Il n’était pas possible pour moi de partir en vacances dans le département du GARD (30) sans prévoir de faire une randonnée au Mont Aigoual, point culminant du département ! Ce sommet qui culmine à 1565 mètres d’altitude et qui se situe dans la chaine de montagnes des Cévennes (massif Central) me fait rêver depuis de nombreuses années. J’ai lu de nombreux topos randonnée au sujet du Mont Aigoual et je me suis toujours promis de le visiter lors de vacances dans le Sud de la France / en région Occitanie.

Alors forcément quand nous sommes partis avec ma chérie en cette fin du mois de juin 2021 quelques jours en vacances dans le Sud, nous nous sommes rendus au Mont Aigoual un dimanche soir pour une superbe balade au coucher de soleil sur l’un des sommets géants du Sud de la France… c’était génial et nous nous sommes régalés, alors voici ci-dessous les photos et le topo de notre randonnée…

Un superbe dimanche soir au sommet du Mont Aigoual (alt 1565 mètres), point culminant du département du GARD (projet S 96) 

Nom du sommet: Mont Aigoual.
Département & Région: département du Gard et de la Lozère, région Occitanie. Le Mont Aigoual est le point culminant du Gard.
Altitude mesurée au sommet: 1565 mètres, précision +/- 2 mètres.
Coordonnées précises GNSS du sommet: N 44.121621 E 3.581344
Massif: chaine des Cévennes, massif Central.
Versant d’ascension: donnée non significative car nous avons fait une randonnée sur le plateau sommital.
Accès départ: pour effectuer notre randonnée, nous sommes partis avec ma chérie du sommet du Mont Aigoual. Il y a des grands parkings au sommet, au niveau des antennes et du fort. Pour aller au sommet du Mont Aigoual en voiture, vous avez plusieurs options. Par la route départementale D
Itinéraire d’ascension: 

En: rando-run (un mélange de randonnée et de running).
Carte IGN:
Longueur/dénivelé +: 
Chrono aller-retour: 
Météo: 
Date: 
L’équipe du jour: 

Compte-rendu d’une splendide balade sur le point culminant du Gard…

En cette fin d’après-midi du dimanche 27 juin 2021, nous prenons avec ma chérie la direction du Mont Aigoual. Nous comprenons très rapidement en arrivant sur les pentes du sommet que nous allons passer un très beau moment. Nous croisons énormément de monde sur la route (camping-cars, voitures, cyclistes) mais en sens inverse ! Eux descendent, nous nous montons. Cela signifie que nous serons au calme et en toute tranquillité au sommet du Mont Aigoual, pour faire une très balade, avant de continuer notre descente vers le Sud de la région Occitanie. En arrivant au sommet du Mont Aigoual, nos espérances sont confirmées. Le soleil est splendide, le paysage est enivrant et il n’y a pas beaucoup de monde sur la cime de l’Aigoual. Nous garons la voiture à proximité des grandes antennes du sommet et débutons notre balade/randonnée. Je me suis préparé un bel itinéraire avec l’application Garmin Explore et mon GPS Explorer +, on verra bien ce que cela donne.

Rapidement, nous prenons la direction de la station de ski de Prat Peyrot, indiquée à 2 kilomètres et 30 minutes de marque des antennes du Mont Aigoual. Bien aidés par un balisage FFRP parfait, nous dépassons les lieux-dits « La Drailhe », « La Sapinière » et arrivons à Prat PEYROT. Cette petite station de sport d’hiver et de sport d’été est la seule et unique station du département du GARD. Son altitude varie entre 1200 mètres et 1565 mètres d’altitude et offre à ses visiteurs de multiples activités sportives disponibles : raquettes à neige, ski, randonnée, VTT… Aujourd’hui, en ce 27 juin 2021, la station est complètement déserte. Normalement ouverte l’hiver entre les mois de décembre et d’avril, la station « Alti Aigoual – Prat Peyrot » emploie presque une trentaine de salariés… mais aujourd’hui, comme dit plus haut, c’est désert. N’ayant donc rien de bien intéressant à faire ici, nous reprenons rapidement la direction du Mont Aigoual, en prenant une petite variante de montée par rapport à notre chemin de descente. 30 bonnes minutes plus tard, nous arrivons aux antennes du sommet, sous un vent fort. Ma chérie, fatiguée car peu habituée à la randonnée, s’arrête ici et part se reposer à la voiture. Désormais, je suis seul et je pars orientation EST pour aller visiter le sommet officiel du Mont Aigoual.

