Défi des Arolles 2017, Arêches-Beaufort, Acte 2! Après une première manche courue le 16 juillet, j’avais à cœur de faire mieux et d’améliorer mon chrono en cette fin du mois d’août 2017! Je me suis donc inscrit à la dernière manche du dimanche 27 août, mieux préparé et mieux entraîné qu’il y a un mois. Tout doucement, la forme revient! Je perds du poids de semaine en semaine, et j’essaye d’enchaîner les sorties et les entraînements de manière régulière. Je suis encore très loin de mon niveau, mais j’avance…

Vers 17h00 donc, j’ai pris avec ma cousine et avec ma chérie la direction de la station de ski d’Arêches. Nous avons retrouvé là-haut mon copain Steven Blanc, pour une belle course en perspective. La deuxième édition du défi des Arolles 2017 pouvait ainsi débuter.  Rappel: pour chaque édition, le départ de la course est donné au Planay, à 18h30 au centre du village. Le Planay est un petit village situé 2 kilomètres au-dessus du centre d’Arêches. La montée est longue de 3.2 kilomètres pour 700m de dénivelé positif. L’ambiance est superbe, le paysage est magnifique, cette course est de loin ma montée sèche préférée.

La 2ème manche du Défi des Arolles 2017 

Aller me balader dans le Beaufortain est toujours un bonheur… Arêches est une station que j’aime… l’ambiance y est calme et paisible, dans un des plus beaux massifs des Alpes, le Beaufortain! J’adore monter à Arêches pour me balader, que ce soit en ski de rando ou en courant. C’est ici, dans le petit hameau du Planay, situé 2 kilomètres au-dessus de la station d’Arêches, que se déroule depuis quelques années le défi des Arolles. Le but de ce défi: rejoindre le plus rapidement possible le refuge des Arolles depuis la ligne de départ de la montée, située au Planay! La montée est longue de 3.2 kilomètres, pour 700m de dénivelé positif.

Et une chose est sure, le niveau des participants est énorme! Arêches compte dans sa station les plus grands champions de ski d’Alpinisme: William Bon Mardion, Xavier Gachet, Steven Blanc, Grégory Gachet, Axelle Mollaret, Emilien Bochet… Imaginez donc à quel point il est agréable de courir à côté de grands coureurs comme ceux que je viens de citer!

L’itinéraire de montée du défi des Arolles passe par des petits sentiers à travers la forêt et par les pistes d’hiver d’Arêches pour se terminer au refuge des Arolles, 700m plus haut! Le refuge des Arolles se situe à 1890m d’altitude, sous le sommet du Grand Mont. Ce refuge est magnifique, tout de bois vêtu et construit sous la forme d’un chalet. L’été, le refuge est gardé tous les jours, et sur réservation en juin et en septembre. Il est possible de se restaurer sur place, à toute heure de la journée, et bien évidemment de dormir au refuge sur réservation. Le refuge des Arolles est également ouvert l’hiver, que ce soit en refuge ou en restaurant d’altitude. La vue depuis la terrasse du refuge est magistrale… le panorama est fantastique sur Arêches, sur le sommet de la Légette du Mirantin, du Mirantin, du Mont Blanc, du Grand Mont… La montée en vaut le coup! J’aimerai par ailleurs emmener dormir ma copine aux Arolles. J’ai vu lors de l’après-course qu’il était possible de poser sa tente devant le refuge… à programmer, mais passer la nuit ici doit être génial!

Une collation est par ailleurs offerte au refuge après la course… coca, eau, saucisson, chips, fromage, morceaux de quiches… idéal pour retrouver des forces avant de redescendre en courant au Planay! Lors de cette deuxième étape, nous avons eu le droit à une remise de lots par tirage au sort. Et par chance, j’ai eu la chance de gagner un beau sac Dynafit de Trail! Mon dossard numéro 18 m’a porté chance! Je suis ravi, car j’avais repéré ce sac depuis un long moment en magasin! Merci Dynafit, et merci aux organisateurs.

Ma course: mon objectif sur la ligne de départ était simple: battre mon chrono du 16 juillet 2017, pour la confiance et pour le moral. Lors de la première manche du défi des Arolles 2017, j’ai énormément souffert de la chaleur et du manque d’entrainement. Mes jambes m’ont brûlées toute la montée, et j’ai été à court de souffle pendant les 48 minutes de course. Mon chrono avait été décevant (48 minutes 25 secondes) mais j’ai préféré retenir mon retour à la compétition malgré ma maladie et le lourd traitement que je prends pour calmer les douleurs. J’ai terminé la première manche du défi des Arolles à une triste 24 ème place sur 25 coureurs classés. J’ai été dans le rouge de la ligne de départ à la ligne d’arrivée, j’ai souffert de mon surpoids et de mon manque de rythme. Je m’étais donc promis de revenir, pour faire mieux et pour continuer ma remontée vers les sommets.

