(MAJ LE 25/11/2018) Le manque de neige dans nos montagnes devient inquiétant… Les dernières chutes ont été insuffisantes, et de nombreuses stations de ski de basse altitude ne pourront pas ouvrir pour les vacances de Noël. Ou alors, que quelques pistes seulement. Croisons les doigts pour que la neige arrive rapidement et en grande quantité, et pour que l’hiver soit bon.

Comment bien choisir ses chaussures de ski alpin? 

Je continue aujourd’hui à vous donner quelques conseils pour bien choisir vos équipements pour les sports d’hiver. Place dans cet article à des conseils pour vous aider à bien choisir vos chaussures de ski alpin. Bien choisir sa chaussure de ski est une décision qui peut s’avérer complexe pour certains, mais qui doit répondre à quelques critères et à quelques questions que vous devez impérativement vous poser. Certains termes sont également à bien maîtriser et à bien comprendre.

Introduction: selon moi, bien choisir sa chaussure de ski alpin, c’est essayer le plus de chaussures possible avant votre achat. Il existe une multitude de modèles, avec des spécificités bien différentes. Le confort est très différent d’une chaussure à l’autre en fonction de la forme de votre pied, de la disposition des orteils, de la largeur des métatarses, et de la forme de la voûte plantaire. Vos pieds auront des affinités avec certains modèles, et non avec d’autres. Il est très important de choisir une chaussure qui correspondra parfaitement à vos pieds pour un maximum de sécurité sur les pistes et surtout pour un bon confort. En effet, une chaussure adaptée à votre pied et à votre niveau de ski vous permettra de skier en sécurité et en confiance, tout en vous faisant plaisir et sans douleur! Voilà pourquoi venir essayer dans les magasins spécialisés des chaussures de ski est indispensable avant tout achat !

N’hésitez pas à essayer quatre à cinq modèles, de gammes différentes, et même différents modèles à l’intérieur d’une même gamme! Lorsque je conseille des clients au magasin du Vieux Campeur d’Albertville où je travaille, je fais essayer régulièrement trois à quatre modèles de chaussures de ski alpin pour trouver un produit adapté, confortable et répondant aux besoins des clients! Premier conseil primordial: essayez un maximum de chaussures!

Avant de vous orienter vers l’essayage des chaussures de ski, certains thèmes doivent cependant être maîtrisés. Ils vous aideront à vous orienter sur la bonne gamme de produits. Selon moi le premier critère est celui du Flex de la chaussure!

1.Le Flex de la chaussure:

Le Flex d’une chaussure de ski est l’indice de rigidité de la chaussure. Plus le Flex est important, plus la chaussure de ski sera rigide. Et à l’inverse, plus l’indice de Flex sera bas, plus la chaussure sera souple. Le Flex d’une chaussure se choisit en fonction de votre niveau: il est conseillé aux bons skieurs recherchant de la vitesse et de la performance de prendre une chaussure avec un Flex fort, entre 90 et 110. Il est conseillé aux skieurs débutants de choisir un indice de Flex situé entre 70 et 90. Pour les excellents skieurs recherchant de la vitesse ainsi qu’une possible pratique en compétition, il est conseillé un indice de Flex entre 120 et 150. Attention, les indices de Flex ne sont pas les mêmes entre les marques ni même entre les modèles. Le Flex n’est pas normé, et n’est pas une valeur universelle.

L’indice de Flex d’une chaussure n’est pas une norme standardisée. Un Flex 90 chez rossignol ne sera pas le même qu’un Flex 90 chez Salomon. Cela montre l’importance de bien essayé ses chaussures de ski et d’essayer plusieurs modèles! L’indice de Flex se choisit en fonction de quelques critères: le poids du skieur, son niveau de ski, son type de pratique (piste ou hors-piste), sa position sur les skis… Pour les skieurs skiant exclusivement sur piste, il est conseillé de prendre un indice de Flex plus important que pour les skieurs skiant en hors-piste. Note: le Flex d’une chaussure est la conséquence directe d’une coque plus ou moins rigide. Les coques fabriquées sont en polyuréthane, en polyéther, en polypropylène, en polyéther avec du laminé de Carbone… Les matériaux de fabrication sont divers et variés, et ce sont eux qui ont une incidence sur la rigidité d’une chaussure. Note II: les indices de rigidité sont inscrits sur les coques de chaussures, et sont également présents dans 95% des noms des chaussures. Exemple: la Lange RS 110 a un Flex de 110, la Head Raptor 115 a un Flex de 115, la Rossignol Kiara Sensor 50 a un Flex de 50…

2.La largeur de la chaussure:

La largeur de la chaussure au niveau des métatarses est le deuxième critère le plus important. Avant d’essayer vos chaussures de ski, mesurer votre pied à l’aide d’un pédimètre pour trouver votre pointure et surtout votre largeur de pied au niveau des métatarses, entre la tête du premier et 5ème méta. Les chaussures de ski n’ont pas la même largeur: vous devez donc choisir votre chaussure en fonction de votre largeur de pied! Les chaussures les plus larges du marché aujourd’hui ont des valeurs entre 104 et 106 millimètres de largeur. Les chaussures les plus étroites peuvent descendre jusqu’à 92 mm de largeur. Les chaussures de ski alpin étroites au niveau des métatarses donneront une meilleure précision au skieur. Mais skier dans une chaussure trop étroite par rapport à sa largeur de pied peut tourner au cauchemar. Et inversement, skier dans une chaussure trop large où le pied n’est pas tenu est horrible.

