Après l’ascension de l’Aconcagua, point culminant des continents américains, (6962m) début février en Argentine, puis l’ascension du Teide, 3718m, (point culminant d’Espagne) aux îles Canaries début Août, je ne pensais pas avoir la chance de repartir en cette fin d’année. Mais voila que quelques RTT me permettent d’organiser une nouvelle petite aventure. Après réflexion, et en prenant en compte les conditions climatiques hivernales installées un peu partout en occident, direction le nord de l’Europe pour l’Ascension du Carrauntoohil, point culminant d’Irlande, et l’ascension du Slieve Donard, point culminant d’Irlande du Nord. Avec un objectif bien précis, celui de réaliser ces deux sommets le rapidement possible. J’en aurai alors fini avec le plus haut sommet de chaque pays du Royaume uni (Three Peakes Challenge réalisé quelques années plus tôt avec mon correspondant anglais Jonathan et sa famille) et du plus haut sommet d’Irlande.

Jeudi 28 novembre : Longue journée de trajet en perpective. Départ d’Albertville tôt le matin pour rejoindre L’aéroport de Lyon Saint Exupéry, puis une première escale à Paris CDG. Je monte dans un petit avion, direction, Dublin, capitale de L’Irlande. Je suis impatient de repartir à l’aventure!

Arrivé sur place vers 16h30, après 1h40 de vol, je me rends compte que je suis bien au nord de l’Europe, et au mois de décembre : Il fait déjà nuit, et une légère pluie refroidit les températures . Mon premier objectif est de rejoindre rapidement Killarney, au sud Ouest de L’Irlande, ville de départ de la première ascension. Je récupère mes valises et me rend chez le concessionnaire pour récupérer ma voiture de location. Un long trajet commence, heureusement les autoroutes sont en très bon état, et très peu chères (1.25€ pour traverser tout le pays). La voiture de location est en très bon état… Heureusement, car traverser l’irlande de nuit, volant à gauche et voiture à gauche, n’est pas chose simple! Je traverse Limerick, et continue ma route vers Killarney.

J’arrive sur place après 6 heures de route depuis Dublin. Killarney est une très belle petite ville (12 000 habitants) en plein cœur du comté de Kerry, dans la province Irlandaise du Munster. Killarney est située au creux d’une vallée bordant les Macgillycuddy’s Reeks au bord des lacs de Killarney. Elle constitue également l’entrée principale du parc national de Killarney qui couvre une bonne partie du centre et des montagnes du Comté de Kerry. Une ville en plein coeur des montagnes irlandaises! Je trouve rapidement un confortable et charmant, hôtel, style harry potter et Poudlard, dans le centre de la ville, et m’installe, il est déjà 11 heures pm. Malheureusement pour moi, les restaurants aux alentours sont déjà fermés. C’est donc le ventre vide depuis midi que je me couche. Je saute sous la douche et m’installe dans un lit très confortbale: j’ai besoin d’une grande nuit de sommeil pour etre en forme demain. Quelques sms pour rassurer mes proches, et au dodo !

Vendredi 29 : Journée de repos et de visite sur Killarney. Les sommets lointains sont dans le brouillard, mais il ne fait pas froid. Je mange, je bois, je mange, je bois pour me préparer pour demain. Je me rends rapidement le matin au départ de l’ascension du Carraunt, à proximité de beaufort, pour repérer les lieux. L’envie de courir me démange! Je trottine quelques minutes en admirant les lieux: Les nuages recouvrent le sommet, et le vent souffle fort. Tant pis, demain il faudra être costaud ! Je pars en milieu de matinée visiter Muckross House, Muckross Abbey et Ross Castle. Mais le mauvais temps m’empche de profiter de cette visite culturelle 😉 En fin d’après midi, je m’installe dans un petit pub, un bon chocolat et un livre : parfait ! L’ambiance est super, je profite d’une dernière soirée de repos avant l’ascension de demain.

