Ce dimanche 01 octobre 2017, j’ai eu la chance de participer à la mythique course de la “Verticale du Grand-Serre”. La VGS, ou verticale du Grand Serre, est une montée sèche en courant de 1000m de dénivelé positif. Ce KV (kilomètre vertical) est l’un des KV les plus rapides au monde puisque le record de l’épreuve est détenu par un certain Kilian Jornet en 30 minutes et 25 secondes. Long de 1 kilomètre 811, la VGS est une montée raide et difficile, située à Cholonge, petite commune Iséroise située à 31 kilomètres de Grenoble.

La Verticale du Grand-Serre 2017

Quand au mois de Juin 2017 mon copain du Vieux Campeur Steven Blanc m’a parlé de cette course, j’ai été immédiatement séduit par l’idée d’y participer. La Verticale du Grand-Serre est une course célèbre dans le monde du Trail, car les chronos effectués sur cette montée sont remarquables. Le départ est donné dans le village de Cholonge à 1141m d’altitude. L’arrivée se situe au sommet du Grand-Serre, sommet du massif du Taillefer culminant à 2141m d’altitude. Ce sommet est très célèbre puisque le Grand-Serre est visible depuis Grenoble. Cet endroit est très fréquenté par les randonneurs Grenoblois et par les pratiquants de ski de rando habitant en Isère.

Petit récit: Coureur de demi-fond et de plaine, mes ambitions pour cette VGS 2017 sont bien limitées… je n’ai pas l’habitude de ce format de course, mon objectif est donc de me faire plaisir. Je retrouve en ce dimanche matin à Venthon vers 8h45 mon copain Steven et Florent Perrier, immense champion de ski d’alpinisme. Nous retrouvons quelques minutes plus tard mon père devant le Vieux Campeur d’Albertville, et partons tous les 4 en direction de Cholonge en Isère. Mon père a prévu de décoller du sommet si la météo le lui permet. 1h10 de route plus tard, nous arrivons dans le petit village de Cholonge. Les tentes de la course sont déjà en place, un épais brouillard recouvre le village. Nous n’apercevons pas le sommet, mais seulement un large champ ou certains coureurs sont en train de courir. La VGS est organisée sous la forme d’un contre-la-montre, près de 500 participants s’élancent toutes les 20 secondes sur les pentes du sommet du Grand-Serre. Les moins entraînés s’élancent sur le sentier de course  à  partir de 10 heures, les meilleurs un peu avant 13 heures.

Après avoir récupéré nos dossards, nous prenons la direction du départ de la course… mon départ est prévu dans 20 minutes, il ne faut pas traîner. En arrivant sous la tente de la ligne de départ, je réalise ce qui m’attends: la montée part droit dans la pente, sans virages et sans plats! Du raide, du raide et de la pente 😉 Je vais souffrir, moi qui suis habitué à courir sur le plat et à allonger ma foulée dès que je le peux. Mais tant pis, je suis la pour me faire plaisir et pour en baver.

Après 2-3 minutes de footing et quelques étirements, je prends la direction du départ. Je porte le dossard 226, mon tour approche. L’ambiance est géniale, je vais me régaler. Florent m’encourage, cela me fait chaud au cœur. Steven est lui un peu plus haut, et mon père à pris la direction du sommet il y a une dizaine de minutes. Le starter me montre le compte à rebours… 5,4,3,2,1, GO!

Je pars prudemment pour ne pas me mettre dans le rouge… mais vue l’inclinaison de la pente, je me retrouve rapidement essoufflé. J’essaye de calmer mon rythme, et me concentre sur ma respiration. Après avoir traversé le champ de départ, je rentre dans une épaisse et grande forêt. Le chemin est toujours aussi raide, je suis impressionné. Le sentier de course a vraiment été taillé droit dans la pente! Les jambes en feu, j’avance tant bien que mal. Je regarde mon altimètre qui m’affiche une vitesse ascensionnelle de 1200m/h. Je suis content, mon objectif étant de faire moins d’une heure aujourd’hui, je suis sur la bonne voie.