Sur la ligne de départ, je me suis senti confiant et heureux. Heureux, car malgré cette satané maladie, j’ai la chance de pouvoir continuer à faire du sport et à m’amuser. J’ai réussi à enchaîner quelques belles séances de course à pied, je me suis beaucoup entraîné sur tapis, j’ai perdu du poids et les quelques séances de rythme que j’ai effectué m’ont fait du bien. Au « TOP » du départ, j’ai pris un départ beaucoup plus rapide que la dernière fois. Je me suis donné au maximum, j’ai souffert, mes jambes m’ont brûlées comme jamais, mais sur la ligne d’arrivée la surprise a été belle: 40 minutes d’efforts et 30 secondes, record battu de 7 minutes et 54 secondes! Grand sourire, les yeux au ciel, les poings serrés! Je suis de retour…

Ma course a été… difficile. Je me suis accroché du bas en haut. Je n’ai jamais lâché, malgré un petit passage à vide à la mi-course. J’ai serré les dents toute la montée, et j’ai essayé de ne pas craquer mentalement. Très rapidement, après 1 minute de course peut-être, j’ai posé mes bâtons contre un arbre et j’ai poursuivi ma course les mains sur les genoux, comme j’aime le faire. Je suis bien plus efficace les mains sur les genoux qu’avec des bâtons. Courir avec des bâtons nécessite un entrainement et une habitude régulière. Je suis monté beaucoup plus rapidement que lors de la première étape, ma fréquence de pas était bien meilleure que la dernière fois. J’ai rapidement compris que j’allais améliorer mon chrono de la dernière fois, ce qui m’a boosté!  Je tiens à préciser aussi que certains faits de course ont été à mon avantage, j’ai donc eu de la chance…

J’ai en effet eu la chance d’avoir un météo plus clémente que le 16 juillet. Je n’ai pas souffert de la chaleur, moi qui déteste faire du sport quand il fait chaud. J’ai également eu la chance de courir entouré d’autres traileurs, alors que le 16 juillet je me suis retrouvé isolé très rapidement. C’est une des raisons de ce premier chrono si catastrophique … seul, je n’avais pas de points de repères… j’ai sombré mentalement, ce qui ne s’est pas passé ce dimanche. Je me suis donné au maximum, j’ai fini les derniers mètres les mains au sol, mais l’objectif est plus que réussi! Cette petite performance va me faire le plus grand bien… physiquement mais surtout mentalement. Je dois également prendre en compte que les montées sèches comme le Trail ne sont pas mes disciplines favorites, ni ce que je prépare. Mon objectif est toujours le même, réussir une belle perf sur 10 kilomètres dans les prochains mois pour préparer mon retour sur la piste dans une petite année. Le Trail, ce sera pour plus tard. Je dois continuer l’entrainement, je suis sur le chemin du retour… Je vais continuer mes séances sur tapis, qui me font le plus grand bien. Je ré-apprends ainsi à courir au train et à une allure fixe! Je transpire énormément pendant ces séances, ce qui me fait donc perdre du poids.

Résultats : pour cette 2ème manche du Défi des Arolles 2017, superbe victoire de l’immense champion de trail et de ski d’alpinisme Xavier Gachet en 26 minutes et 27 secondes. Victoire facile de l’Arêchois puisque Manon Kevin termine deuxième à plus de 2 minutes, en 28 minutes et 53 secondes. François Hiver complète le podium dans un chrono de 30 minutes et 24 secondes. Mon copain Steven termine à une très belle 4 ème place dans un temps de 30 minutes et 32 secondes. Moi, je termine 22ème sur 32 coureurs classés.

Chez les filles, victoire de Sophie Mollard en 35 minutes 26 secondes. Impériale, la Traileuse d’Arêches remporte une nouvelle course, devant Chardini Laure (39 minutes 19 secondes) et ma cousine Chabert Léa (41 minutes 46 secondes), que je félicite… bravo à toi ma chérie!

Merci aux organisateurs, merci à Arêches, merci au CMSAB, je me suis régalé! Vivement l’été prochain, même si je viendrai peut-être essayer de faire le défi des Arolles en ski de rando cet hiver à Arêches… affaire à suivre, à très vite!