jours après mon départ d’Argentine, une immense tempête s’est écrasée sur l’Aconcagua. Il y a eu des morts, 1 mètre de neige fraîche au sommet, le camp de base de Plaza de Mulas a été évacué à cause du risque fort d’avalanches!

Chaque ascension est unique, les programmes d’ascension d’alpinistes peuvent vous donner une idée de votre futur programme, mais en aucun cas il serait raisonnable de copier au jour le jour un autre alpiniste. Les conditions et les paramètres (météo, acclimatation, vents) sont et seront différents pour chacun d’entre vous. Soyez prudents et prenez en compte tous les critères. Je me tiens à dispositions pour tous renseignements!