En ce vendredi 27 août 2021, j’ai eu le bonheur de faire l’ascension du sommet de la Dent de Crolles. Cela faisait de nombreuses années que je voulais faire cette randonnée mythique du massif de la Chartreuse et c’est désormais chose faite ! J’ai fait une très belle balade au départ du Col du Coq en faisant une superbe boucle par l’intermédiaire du Col des Ayes.

Pour information, le sommet de la Dent de Crolles (qui culmine à 2062 mètres d’altitude) est le deuxième sommet le plus haut du massif de la Chartreuse et surement le plus célèbre. La Dent de Crolles est en effet un sommet très fréquenté par les randonneurs, grimpeurs et parapentistes Isérois. Ci-dessous, voici des photos et le résumé de cette belle sortie en montagne…

Topo randonnée en Isère : la balade de la Dent de Crolles (alt 2062 mètres) en boucle par le Col des Ayes 

Date: vendredi 27 juillet 2021.
Durée: 2 heures 17 minutes d’efforts au total pour faire le circuit. Dont 1h08 minutes de montée et 1h09 minutes de descente.
Météo: globalement assez bonne. Même si j’ai été embêté par du brouillard à quelques reprises.
Dénivelé: 658 mètres de dénivellation + et de dénivellation -. Randonnée d’une longueur de 7 kilomètres 680 mètres.
L’équipe du jour: tout seul. Mais beaucoup de monde en montagne.
Massif: massif de la Chartreuse, département de l’Isère.
Itinéraire d’ascension: départ de la randonnée au Col du Coq (alt 1435m) – Prendre la direction du Col des Ayes par l’intermédiaire du sentier GR 9 – Lieu dit « Fontaine » alt 1495m – Col des Ayes (alt 1538m) – Point altimétrique 1640 mètres – Pas de l’OEille – Sommet de la Dent de Crolles (alt 2062m) – Point altimétrique ALT 1800m – Trou du Glaz – Col des Ayes – Retour au Col du Coq.
Carte IGN: je vous conseille la carte référence 3334 OT dans la série bleue à l’échelle 1 / 25000, publiée chez l’IGN.
Accès départ: pour faire le même circuit que moi, le rendez-vous de la randonnée est donné au sommet du Col du Coq, à altitude 1435 mètres. Des grands parkings sont disponibles au Col pour que vous puissiez garer tranquillement votre voiture (attention, places limitées les samedis et les dimanches, lorsqu’il y a beaucoup de monde à la Dent de Crolles). Pour information, l’accès au Col du Coq se fait en voiture par la route départementale D 30, depuis les villes de Crolles / de Bénin… ce qui explique ainsi l’origine du nom de Dent de Crolles : le sommet se situe au-dessus de la ville de Crolles, et ressemble à une Dent.

La Dent de Crolles, enfin !

Cela faisait déjà un bon moment que je lorgnais sur le beau et mythique sommet de la Dent de Crolles. Mon père étant originaire de Grenoble (département de l’Isère), nous faisions régulièrement des weekends en famille lorsque j’étais tout jeune. Sur la route de l’aller et/ou du retour, lorsque nous arrivions/rentrons en Savoie et en Tarentaise, je ne pouvais m’empêcher d’admirer ce superbe sommet ressemblant comme deux gouttes d’eau à une grosse Dent. Depuis la vallée de Crolles, et en particulier depuis l’autoroute A 41, la vue sur la face SUD de la Dent de Crolles est majestueuse. Ouvrez l’œil, cela en vaut le coup. 

Depuis toutes ces années où je suis tombé amoureux de la randonnée et de la montagne, je m’étais toujours promis de faire un jour ce sommet très célèbre du massif de la Chartreuse. Alors forcément, quand j’ai réussi à me caler une matinée randonnée en montagne en cette fin du mois d’août 2021, je me suis dit que l’occasion était trop belle : direction enfin, la Dent de Crolles et sa superbe falaise !

Moyennement en forme, souffrant de deux grosses tendinites aux genoux, j’ai décidé avant de débuter ma randonnée d’utiliser la voie classique de la Dent de Crolles. Ma voiture garée au Col du Coq (qui m’a séduit et que j’aimerai désormais faire en vélo de route), direction à pied le Col des Ayes par l’intermédiaire du sentier de grande randonnée du GR9. La randonnée commence par un long et fin sentier serpentant à travers la partie Ouest de la forêt de l’Ocèpé. L’ambiance est géniale, je double rapidement un randonneur partant lui aussi, du moins j’imagine, sur les pentes de la Dent de Crolles. Je pense que je vais croiser beaucoup de randonneurs car les parkings sommitaux du Col du Coq sont pleins à craquer. Impressionnant pour un vendredi…

Après quelques minutes de marche, je dépasse la panneau directionnel « Fontaine » avant d’arriver au Col des Ayes à altitude 1538 mètres. Bien conseillé et éclairé par le topo internet de TOM_38, je décide de grimper la Dent de Crolles par l’intermédiaire du Pas de l’OEille  et de la descendre par le Trou du GLAZ, plutôt que l’inverse. Apparemment cela est plus pratique et plus agréable, nous verrons bien !

