C’est désormais officiel, le confinement de la population Française lié à la pandémie du CORONAVIRUS Covid-19 est prolongé, au moins jusqu’au 11 mai 2020. Et même si ce confinement est difficile pour tout le monde, il faut prendre son mal en patience et rester à la maison. Pour la sécurité de toutes et de tous, pour aider nos hôpitaux et nos soignants, et car la vie reprendra un jour ou l’autre…

Depuis le début de ce confinement, je me repose un maximum, je regarde beaucoup de films et je lis énormément de livres. Je suis un amoureux de la lecture depuis de nombreuses années, en particulier des livres de voyages et de montagne. J’ai ainsi sélectionné pour vous quelques livres de montagne merveilleux à lire dans cette période de confinement ! Lire, c’est comme assister en secret à un voyage au bout du monde, à une expédition en Himalaya, à une journée grimpe dans le Yosémite… En ce moment, lire fait énormément de bien !

Confinement Covid-19 : les plus beaux livres de montagne à lire (Berhault, la Panthère des Neiges, Loretan…) 

  • « Yannick Seigneur, L’iconoclaste ». Écrit par l’auteur Philippe Bonhème.
  • Edité chez Glénat dans la collection « hommes & montagnes ».
  • Synopsis: Par ses réalisations ambitieuses, Yannick Seigneur a marqué l’alpinisme des années 1960-1970. À son époque, il fut le meilleur alpiniste français, en compétition avec l’Italien Reinhold Messner pour la conquête des quatorze 8000. Yannick Seigneur fut le précurseur des expéditions alpines en Himalaya, une technique d’ascension reprise par tous les grands alpinistes aujourd’hui. Mais en revendiquant ouvertement son statut de professionnel de l’alpinisme qui commercialise ses exploits – via le sponsoring, la publicité, la médiatisation et les films -, Yannick Seigneur a fortement heurté ses contemporains, qui lui ont reproché de vendre son âme au diable. Il a été rejeté et ostracisé par le milieu de la montagne, car il incarnait une forme de marchandisation de l’alpinisme pour sa seule gloire. Un fait devenu banal… Il n’empêche qu’il a ouvert la voie à la « starisation » des alpinistes dans les années 1980 aux exploits individuels – vitesse, enchaînement de plusieurs sommets- et aux expéditions commerciales dont il fut aussi le précurseur. Etre trop en avance sur son époque se paie parfois très cher. Yannick Seigneur fut un alpiniste iconoclaste…
  • « Chamonix-Langtang ». Écrit par l’auteur Pierre Pili.
  • Edité chez les « Editions du Mont-Blanc ».
  • Synopsis: Pierre Pili, originaire de Marseille, n’est pas né au pied des sommets, mais il a fait de sa passion son métier. Médecin du secours en montagne. Une élite. Avec ses codes, sa mémoire, ses silences, l’abnégation et le risque permanent lors des interventions dont aucun ne connait l’issue. Et la nécessité toujours, à hauteur d’homme, avec ses doutes, de prendre plusieurs décisions par seconde pouvant sauver des vies ou être mortelles. Partir de la drop zone en hélico pour survoler les glaciers est grisant, mais peut-être à chaque fois le dernier voyage pour l’équipage comme pour ceux qu’il faut sauver.

 

  • « Berhault, virtuose de l’altitude ». Écrit par les auteurs Michel Bricola et Dominique Potard.
  • Edité chez Guérin, aux éditions Paulsen.
  • Synopsis: Pendant plus de deux décennies, Patrick Berhault a été l’un des alpinistes les plus inventifs de sa génération. Virtuose, esthète, dansant sur le rocher au soleil du Midi comme dans la glace des faces nord, le « Brun » a poursuivi en montagne la carrière éblouissante commencée aux côtés de Patrick Edlinger, « le Blond ». Le 25 avril 2003, Patrick Berhault chutait sous les yeux de son compagnon de cordée Philippe Magnin lors d’une chevauchée dantesque sur les 4000 des Alpes. Depuis, son aura n’a cessé de grandir. Il inspire toujours les jeunes alpinistes et a plus que jamais sa place parmi les noms qui ont marqué l’histoire de la montagne.

 

  • « En solo. Alpinistes et grimpeurs racontent ». Écrit par l’auteur Gilles Chappaz.
  • Edité chez Glénat dans la collection « hommes & montagnes ».
  • Synopsis: Il fascine les uns, rebute les autres et ne laisse personne indifférent. Pratique ultime de l’escalade ou de l’alpinisme, le solo a le parfum du soufre. Pour aller « à la frontière infranchissable de son âme », « se retrouver seul avec soi-même », avoir « un morceau d’existence en dehors de sa propre vie » ou « vivre, vivre à en crever »? Oui, pourquoi les solistes partent-ils seuls s’attaquer à un sommet ou une nouvelle voie? Pourquoi choisissent-ils de corser leur face-à-face avec la montagne en partant en hiver sur un 8000, ou en solo intégral, sans aucune assurance? On a tout dit d’eux: qu’ils étaient des inconscients, des risque-tout, des déséquilibrés, des trompe-la-mort. Et si c’était tout le contraire? Pour se faire une idée plus juste et mieux comprendre les motivations de ces artistes, funambules de la verticale et de la vie, Gilles Chappaz est parti à leur rencontre. Pas un ne met en avant les mêmes motivations, mais tous disent la même chose: le solo est la discipline ultime, celle qui permet le mieux de se trouver. Dans ce livre, il est question d’engagement total, de choix de vie, d’exaltation, de recherche spirituelle, de courage, de peur aussi.

 

  • « Ehrard Loretan, Une vie suspendue ». Écrit par l’auteur Charlie Buffet.
  • Edité chez Guérin, aux éditions Paulsen.
  • Synopsis: Devant l’appartement de Renata Loretan, il y a un pré avec un pommier. Et, dans les branches du pommier, son fils Erhard, 7 ans. Il y apprend tout de l’escalade: les gestes, le risque, le vide. Mieux et plus vite que les autres, mais personne ne le sait encore: le génie s’attrape tôt ou jamais. À 13 ans, il s’envole dans un surplomb humide qui a repoussé son ami Pierre Morand lequel, quarante ans après, confiera à Charlie Buffet: « Erhard n’a jamais eu besoin d’apprendre. Il savait. Il avait tous les dons: l’agilité, mais aussi le sens de l’itinéraire, le mental. Tout !  » Le même dira, après l’avoir suivi à plus de 8 000 : « C’est un des alpinistes du siècle. Il y en a peut-être deux ou trois comme lui, sûrement pas plus ».

 

  • « La panthère des neiges ». Écrit par l’auteur Sylvain Tesson.
  • Edité chez Gallimard, prix Renaudot 2019.
  • Synopsis: -Tesson ! Je poursuis une bête depuis six ans, dit Munier. Elle se cache sur les plateaux du Tibet. J’y retourne cet hiver, je t’emmène. -Qui est-ce? -La panthère des neiges. Une ombre magique ! -Je pensais qu’elle avait disparu, dis-je. -C’est ce qu’elle fait croire.

Voilà les ami(e)s, je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher des belles surprises. La lecture, c’est cela, de la découverte, du mystère, des surprises, des inconnus, du suspens… J’espère vous avoir donné quelques idées d’occupation 😉 N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me faire part de vos impressions. Et si vous aussi, vous avez des idées de livre à me conseiller, je suis preneur. Soyez prudentes et soyez prudents, bon courage à toutes et à tous dans cette période bien compliquée, mais qui s’arrêtera un jour ou l’autre.