En Savoie, la montée de la station de ski de Courchevel en vélo de route est l’une des montées les plus célèbres du département. Il faut dire qu’avec ses 17,73 kilomètres de longueur et sa dénivellation de + 1145 mètres, la montée de Courchevel-altiport est un monument pour les passionnés de cyclisme et de cyclotourisme.

Au mois de juin 2018, j’ai eu la chance de faire cette montée mythique. Récit.

La montée de “Courchevel Altiport” en vélo de route

Date: 14/06/2018.
Départ officiel: devant la borne de départ située au rond-point du Carrey.
Arrivée officielle: devant la borne “Arrivée” de la montée de Courchevel, à l’Altiport, à 2000 mètres d’altitude.
Distance: 17,73 kms.
Temps réalisé: 01 h 43min de montée à 10,3 km/h de moyenne.
Département: Savoie.
Massif: Vanoise. 
Altitude: l’altitude de l’arrivée est à 2000m d’altitude.
Pourcentages: pourcentage moyen : 7%, pourcentage maximal : 9%.
Dénivellation: +1145m.
Classification tour de France: hors catégorie.

Après plusieurs jours sans vélo, il est temps de repartir à l’entrainement! Direction Moûtiers et le massif de la Vanoise pour faire en vélo de route la montée de Courchevel! Un beau morceau de 17 kilomètres, avec un pourcentage moyen assez fort (7%). Je gare ma voiture dans un petit parking de Brides-les-Bains et je pars m’échauffer en direction de la commune de Bozel.

Après 35 minutes à tourner tranquillement les jambes, je me rends au départ officiel de la montée, situé au rond-point du Carrey. Ce rond-point est également le départ officiel de la montée de la Tania, de la montée de Pralognan la Vanoise et de celle de Champagny. C’est ici aussi qu’est donné chaque printemps le départ du triathlon des montagnes Courchevel X3, et le départ plusieurs fois par été des DYNASTAR KV vélo.

Je déclenche mon chrono devant la borne de départ de la montée. Les premiers kilomètres sont assez roulants, je suis en forme et je monte à mon rythme. Heureusement pour moi, il ne fait pas chaud. Je dépasse facilement le village de Saint-Bon puis arrive après 50 minutes de montée au Praz, appelé aussi Courchevel 1300m. J’aperçois sur ma droite les tremplins olympiques de saut à ski ainsi que le Lac du Praz. L’ambiance est géniale, mais je continue ma route!

20 minutes plus tard, je dépasse le géant centre aquatique Aquamotion puis traverse Courchevel 1650. Le plus dur arrive. Pour le moment, les pourcentages sont agréables, si ce n’est un petit kilomètre à + de 9% à la sortie de Courchevel 1550.

Au bout d’1 heure et 20 minutes d’efforts, j’arrive à Courchevel 1850. La station est complètement déserte, si ce n’est quelques ouvriers du bâtiment en plein chantier dans un magnifique chalet. Les petits rayons du soleil qui étaient apparu disparaissent derrière les nuages. Normalement, lors des étapes du Tour de France et du critérium du Dauphiné, les coureurs s’arrêtent ici. Mais la véritable montée de Courchevel se prolonge de 3,5 kilomètres, pour venir se terminer devant l’altiport de Courchevel, à + de 2000 mètres d’altitude.

Et en sortant de Courchevel 1850, les choses sérieuses débutent! Les pourcentages s’envolent, la route est en mauvaise état, de nombreux nids de poules jonchent le goudron. J’en bave, vraiment, mais je m’accroche. Je n’ai pas pris de gel, je commence à manquer de jus et à être très fatigué!

Tant pis, je ralenti mon allure, ma montre affiche une vitesse de 8 km/h! Finalement, après 3 dernières épingles à cheveux, et après un gros dernier effort, j’arrive devant la borne d’arrivée de la montée de Courchevel. Mon chrono pour ces 17,73 kms: 1h43 minutes, soit une petite vitesse moyenne de 10,3 km/h.

Je suis très heureux d’être ici et d’avoir réussi cette montée! J’en ai bavé, mais j’ai réussi! L’altiport de Courchevel est complètement désert, aucun avion et aucun hélico ne volera aujourd’hui. Il ne fait pas chaud, je mets mes manchettes et je me lance dans la descente après avoir pris quelques photos. Je vais avoir froid… 😉 .