Au Col des Ayes, le sentier partant en direction du sommet du Roc d’Arguille et du sommet de Pravouta me donne vraiment envie. J’aperçois deux parapentistes un peu plus loin qui montent en direction de Pravouta, et qui vont surement décoller de ce dernier, à altitude 1760 mètres. J’aimerai bien aller découvrir la zone et prendre des renseignements pour mon père qui pratique le parapente, mais ce sera pour une prochaine randonnée en Chartreuse, il ne faut pas changer ses plans en montagne.

Surtout que j’ai dit à ma copine que j’allais marcher à la Dent de Crolles, alors s’il se passe quoi que ce soit, les secours pourront me chercher là où j’ai dit que j’allais. Cela est glauque, mais cela est la vérité. Chaque année malheureusement, des randonneurs disparaissent en montagne et n’ont pas dit à leurs proches leur zone de randonnée. Cela a pour conséquence de mobiliser des secours en recherches sur plusieurs heures, sur des zones géographiques immenses…  alors que si le PGHM sait par exemple là ou vous aller marcher, et que vous disparaissez, les secours et les recherches se feront plus rapidement. Direction donc l’Est !

Une fois le Col des Ayes passé, le chemin se raidit fortement. Le sentier sur lequel je suis désormais zigzague dans la pente et a pour avantage direct de prendre rapidement du D+ ! La musique dans les oreilles, je monte à bon rythme. Ma montre GPS de la marque Garmin m’indique une allure ascensionnelle de 900 mètres par heure, je suis content. Finalement, je suis assez bien en forme. Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences des autres jours…

Après un bref et rapide moment de brouillard vers 1800 mètres d’altitude, je retrouve le soleil en arrivant dans un superbe cirque de rochers et de granite. Trop beau… le sentier s’enfile ensuite dans la falaise et certains passages sont un peu techniques, je mets les mains à quelques reprises. Mais rien de bien méchant. Après un dernier effort, j’arrive au sommet du passage du Pas de l’OEille. Je prends la direction du SUD EST pour finalement rejoindre la croix sommitale de la Dent de Crolles. Me voici en haut du deuxième sommet le plus haut du massif de la Chartreuse, je suis heureux, après 1h08 minutes de montée depuis le Col du Coq. J’ajoute une pierre sur l’immense Cairn sommital avant de faire le tour de la Croix. Je sors mon GPS pour faire un relevé satellite du sommet : les coordonnées GNSS de la Dent de Crolles sont 45.30823N 5.85536E

En ces temps de pandémie, avec pas mal de monde au sommet, je préfère débuter ma descente rapidement. Surtout que beaucoup de randonneurs arrivent à proximité de la Croix sommitale. Je prends un sentier très facile en orientation NORD en trottinant. J’arrive devant un panneau altimétrique point 1786 mètres avant de tourner orientation OUEST et de rejoindre le passage du Trou du GLAZ.

La portion « Trou du GLAZ – Col des AYES » est fantastique de beauté, en particulier un passage en fissure ou deux énormes roches sont venus se coincés à 2 mètres du sol.  Par contre la portion est bien plus compliquée à passer que je ne le pensais. Certains passages ne sont pas roulants du tout et je manque de peu de m’égarer complètement à une intersection ou le balisage de la randonnée est effacé sur les rochers. À un passage câblé, je me tords bêtement le poignet en glissant et cela m’énerve ! Il faut dire que certains rochers sont absolument lisses à force de milliers de passages, et l’adhérence s’en retrouve ainsi mauvaise ! J’ai rarement vu cela, mise à part peu être à la Pointe Percée dans les Aravis…

Par contre, je suis heureux de passer devant le trou du GLAZ, très connu des spéléologues Isérois et dont j’ai entendu parler au magasin du Vieux Campeur d’Albertville où je travaille. Mais claustrophobe à 100%, je préfère ne pas m’arrêter. L’idée d’aller me balader sous terre ne m’enchante guère ! Je fais une rapide entrée dans la cavité avant d’en ressortir rapidement 😉 Demi tour obligatoire…

Un peu plus tard, bien fatigué, avec un petit mal de dos, ce n’est pas mécontent que j’arrive au Col des Ayes, les adducteurs en feu. Heureusement pour mes jambes, le chemin à partir de maintenant est évident et il ne me reste qu’à allonger ma foulée pour retrouver ma voiture…

Une superbe randonnée se termine (alors que je croise deux grimpeurs partant en direction des falaises, le sac chargé de cordes), avec des nouvelles idées de randonnée en Chartreuse dans la tête. Alors à très vite !