Samedi 30 : L’aventure commence enfin ! Je n’ai pas beaucoup dormi de la nuit. Les prochaines 24 heures vont êtres compliquées et éprouvantes. Un énorme petit déjeuner avant de quitter l’hôtel, pour rejoindre une petite ferme, non loin de beaufort, où le parking est le lieu de départ de l’ascension. Je m’équipe et fait une dernière fois le point sur mes affaires. Un petit échauffement, et c’est parti pour 55 kilomètres de course. ! L’ascension peut être réalisée beaucoup plus rapidement (10 km) mais j’ai pour projet de contourner les Macgillycuddy’s Reeks, de rejoindre le ring of kerry pendant quelques kilomètres (le ring of kerry est un circuit touristique du comté de Kerry de 170 kilomètres) avant de me lancer dans l’ascension finale. Les 30 premiers kilomètres se passent très bien. Peu de dénivelé, le souffle est ok, les jambes aussi. Je suis très heureux de mes chassures de trail achetées avant de partir, les salomon sense, meme si je redoute pour la suite l’enchaienement des kilomètres avec des chaussures aussi légère. Le paysage est fantastique et typique de l’Irlande : de grandes étendues vertes, avec une légère brume par certains endroits. Je me fais plaisir. Un peu de vent, des températures agréables (5 degré), mais le terrain est très humide ! Nous sommes en Irlande ! Et peu à peu, je me rapproche du sommet. Le Carrauntoohil se profile au loin, le sommet dans les nuages. J’appercois au loin des randonneurs, eux aussi surement à l’assault du point culminant d’Irlande. Je passe entre le lac Gouragh et le lac Callee, continue quelques minutes, et arrive au pied de la célèbre Devil’s Ladder, signifiant échelle du diable en Irlandais. Je comprends sa signification : la devil’s ladder est un long et très raide éboulis, sans chemin, qu’il faut gravir pour pouvoir commencer l’arrête sommitale. Je ralentis le rythme, le terrain est très dangereux car très humide, les petits ruisseaux ont gelé à cause des températures. Je prends mon temps, enfile une doudoune à mi chemin de la Devil’s Ladder, et me rapproche de la sortie. Le vent gronde au dessus, la dernière partie de l’ascension du Carrauntoohil s’annonce difficile. Quelques minutes plus tard, je sors de la Devil’s Ladder, tourne à droite et me lance dans la dernière partie de l’ascension. J’essaye de relancer le rythme, cause perdue : même si le terrain n’est pas raide, de nombreux névés de neige m’empêchent d’allonger la foulée. Le vent souffle très fort, je suis trempé. Je commence à ressentir le froid aux pieds et aux mains,et un brouillard très épais m’empêche de voir à plus de 10 mètres, et pourtant je suis seulement à 1000 mètres d’altitude ! Je ne m’attendais pas à de telles conditions...

Enfin ! Quelques minutes après avoir quitté l’échelle du diable, j’aperçois la grande croix métallique de 3 mètres de haut, dominant le sommet. Quelques foulées supplémentaires pour la rejoindre: Je viens de réussir l’ascension du Carrauntoohil, plus haut sommet d’Irlande. Le vent souffle très fort, et il fait froid. Je prends rapidement quelques photos du sommet, avec mon petit panda, devant la croix, et je commence rapidement la descente. Je croise 2 irlandais en pleine ascension, leur dire bonjour, et je rejoins la Devil’s Ladder que je descends très prudemment. Une glissade, deux glissades.. Le terrain est très dangereux et très glissant. Une fois en bas, j’enlève la doudoune, et je m’élance pour les 12 derniers kilomètres, heureux et peu fatigué. Je passe à nouveau entre le Lac Gouragh et le lac Callee, et retrouve ma voiture après une descente bien gérée. Temps total : 4h49 pour 55 kilomètres et peu de dénivellée. Un dernier regard vers le sommet, toujours dans les nuages. Je n’aurai pu admirer le paysage, une des conséquences de faire l’ascension du Carrauntoohil début décembre !

Après avoir rejoins ma voiture, j’enfile des vêtements chauds, une grande bouteille d’eau, quelques étirements avant de commencer un long trajet vers Newcastle, ville de départ de la deuxième ascension, en Irlande du Nord, quelques centaines de kilomètres plus loin. Je m’arrete rapidement dans une petite épicerie vers Killarney, fait le pleins de barres de céréales et de boissons, et commence un long chemin inverse vers le sommet suivant ! Comme à l’aller, le voyage se passe très bien. Les routes sont en très bonne état. Quelques kilomètres de bouchon à proximité de Dublin mais rien de plus à signaler. La nuit tombe… je m’arrete régulièrement sur de petites aires d’autoroutes pour me dégourdir les jambes et prendre l’air. Et enfin… après de nombreuses heures de route, je passe la frontière entre les deux Irlande, et rejoins l’Irlande du nord. Une chose est sur, je viens de rentrer au royaume uni : la livre sterling à remplacée l’euro, et les réseaux de communications ont changés depuis le passage de la frontière. Je quitte l’autoroute principale menant à Belfast, au Nord du pays, pour prendre la direction de Newcastle. La fatigue commence à venir… l’enervement aussi. Les routes sont de plus en plus petites et sinueuses. Mais je parviens, après un long voyage, à rejoindre enfin newcastle, ville se situant au pied du Slieve Donard.