Un peu plus loin que les immenses antennes sommitales, je passe devant la borne frontière entre le département du GARD et le département de la LOZERE. La borne frontière passant tout près du sommet Mont Aigoual, je comprends pourquoi ce dernier est le point culminant du GARD mais également le deuxième plus haut sommet de la LOZERE, après le Pic de Finiels (que j’ai eu la chance de grimper ce matin). Heureux, je continue ma route. Très vite, je trouve dans un abri en pierre la borne géodésique officielle du Mont Aigoual, borne mise en place et fabriquée par l’IGN. Le Mont Aigoual, comme annoncé sur les sites internet spécialisés culmine bien à 1565 mètres d’altitude aux coordonnées GNSS N44.121621 E3.581344

Car il faut bien le dire, la belle plateforme d’observation du Mont Aigoual (qui est accessible par un petit escalier en colimaçon) est de fabrication humaine. Cette plateforme en béton qui culmine à 1572 mètres d’altitude n’est donc pas le point culminant du GARD, car les constructions humaines ne « rentrent pas en compte dans le calcul des points culminants ». Le plus haut sommet du Gard se trouve dans le petit abri en pierre, comme dit plus haut. En montant à la plateforme de l’observatoire du Mont Aigoual, je passe devant la belle et grande station météorologique de l’Aigoual. La station est fermée aujourd’hui, dommage car je l’aurai bien visité. La station météo du Mont Aigoual est très connue en France puisque cette dernière enregistre régulièrement des faits météo impressionnants, grâce à sa position géographique unique : vents très forts, rafales à plus de 250 km/h, chutes de neige importantes… Crée en 1984, l’observatoire du Mont Aigoual n’est aujourd’hui en 2021 plus habitée… encore un mauvais coup de la bureaucratie Française, quelle tristesse ! Car situé entre les vents froids du Nord de la France et les vents Chauds de la méditerrané, l’observatoire de l’Aigoual était/est idéalement situé…

Bref, revenons-en à la randonnée et au sport. Motivé pour découvrir un peu plus le plateau du Mont Aigoual et ses environs, je pars en direction de l’Est en trottinant. Cela est vraiment agréable car désormais il n’y a vraiment plus personne ! Il y a avait quelques promeneurs au sommet de l’Aigoual (ce n’était heureusement pas la foule des grands jours) mais alors là où je suis, je suis vraiment seul. Je dépasse le lieu-dit « Menhir de Trépaloup, le lieu-dit « Source de Tarnon » avant de stopper ma course. L’heure est venue de retourner à la voiture, cela fait presque deux heures que je me balade sur l’Aigoual et il va être temps de prendre le chemin du Sud de l’Occitanie. Dommage, je serai bien resté ici à dormir dans ma voiture pour avoir un beau coucher/lever de soleil, mais ce sera pour une prochaine fois. À la descente avec ma chérie, nous nous arrêtons en voiture à « l’Observatoire du Mouflon » situé en bordure de la route départementale D 986. À la recherche des Mouflons grâce à une bonne paire de jumelles, nous ne trouverons malheureusement rien. Les Mouflons doivent être à l’abri dans la forêt. La descente vers Montpellier continue… et quand nous dépassons la commune de VALLERAUGUE, je me dis qu’il faudrait un jour que je grimpe le Mont Aigoual en vélo de route ! Le versant d’ascension depuis Valleraugue par la route départementale D 986 est tout simplement magique ! La route est en excellent état, le goudron a été refait récemment et ce doit être un bonheur de rouler ici. La montée est longue de 28.50 kilomètres à un pourcentage moyen de 4.3%. La dénivellation positive ? 1225 mètres + ! Bref, rien que d’écrire ces lignes, je m’imagine déjà faire le Mont Aigoual en vélo. Un jour, surement…

Environ 2h25 minutes après avoir quitté le plateau sommital du Mont Aigoual, nous arrivons au bord de la mer. Les vacances en mode farniente débutent ! Visite de Palavas-les-Flots et  du Grau-du-Roi, balade sur la plage, dégustation de fruits de mer dans un bar à huitres, observation aux jumelles de flamants Roses, session bateau à moteur à Aiguemortes, nuits d’hôtels à l’hôtel du Golf et au Spinaker… bref, le top. Du repos, de la détente… cela fait du bien, avant de rentrer dans notre Savoie natale.

En rentrant chez nous par la belle et très pratique autoroute A9  (Le Grau-du-Roi à Albertville) en 3h40 c’est quand même le rêve), je pense à mon projet S 96 (descriptif complet du projet à retrouver en cliquant ici). Je viens de réussir mon 24 ème et 25 ème sommet et c’est une très belle nouvelle. Je suis heureux et content. Place à la suite.