De tous les pics d’Allemagne, le sommet de la Zugspitze en est le plus haut. Avec ses 2962 mètres d’altitude, le Zugspitze est le point culminant d’Allemagne. Situé en Bavière, dominant la station de Garmisch-Partenkirchen, la Zugspitze est une montagne célèbre, accueillant chaque année des millions de visiteurs et de randonneurs.

En juillet 2014, j’ai eu la chance de faire l’ascension complète du Zugspitze, en mode rando-run depuis la station de Garmisch. Une belle balade de 40 kilomètres par l’itinéraire de la vallée du Reintal. Le récit complet de cette journée est ici. Bien que situé à cheval sur la frontière Autrichienne, la Zugspitze est Allemande en son sommet. Voici quelques infos sur cette montagne mythique, pour ceux qui aimeraient la découvrir.

Le Zugspitze, roi des monts Allemands

La première fois que j’ai entendu le nom “Zugspitze”, c’est à mon retour des Canaries et du Teide en 2013. J’étais à la recherche d’un nouveau “projet-montagne”, et en lisant la liste des plus hauts sommets de chaque pays d’Europe, je suis tombé sur la montagne du Zugspitze pour l’Allemagne. Son altitude relativement basse par rapport à ce que je fais d’habitude m’a intéressé, car je n’avais pas le temps de me lancer dans une nouvelle expédition de grande envergure.

Je suis donc parti un soir de juillet pour rejoindre la station de Garmisch-Partenkirchen en Bavière, au sud de l’Allemagne, avec un seul objectif en tête: l’ascension du Zugspitze en courant et en marchan. Le Zugspitze, c’est:

  1. le point culminant de la Bavière et le plus haut sommet d’Allemagne. La Zugspitze culmine à 2962 mètres d’altitude.
  2. La montagne du Zugspitze se situe dans la chaîne de montagnes des Alpes, et plus précisément dans le massif du Wetterstein. Le massif du Wetterstein est un massif montagneux situé à cheval sur l’Allemagne et l’Autriche.
  3. Le Zugspitze est lui aussi à cheval sur l’Autriche et l’Allemagne. Mais son sommet est situé uniquement sur le territoire Allemand.
  4. La Zugspitze se situe politiquement dans le district de Garmisch-Partenkirchen, dans le Land Allemand de la Bavière, et du district de la haute-Bavière. Voici un article de présentation de cette station de sports d’été et de sports d’hiver.
  5. Les coordonnées GPS (Global Positioning System) du sommet sont 47° 25′ 16″ nord, 10° 59′ 05″.
  1. La première ascension de la Zugspitze a été faite le 27 août 1820 par les topographes Josef Naus et Maier et un guide de montagne de Garmisch. Les 3 montagnards étaient en mission pour le bureau royal de topographie de Bavière. Cependant, et d’après ce que j’ai lu à de nombreux endroits sur internet, il est totalement possible que le sommet ait été atteint auparavant, par les habitants des montagnes voisines.
  2. Le Zugspitze possède en son sommet un petit glacier nommé le Schneeferner. Mais malheureusement, je ne l’ai presque pas vue lors de mon passage sur le Zugspitze en août 2014. Comme beaucoup de glaciers à travers la chaîne des Alpes, le Schneeferner souffre du réchauffement climatique.
  3. La Zugspitze serait né il y a des millions d’années. La montagne du Zugspitze est faite de roches sédimentaires et de glaces à certains endroits.
  4. Lors de mon ascension du Zugspitze par l’itinéraire du Reintal, j’ai aperçu de nombreuses remontées mécaniques. Le Zugspitze est en effet situé sur un domaine skiable, celui de Garmisch-Partenkirchen.
  5. D’un point de vue étymologique, Zugspitze est une traduction de l’Allemand “Pointe du Train”. Il faut noter que de de nombreux sommets entourant Garmisch finissent par “Pitze”, comme l’Alpspitze…
  1. Un restaurant est situé à quelques mètres du sommet de la Zugspitze. Je me suis arrêté manger et prendre des forces, je me suis régalé; à travers les vitres du restau, le panorama est incroyable.
  2. Vous trouverez également au sommet du Zugspitze un  observatoire météo. Cette station a été inaugurée en 1900. Dès sa première année de fonctionnement, l’alpiniste et scientifique Josef Enzensperger y passa l’hiver complet. L’observatoire abrite aujourd’hui encore des météorologues.
  3. Car comme vous vous en doutez, il est possible de monter en téléphérique au sommet de la Zugspitze, que ce soit par le côté Allemand (depuis le hameau du Eibsee situé à Grainau) ou/et par le côté Autrichien (depuis le petit village d’Obermoos sur la commune d’Ehrwald). De la gare d’arrivée de ces remontées mécaniques, le sommet officiel est à 2 minutes de marche, à 50 mètres à vol d’oiseau du restaurant. Le sommet est matérialisé par un grand drapeau Allemand et par un poteau de couleur or avec en son extrémité une étoile. Lorsque je suis arrivé épuisé et fatigué sur la terrasse du restaurant, la crête finale était bondée de monde. J’ai dû attendre presque 10 minutes avant de me lancer sur les 20 derniers mètres d’ascension.
  4. Il est également possible de rejoindre le sommet du Zugspitze en prenant le “chemin de fer de la Zugspitze”. Ce petit train récupère les voyageurs à Garmisch et les emmènent sur le glacier du Zugspitze, à la gare d’arrivée du chemin de fer, à 2600 mètres d’altitude. De là, un téléphérique emmènent les voyageurs à la gare finale de la Bergstation à 2955 mètres d’altitude. Le sommet n’est donc plus très loin… Pour infos, ce chemin de fer est long de 19 kilomètres et a été inauguré en 1930. D’après ce que j’ai pu entendre, la montée en téléphérique au sommet de la Zugspitze est splendide. Les paysages traversés, du centre de Garmisch à la moraine du Glacier, sont incroyables.
  5. Bien évidemment, il est possible de grimper la Zugspitze de manière sportive! C’est ce que je fais. De nombreux itinéraires existent pour les randonneurs, pour réussir le Zugspitze de la plus belle des manières. 2 principaux itinéraires sont recensés: la voie du Reintal (celle que j’ai faite) et la voie de la Via Ferrata du Hollental. Cette Via Ferrata est superbe puisque les grimpeurs arrivent à 2 mètres du poteau sommital, par une magnifique arrête. Attention tout de même, la Via Ferrata est longue de 1500 mètres de dénivelé positif!

