Nouveau coup de cœur dans la rubrique “Le coin des bouquins” de mon blog. Je vous présente aujourd’hui le livre de Dominique Potard “Le Port de la Mer de Glace” publié en 1997. Une oeuvre que j’ai adorée! Jamais je n’ai autant rigolé en lisant un livre. Dominique Potard présente avec délice et perfection la montagne que j’aime…

“Le Port de la Mer de Glace”, un roman enivrant et pétillant de Dominique Potard

Mon résumé… 

De tous les Glaciers de la chaîne de montagne des Alpes, celui qu’on appelle la « Mer de Glace » est sans nul doute l’un des plus célèbres. Situé dans le massif du Mont-Blanc, prenant sa genèse au confluent du Glacier de Leschaux et du Glacier du Tacul, la longue langue de Glace et de neige s’étend jusqu’au pied du mythique sommet des Drus (3754 mètres d’altitude) et de sa terrible face Nord. Chaque année, des visiteurs par milliers rejoignent le point de vue du Montenvers pour admirer ce spectacle incroyable.

Le « Port de la mer de Glace », fantaisie brillamment imaginée par l’auteur Dominique Potard, retrace l’histoire pétillante et déjantée de 4 potes de bistrot originaires de la capitale mondiale de l’Alpinisme, Chamonix. Dans cet œuvre, les 4 héros abandonnent leur bar « Le Port de la mer de Glace » pour se hisser dans la face Nord des Drus, où une aventure hors du commun les attend. Nous sommes à  Argentière, en l’an 1997.

Dans son œuvre, Dominique Potard mélange avec amusement et habilité les 2 grands univers dans lesquels évoluent les 4 collègues d’ascension du petit bistrot Chamoniard. De l’itinéraire d’ascension  de la Face des Drus, gigantesque face Nord de 2000 mètres brillamment détaillé par l’auteur, on passe en quelques lignes  au monde culinaire, retranscrit avec talent et minutie. Du « Cuissot de Chevreuil au coulis de Framboise » dégusté en plein milieu de la face, on retombe rapidement dans la « niche des Drus », dans «l’itinéraire Nord de la muraille » et dans le passage technique de « la rimaye du milieu » après avoir fait une pause « Choucroute & cigares ». La folie ne serait pas complète sans des apéritifs et des vins blancs avalés à vitesse grand V à chaque ravitaillement. Les 4 champions avancent à la vitesse des bouteilles descendues, et à chaque page l’ivresse de l’altitude s’ajoute à l’ivresse des liquides ingurgités.

Après un énoncé des techniques d’escalades utilisées par nos amis que les puristes de l’Alpinisme apprécieront, on retombe avec délice sur un Châteauneuf-du-Pape 1976. La frontière est mince entre le « Système à mouflage », la « montée avec pitons » et la « Gnole du Vieux ».  Les degrés de pentes et les degrés des bouteilles se juxtaposent … les 4 collègues de Goulot se rapprochant de leur objectif pas après pas. Le vertige du vide étant bien celui du vide des bouteilles, et non celui des 2000 mètres de chutes auxquels les 4 chamoniards ont échappés.

Le récit est incroyable. Le rythme est vif, comme la descente de nos amis. Un pur délice conjugué à de la folie. Jamais je n’ai autant rigolé en lisant un livre de montagne. Jamais je n’ai eu cette impression aussi forte d’assister en secret, comme si j’étais un spectateur invisible, à une expédition en haute montagne. Le récit donne envie de grimper, de randonner, donne appétit et donne soif ! Côté montagne,  monde culinaire, univers du liquide…. Le livre se boit cul sec, d’un trait, à plusieurs degrés possibles.

Le ton du livre est magique, les 4 compères d’ascension sont hors normes : alternance entre humour pointu et humour au 4 ème degré, propos salaces, balade vers les frontières du coma éthylique en pleine face Nord, nos 4 amis sont délicieux. Comme le paysage que l’on s’imagine à chaque mot. Du grand spectacle.

Le Port de la Mer de Glace par Dominique POTARD

Année 1997, prix public 13€80

Livres Guérin, éditions PAULSEN