Un gros petit déjeuner dans une jolie auberge de jeunesse pour prendre des forces ! La deuxième boucle de 53 kilomètres va être épuisante. Je ressens des courbatures de la veille, et commence à être fatigué par l’effort d’hier et la route de cette nuit. Je dépose ma voiture au Donard Park, à proximité du bord de mer et m’élance à l’assaut du Slieve Donard, point culminant d’Irlande. Je cours le plus doucement possible en ce début de parcours. Il fait froid, malgré un beau soleil, et pour le moment peu de vent. Je continue mon chemin aux pieds des montagnes de Mourne, immense et long massif montagneux granitique situé dans le nord-est de l’île d’Irlande, et au sud-est de l’Irlande du Nord. Je suis un perdu et engourdi pendant les premièrs kilomètres. Je me perds une première fois, puis une deuxième fois, devant rebrousser chemin dans les 2 cas. J’alterne course à pieds sur le plat et les descentes, et marche pendant les montées. Et au bout de 2 heures 45 d’effort, j’aperçois le magnifique Wall of Mourne, un muret de pierres qui traverse la totalité des Mourne Mountains : Une véritable merveille !

Je suis fatigué, j’ai mal aux jambes et j’ai faim : Les derniers kilomètres vont êtres douloureux. Meme les grosses tetes dans mon MP3 ne parviennent pas à m’occuper l’esprit et me calmer 😉 Je continue de courir le long du Wall Of Mourne, et commence la dernière montée vers le sommet du Slieve Donard. En quelques minutes, je suis en haut du plus haut sommet d’Irlande du Nord. Le vent souffle très fort, je m’abrite derrière un muret pour me changer et me ravitailler. Je ne suis pas seul au sommet. Je rencontre et fait connaissance d’ un Irlandais très sympathique, résidant à Newcastle, qui gravit ce sommet toutes les 2 semaines ! Une petite discussion, et sentant une grande fatigué montée, je commence tranquillement la descente et retourne au parking 18 kilomètres plus loin : J’arrive après 5h10 d’efforts pour 53 kilomètres. Les jambes me brulent et j’ai mal au dos! Temps total : 21 heures 49, je suis ravi ! Les prochaines 24 heures vont se résumer à dormir, manger, visiter la ville, boire du Whisky et même fumer le cigare avec Francis O’Connor, un irlandais de 68 ans rencontré sur place, d’une gentillesse extrême. Je m’installe le soir dans l’auberge de jeunesse ou j’ai pris le petit déjeuner le matin meme! Un lit confortable…. Je visite la ville avant d’aller dormir, dégustes quelques spécialitées locales accompagnées de bières, et plonge dans un profond sommeil!

Lundi 2 : Jours de repos et de détente sur Newcastle puis Dublin. Newcastle est une ville merveilleuse, partagée entre le bord de mer et les montagnes. Après quelques souvenirs achetés et quelques photos, je prend la direction de dublin pour prendre mon avion en fin d’après midi. Une superbe aventure se termine, où j’aurai allongé encore un peu ma liste des sommets réussis. Je suis également très heureux, car j’ai bien encaissé mentalement et physiquement, le kilométrage très important sur l’ensemble des 2 sommets. Je reviendrai pour visiter ces 2 pays, c’est une certitude. J’ai été frappé par le calme et la beauté des paysages, et par la gentillesse et de ses habitants !

Je grimpe dans l’avion lundi en fin d’après midi pour retourner en France, des souvenirs pleins la tête, et des nouveaux rêves de sommets !
Et un immense merci au décathlon Albertville pour ce beau partenariat! Merci pour ces beaux et très efficaces produits!
Fiches techniques des sommets reussis:
Carrauntuohill: Point culminant d’Irlande, 1038 mètres. Situé dans le massif des Macgillicuddy’s Reeks.
Coordonnées: 51° 59′ 56″ N 9° 44′ 34″ O51° 59′ 56″ Nord 9° 44′ 34″ Ouest
Slieve Donard: Point culminant d’Irlande du Nord, 850 mètres. Situé dans le massif des Montagnes de Mourne.
Coordonnées: 54° 10′ 44″ N 5° 55′ 08″ O54° 10′ 44″ Nord 5° 55′ 08″ Ouest