Rien de mieux qu’une bonne sortie “Trail-running” en montagne pour se changer les idées. Egalement à la recherche d’un peu de fraîcheur en pleine période de canicule, je suis donc parti en cette fin du mois de juillet en direction du Col du Joly pour réaliser l’ascension du sommet du Mont Joly (Beaufortain), culminant à 2525m d’altitude en Haute-Savoie. Superbe randonnée par l’intermédiaire du sommet de l’Aiguille Croche. Photos, récit et infos sur ce magnifique itinéraire, face au Roi des Alpes, le Mont Blanc.

Le Mont Joly (alti 2525m) par l’Aiguille Croche, depuis le Col du Joly (Haute-Savoie) 

Date: 30 juillet 2018.
Durée: 1h55 d’ascension entre le col du Joly et le sommet du Mont Joly. J’ai fait la descente presque par le même itinéraire, en 1h37 minutes.
Météo: grand soleil. Températures supérieures aux normales de saison (canicule).
Dénivelé: à la montée, 685m+ et 240m-. Au total de la rando, 860m+ de dénivelé positif et 910m négatif. J’ai fait à la montée et à la descente 6 kms 800, soit une randonnée à 13 kilomètres 660 de distance.
L’équipe du jour: j’étais tout seul pour cette randonnée.
Massif: Beaufortain, département Haute-Savoie.
Itinéraire d’ascension: départ du Col du Joly (alt 1989m) – Piste routière qui part Nord Est – Sommet de l’Aiguille Croche (alt 2500m) – Longer les crêtes du Mont Joly – Tête du Vélereray (alt 2452m) – Lieu dit “La Combaz” (alt 2415m) – Sommet du Mont Joly (alt 2525m).
Carte IGN: TOP 25 référence 3531OT.
Accès départ: pour accéder au départ de l’itinéraire, direction en voiture le col du Joly (face Sud) à 1989 m d’altitude. Depuis Beaufort et/ou Albertville, prenez la route de la station des Saisies, puis de la station de Hauteluce. À Hauteluce, suivre la direction du Col du Joly, très bien indiqué à tous les croisements. Vous passerez devant l’Usine Électrique de Belleville. Comptez presque 55 minutes de montée depuis Albertville… En haut, il existe deux parkings pour se garer.

De l’air, du frais, et vite! Dans la vallée, la canicule fait rage… Je décide donc de partir en montagne pour faire un sommet que j’aime, celui du Mont Joly en Haute-Savoie. La dernière fois, je l’ai fait depuis Saint Nicolas de Véroce, et aujourd’hui je le ferai depuis le Col du Joly. Direction donc Hauteluce sur la route des Saisies puis le Col du Joly. La route est longue, presque 55 minutes de voiture depuis Albertville. Contrairement à certains témoignages trouvés sur des forums, la route est goudronnée jusqu’au Col, par le versant de Hauteluce.

D’un point de vue paysage, les topos trouvés sur internet n’ont pas menti… le panorama en arrivant au Col du Joly est incroyable. Le Mont Blanc parait tout près… mise à part 3 camping-cars garés sur le parking du col et quelques employés de la station d’Hauteluce travaillant sur un télésiège, je suis seul au monde. Je me change, et je déclenche mon GPS.

La piste routière démarre direction Nord Est. Le premier objectif du jour: le sommet de l’Aiguille Croche, dominant de toute sa force le Col du Joly. Je vous conseille cet itinéraire, passant donc par l’Aiguille Croche, car le spectacle sur les crêtes en vaut le coup… La chaleur fait rage, même à 7h15 du matin. Rapidement, je coupe à travers champs et je m’oriente vers l’Aiguille Croche, que j’atteins en 35 minutes depuis le Col du Joly. Au sommet, la vue est OUF est Megève et sur le Mont Blanc. Le sommet de l’Aiguille Croche se situe quelques mètres au-dessus de la gare d’arrivée d’un télésiège.

Après une petite pause, je commence la longue traversée des crêtes du Mont Joly. Le chemin? Il n’y en a qu’un, impossible donc de se perdre.  Soyez-prudents, certains passages sont “étroits”. J’alterne les moments running et les moments marche à pied. Je dépasse la Tête du Véleray (alt 2452m), puis le lieu-dit “La Combaz” (alt 2415m). L’altiport de Mègeve (code AITA : MVV • code OACI : LFHM) est en-dessous de moi, très loin en-dessous (1000m plus bas). Les hélicos de la société Mont Blanc Helicopteres sont pour le moment à l’arrêtJe me rapproche du Mont Jojo, comme dirait Mathéo Jacquemoud, le local du Mont Joly.

Une montée… une descente… une montée…. Je ne prends pas de hauteur en altitude mais le dénivelé s’accumule sur ma montre. Le parcours des crêtes est très casse-pattes ! Finalement, je franchis un dernier coup de cul avant de rejoindre le sommet du Mont Joly, à 2525 mètres d’altitude. Que ce sommet est magnifique. Le panorama à 360°: Mont Blanc bien évidememnt, Bisanne, le Mont Charvin, la montagne d’Outray, Arêches… Les relais du Mont Joly gâchent un peu la beauté des lieux mais le Mont Blanc, à quelques kilomètres de vol d’oiseau, est tellement beau.

Je me rappellerai toute ma vie de cette nuit mythique en tant que bénévole du Trail La Montagn’hard, où j’avais passé toute la nuit au sommet du Mont Joly, à guider les coureurs… Avec mon collègue, nous nous étions pris un orage violent vers 2h00 du matin… Que de souvenirs.

Après quelques photos, le chemin du retour débute. Il fait très chaud, il devient urgent de rentrer à la voiture et de se mettre au frais. Je décide de couper à travers champs pour rejoindre la longue piste 4×4 parant du Mont Joly, mais c’est une erreur. Je perds beaucoup de temps à essayer de ne pas glisser dans l’herbe, en appuyant comme un fou sur les pointes de mes bâtons. La descente sera fatigante (1h37 de marche) mais toujours aussi belle… Je saute dans ma voiture, direction une bonne douche fraîche et l’apéro. En partant, je me dis qu’il serait peut-être génial de venir passer une nuit ici… Le coucher de soleil sur le Mont Blanc doit être époustouflant.