Comme je vous le disais plus haut, j’ai emprunté l’itinéraire de la vallée du Reintal pour rejoindre le sommet de la Zugspitze. Prudence également, la vallée est longue, très très longue (aller-retour au moins 40 kilomètres, dénivelé + et – de 2200 mètres). Il est cependant possible de dormir dans le refuge de l’itinéraire du Reintal pour couper l’effort en 2 journées. Le panorama est incroyable, le sentier de montée débute à Garmisch avant de contourner le sommet et de se terminer 200 mètres sous le sommet. De ce point-là, un sentier clairement balisé serpente à travers la falaise pour venir se finir sur la terrasse du restaurant du Zugspitze.

Je me rappellerai toute ma vie de ce sommet. Je crois que je n’ai jamais été autant fatigué par une journée rando-run. Après une journée du samedi de boulot chargée au magasin d’Intersport Albertville où je travaillais, j’ai pris ma voiture vers 19h30 et j’ai rejoint Garmisch tôt le dimanche matin, après une nuit à conduire et à traverser la Suisse (Genève, Lausanne, Berne, Zurich…). J’ai même effectué une petite portion de route en République Tchèque. Le passage à la frontière Tchèque à 3h00 du matin a été épique 🙂 Un périple total de 638 kilomètres et de + de 8 heures de route.

En arrivant à Garmisch vers 6h00, j’ai enfilé mes baskets et j’ai commencé ma rando. Sans manger, sans boire, sans dormir. J’ai fini ma balade vers 17, explosé de fatigué, vide, sans énergie, victimes de petits malaises. J’ai pris une chambre à l’hôtel Mercure de Garmisch, et je me suis effondré. Le lendemain a été très très difficile…

Je me tiens à dispositions pour tous renseignements alors n’hésitez pas. J’aimerai l’été prochain revenir à Garmisch-Partenkirchen pour faire quelques Via Ferrata et pour profiter à nouveau du massif du Wetterstein. À très vite.