Décidemment, je passe beaucoup de temps en ce moment dans la partie « Jura » du département de l’Ain ! Il faut dire que la « basse altitude » de cette zone permet de faire des belles randonnées en toute sécurité, dans une période où les conditions en montagne sont très dangereuses (manteau neigeux instable car beaucoup de pluie). J’ai forcément un peu de route en voiture depuis chez moi mais peu importe quand on est passionné, on est prêt à tout pour faire ce qu’on aime ! La musique dans la voiture (aujourd’hui, ce sera l’album de Renaud), je prends la route.

Traversée du Lapiaz du Fierlos en courant (département de l’Ain, massif du Jura)

Date: 29 janvier 2021.
Durée: 1h42 minutes de balade au total.
Météo: temps moyen, pas de pluie, soleil par intermittences.
Dénivelé: 163m de D+ et D-. Distance d’une longueur de 7.10 kilomètres.
L’équipe du jour: tout seul.
Massif: Jura (Bugey-Sud), département de l’Ain.
Itinéraire d’ascension: départ « Chemin de TORNAVAZ » code postal 01510 – Prendre la direction de la vierge du Fierloz – Vierge du Fierloz – Suivre les cairns pour aller jusqu’au sommet  du plateau – Sommet du Fierloz (alt 327m) – Lieu dit « Vau Grès » alt 295m – Cascade de Cerveyrieu – Retour au point de départ par le sentier du « Pays Balcon du Valromey ».
Carte IGN: chez l’IGN, série bleue TOP 25 référence 3331OT.
Accès départ: rien de plus simple. Rejoignez la commune d’Artemare (code postal 01510) puis trouver un parking. Puis, prenez la direction de l’Ouest pour rejoindre le plateau du Fierloz.

Récit post-randonnée:

Pour ceux qui ne connaitraient pas le petit massif montagneux du Fierloz, comme moi avant ma randonnée, voici quelques informations. En premier, il faut savoir que le « Fierloz » est un plateau karstique de basse altitude, d’une surface de 75ha, situé dans le Bugey Sud (massif du Jura, département de l’Ain). Le site s’appelle plus communément le site de la Vierge du Fierloz et est rattaché à la commune d’Artemare (code postal 01510). Précision importante : chez l’IGN, qui est quand même la référence ultime en terme de cartographie de précision, le Fierloz est orthographié Fierlos. Pourquoi ? Je ne sais pas. Si quelqu’un a l’information je suis preneur. En tout cas, sur toutes les pancartes du site, il est bien écrit Fierloz, avec un Z.

Ce petit massif montagneux (né il y a 140 millions d’années dans la mer jurassique) fait pour de la balade/de la très petite randonnée aurait été occupé dès l’an 58 après Jésus-Christ, en particulier par des militaires Helvètes, Germains, Burgondes et Sarrasins (les passionnés de trésors et d’histoires doivent se régaler avec leurs détecteurs de métaux). Le plateau du Fierloz est constitué d’une multitude de lapiaz (rochers parcourus par des longues fissures plus ou moins étroites), creusés au fil du temps par des infiltrations d’eau. D’après de nombreux panneaux informatifs que l’on voit à plusieurs endroits sur le Fierloz, on apprend que ce petit massif abrite plus de 200 espèces de végétaux et également des espèces d’animaux (dont des petits reptiles et des oiseaux de l’espèce d’Engoulevent d’Europe). En plein jour, je n’ai malheureusement rien vu mis à part quelques oiseaux, et de très loin.

Le principal lieu du Fierloz est la statue de la vierge du même nom, la vierge du Fierloz. La statue, haute de 7 à 8 mètres, a été construite en l’an 1896, pour rendre hommage au 14ème centenaire du baptême de Clovis (je ne sais pas de quoi je parle mais j’en parle quand même, rires!). Il est possible, grâce à un escalier en colimaçon, de monter sur la statue de la vierge, pour avoir une très belle vue sur la ville d’Artemare et sur le sommet du Grand Colombier. Je l’ai fait et je dois dire que le panorama est effectivement très sympathique (j’ai même eu le droit à un très bel arc-en-ciel). Note importante, le site du Fierloz bénéficie d’une protection dans le P.L.U communal de la commune d’Artemare, et est labellisé « Espace Naturel Sensible ». Amies randonneuses et amis randonneurs, soyez donc respectueux des lieux !

Personnellement, j’ai un passé un moment très agréable sur le Fierloz. J’ai débuté ma randonnée « Chemin de TORNAVAZ », à l’entrée d’Artemare en arrivant de la ville de Yenne. Je suis rapidement allé visiter le lieu de la statue de la vierge du Fierloz, avant d’entamer la traversée du plateau. La traversée est vraiment belle. Des dizaines de petits cairns indiquent la direction à suivre, au milieu des pins méditerranés et des buissons. Très régulièrement, il faut sauter de lapiaz en lapiaz pour éviter les fissures, ce qui est très sympathique. Attention quand même aux chevilles et aux entorses…

Grâce à mon application de cartographie sur mobile, je suis allé chercher le point le plus haut du Fierloz à ALT 327 mètres, en plein milieu des buissons et des ronces (et non à altitude 360 mètres comme indiqué sur certains topos). Attention, sans GPS, il est presque impossible de trouver le sommet culminant du Fierloz (situé aux coordonnées GPS N45.86880 E5.67918), car ce dernier se situe au détour d’un buisson, et n’est pas matérialisé.

De l’EST du Fierloz, j’ai donc pris la direction de l’OUEST pour rejoindre le sentier de grande randonnée du « Pays Balcon du Valromey ». Je me suis égaré à une seule reprise, mais perdu au milieu des ronces j’ai réussi à retrouver mon chemin rapidement ! J’ai poursuivi ma balade de rando-run jusqu’à la belle et grande cascade d’Artemare/ de Cerveyrieu, avant de débuter mon chemin du retour vers la voiture. J’ai été assez en forme aujourd’hui, ce qui est une bonne chose. J’ai avancé à bon rythme, la musique dans les oreilles et dans la bonne humeur. Mes tendinites aux genoux sont-elles parties ? Je croise les doigts. À noter que la cascade de Cerveyrieu est très impressionnante (haute de 60 mètres), et encore plus les jours ou il pleut/ou il a plu, comme ça a été le cas pour moi.

Bilan: j’ai trouvé le lieu du Fierloz très agréable et très calme, je n’ai croisé absolument personne et je me suis régalé (le topo de la FFRP du Bugey-Sud a raison quand il parle du calme et de la tranquillité du Fierloz). Au top… Le retour vers ma Tarentaise natale peut débuter ! Tant qu’on n’est pas confiné, il faut en profiter. Alors, vive la randonnée !