De retour à la compétition! Le dimanche 16 juillet 2017, après plus de 9 mois sans prendre de dossard, j‘ai participé à la montée du défi des Arolles, dans la belle petite station de ski d’Arêches-Beaufort; cette course est une belle revanche sur ma maladie qui je l’espère, marquera le début de ma nouvelle carrière de coureur à pied! Cette montée sèche est organisée par le CMSAB, le club multisport d’Arêches-Beaufort. Le défi des Arolles est organisé 3 fois cet été, le 17 et le 30 juillet, ainsi que le dimanche 27 août.

Pour chaque édition, le départ de la course est donné au Planay, à 18h30 au centre du village. La montée est longue de 3.2 kilomètres pour 700m de dénivelé positif. L’ ambiance est superbe, le paysage est magnifique, je me suis régalé! Mais d’un point de vue sportif, je ne suis pas aussi enthousiaste! J’en ai énormément bavé. Récit.

La 1 ère manche du Défi des Arolles 2017 

Le défi des Arolles se passant au Planay, ma journée du dimanche 16 juillet était déjà réussie! Arêches est une station que j’adore… l’ambiance y est calme et paisible, dans un des plus beaux massifs des Alpes, le Beaufortain! J’aime monter à Arêches pour me balader, que ce soit en ski de rando ou en courant. C’est ici, dans le petit hameau du Planay, situé 2 kilomètres au-dessus de la station d’Arêches, que se déroule depuis quelques années le défi des Arolles. Le but de ce défi: rejoindre le plus rapidement possible le refuge des Arolles depuis la ligne de départ de la montée, située au Planay! La montée est longue de 3.2 kilomètres, pour 700m de dénivelé positif.

Et une chose est sure, le niveau des participants est monstrueux! Arêches compte dans sa station les plus grands champions de ski d’Alpinisme: William Bon Mardion, Xavier Gachet, Steven Blanc, Grégory Gachet, Axelle Mollaret, Emilien Bochet… Imaginez donc à quel point il est agréable de courir à côté de grands coureurs comme ceux que je viens de citer!

L’itinéraire de montée du défi des Arolles passe par les pistes d’hiver d’Arêches pour se terminer au refuge des Arolles, 700m plus haut! Le refuge des Arolles se situe à 1908m d’altitude, sous le sommet du Grand Mont. Ce refuge est magnifique, tout de bois vêtu et construit sous la forme d’un chalet. L’été, le refuge est gardé tous les jours, et sur réservation en juin et en septembre. Il est possible de se restaurer sur place, à toute heure de la journée, et bien évidemment de dormir au refuge sur réservation. Le refuge des Arolles est également ouvert l’hiver, que ce soit en refuge ou en restaurant d’altitude. La vue depuis la terrasse du refuge est magistrale… le panorama est fantastique sur Arêches, sur le sommet de la Légette du Mirantin, du Mirantin, du Mont Blanc, du Grand Mont… La montée en vaut le coup!

Une collation est par ailleurs offerte au refuge après la course… coca, eau, saucisson, chips, fromage… idéal pour retrouver des forces avant de redescendre en courant au Planay!

Le départ de la montée fût donné à 18h30. Et malheureusement, je n’ai pas grands choses à dire sur ma course. J’en ai bavé tout le long, j’ai souffert de la chaleur, du manque de jus, du manque d’entrainement et de ma petite condition physique. Je ne garde aucun point positif sur la course en elle-même! Je me suis très vite retrouvé en queue de peloton, avant de me faire doubler par tous les participants et participantes. Mon cœur battait très vite, les jambes m’ont brûlé toute la montée, j’ai dû m’arrêter plusieurs fois, avachi sur mes bâtons! Les montées sèches sont un type d’effort bien particulier, comme les KV, qu’il faut préparer sérieusement et à l’avance. Ce n’est pas mon cas, il est dont tout à fait normal que je souffre autant sur ce format de course. Je n’ai plus l’habitude du ryhtme élevé des compétitions, et ce fut dramatique aujourd’hui. Je me suis pris une bonne fessée, mais c’est la vie!

La montée fût interminable, et l’arrivée fût un soulagement! Les 2 piqûres que je fais chaque semaine pour soigner ma maladie doivent laisser des traces sur mon organisme, car malgré mon retour à l’entrainement au début du mois de Mai, je n’ai jamais été aussi mauvais en trail! Je termine avant-dernier, à une anodine 24 ème place sur 25 coureurs classés. Je n’ai pas réussi à me servir correctement de mes bâtons, et j’ai perdu un peu de temps dans ce non savoir-faire. Mon temps de montée est de  48 minutes 25 secondes, alors que mon objectif était de faire moins de 42 minutes. 42 minutes sur 700m de montée correspondent à une vitesse ascensionnelle de 1000m de dénivelé positif par heure.

Je n’ai pas d’excuse, et je ne veux pas m’en donner! Je dois retourner à l’entrainement, et être plus sérieux dans mon hygiène de vie. Mon objectif reste le même, battre mon record sur 10 kilomètres l’hiver prochain! Les courses sur route me conviennent beaucoup mieux, je ne suis donc pas inquiet. Je dois travailler, être concentré à chaque entrainement pour parvenir à mon objectif. Je suis ultra-motivé, et je vais donner le meilleur de moi-même! Je vais réussir, je m’en suis fait la promesse! Alors au boulot!

Les résultats: 

Pour cette première édition de l’été 2017, le jeune Arthur Blanc remporte la course dans un temps de 28 minutes et 05 secondes. Grégory Gachet termine deuxième en 30 minutes et 10 secondes devant Francois Hivert, troisième en 31 minutes et 08 secondes. Chez les filles, Sophie Molaret gagne la course dans un chrono de 33 minutes et 59 secondes, devant Laura Chamiot-Métral et Sophie Miléo. Nous étions 25 au départ, 25 à l’arrivée! Bravo à toutes et à tous 😉 ! Et un immense merci aux bénévoles, c’était top! J’ai passé un très bon moment; la preuve: je serai là le 30 juillet pour la 2ème manche du défi des Arolles, avec l’objectif de faire mieux, beaucoup mieux!

A noter que le record de la montée est détenu par Xavier Gachet de la station d’Arêches, dans un chrono canon de 24 minutes et 51 secondes.

L’après-course: 

En fin de soirée, nous avons mangé avec ma copine au restaurant le Monterminod, situé en face de la ligne de départ du défi des Arolles. Nous avons très bien mangé et nous nous sommes régalés! Une belle manière de finir une superbe après-midi.

A dans 2 semaines au Planay! A très vite!