La course se poursuit… je passe aux 300 mètres en un peu plus de 15 minutes et 30 secondes. Je maintiens mon rythme, malgré de grosses difficultés dans les marches de la forêt. Au 400 mètres, je me ravitaille et double mon père. Je calme ma vitesse, le plus dur arrive. Concentré et motivé, je me retrouve rapidement au 500 mètres, dans un chrono de 26 minutes! Si je continue à cette allure, je serai en moins de 53 minutes au sommet. Mais malheureusement, je perds des forces et de l’énergie à chaque mètre. Ma vitesse ascensionnelle tombe dangereusement à 900 m/h, je suis explosé et je décroche. De nombreux coureurs me doublent, je n’arrive pas à accélérer ni à reprendre mon souffle. Au 700 mètres, la pente se raidit encore davantage. Je monte les mains contre la pente, à 4 pattes! Je n’avais jamais monté en Trail des portions de pente aussi raide!

A 200 mètres de l’arrivée, je regarde ma montre: 44 minutes, je vais passer sous l’heure mais je serai loin des 52 minutes. Finalement, après 10 dernières minutes très douloureuses je passe enfin la ligne d’arrivée. Je m’écroule par terre, je suis cuit. Sur les 100 derniers mètres, j’ai été encouragé par les spectateurs ce qui m’a motivé! J’ai jeté mes dernières forces, je suis content mais fatigué.

Mon chrono de montée tombe sur la télé de l’arrivée: 55 minutes et 31 secondes. Mon objectif est réussi, mais j’aurai pu faire beaucoup mieux en prenant en compte mon passage à la mi-course. Je suis donc mitigé, partagé entre la déception et la joie d’en avoir fini. Je reviendrai faire mieux, c’est une certitude. L’ambiance est géniale, je pars me ravitailler et retrouver mon père. Une gigantesque mer de nuage recouvre la vallée, le paysage est merveilleux! Certains sommets ne dépassent que de quelques mètres les nauges, quel spectacle! Après quelques minutes de repos, nous descendons de quelques mètres pour encourager les coureurs. Les costauds arrivent, le spectacle peut commencer!

Résultats: au final, je termine la verticale du Grand Serre 2017 à une lointaine 283 ème place sur 347 hommes classés. Au général, énorme victoire de l’Arêchois Xavier Gachet dans un chrono stratosphérique! Le champion de ski alpinisme réalise 30 minutes et 55 secondes, à seulement 25 petites secondes du record de Kilian! Fabuleux, j’ai été impressionné de le voir arriver en courant! Bravo Xavier, deuxième voictoire en 7 jours après sa victoire sur le KV du Mirantin.

Tao Quemere du Team La Sportiva termine deuxième (31 minutes 36) devant le grand champion Willian Bon-Mardion, troisième en 31 minutes et 55 secondes. Le coureur d’Arêches pulvérise lui aussi son record de KV…

Chez les femmes, victoire de Dewalle Christelle du Team “Scott Running” dans un impressionnant chrono de 34 minutes et 58 secondes. La suisse Kreuzer Victoria complète le podium en 36 minutes et 39 secondes,  devant la Slovaque Jagercikova Marianna troisième en 39 minutes et 55 secondes. Près de 5 minutes d’écarts entre la première et la troisième… impressionnant.

Voici ci-dessous sous format PDF les résultats complets hommes et femmes:

Classement scratch hommes

classement scratch femmes

Bravo à toutes les participantes et bravo à tous les participants, c’était génial. Un grand merci aux organisateurs et aux bénévoles, c’est grâce à vous que nous avons pu courir et nous amuser. Je reviendrai pour améliorer mon chrono, j’en fais la promesse. A l’année prochaine…