Note: aujourd’hui en 2018, de nombreuses chaussures de ski alpin sont équipées de chausson thermoformables, et parfois même de coques ajustables. Dans ce cas-ci, il est possible de thermoformer le chausson, et de le travailler. Donc, de l’élargir. Au même point que la coque. C’est pour cette raison que la fameuse X-PRO de la marque Salomon est donnée entre 100 et 106mm de largeur, le 106mm correspondant à la largeur maximale de la coque après travail du chausson et de la coque. Je vous conseille cependant de bien respecter la valeur d’origine de la largeur de la chaussure…

3.La position marche / ski:

La position marche/ski, appelée différemment entre les marques, est un système permettant au skieur de changer l’indice de Flex de la chaussure, et de donner du débattement à la chaussure en position marche. En position « ski », la chaussure possède l’indice de Flex marqué sur la coque. La chaussure est alors rigide et adaptée pour la descente. En position « marche » la chaussure est beaucoup plus souple car le collier est déverrouillé. La chaussure gagne en débattement. Le débattement d’une chaussure de ski est sa capacité à aller sur l’avant et sur l’arrière…

À l’origine, ce système était proposé aux skieurs pratiquant le freeride, et ayant besoin d’une chaussure permettant de marcher confortablement au-dessus d’une remontée mécanique, pour aller trouver une nouvelle pente de poudreuse. Ce système a ensuite été élargi aux skieurs pratiquant le ski de randonnée. Aujourd’hui, ce système est ouvert au grand public pour des skieurs voulant un maximum de confort, que ce soit  pour aller manger au restaurant, traverser le parking, patienter dans la file d’attente des remontées mécaniques… Toutes ces activités sont plus agréables à faire lorsque la chaussure est déverrouillée, et qu’elle a de la souplesse. Ce système est de plus en plus présent sur les chaussures. Il faut cependant noter qu’un système ski&marche « casse un peu » le Flex annoncé d’une chaussure de ski alpin. Car pour insérer ce système, la coque est fendue, contrairement à une chaussure classique qui est construite en monocoque.

Quelques critères secondaires sont également à prendre en compte:

Le nombre de crochets (3 ou 4): les chaussures à quatre crochets donneront plus de rigidité à la chaussure, et un meilleur maintien tibial. Les chaussures à trois crochets sont conseillées pour les skieurs recherchant un très bon confort au niveau du tibia et pour les skieurs débutant ou pratiquant le « ski loisir ». Pour les skieurs réguliers et performants, les 4 crochets sont impératifs et obligatoires.

Chausson thermoformable: les chaussons thermoformables permettent d’adapter le chausson de la chaussure à la forme exacte du pied du skieur. Le principe est simple: le chausson, équipé en canaux d’air, est chauffé en soufflerie pendant 10 minutes, puis installé au pied du skieur. Lorsque le chausson refroidit, il prend la forme exacte du pied. Cela permet d’avoir un chausson ajusté, un pied calé dans la chaussure, et de supprimer quelques douleurs aux pieds après une journée de ski. Attention: 95% des bonnes chaussures de ski sont équipées de chausson thermoformables, mais ces chaussons ne sont pas tous thermoformables à 100%. Certains chaussons ne peuvent être modifiés qu’à 30%, 40%, 70%… Les chaussons personnalisables à 100% sont dans les chaussures les plus chers et les plus performantes du marché. Par exemple, un chausson thermoformable à 30% ne pourra être modifié qu’au niveau des malléoles et des métatarses.

Coque thermoformable: le même système que pour le chausson thermoformable, mais dans ce cas-ci, c’est la coque de la chaussure qui est travaillée et modifiée. La coque thermoformable la plus célèbre est la Custom Shell de Salomon. La coque est chauffée en four, le polyuréthane se détend, s’assouplit, ce qui permet ensuite de le modifier et de l’ajuster au pied du client, surtout dans les endroits sensibles (métatarses et malléoles). Note: comme je le dis souvent, thermoformer/déformer une coque de chaussure de ski alpin qui n’est pas faite pour, n’est pas conseillé. En agrandissant la coque en largeur (au niveau des métas) par exemple, la coque va avoir tendance à se raccourcir légèrement dans le sens de la longueur. Ceci est totalement logique… Faites donc très attention si vous êtes limités également au niveau de la longueur de la chaussure. Les coques déformables/thermoformables sont spécifiquement faites pour. Au niveau de la déformation, la coque est plus épaisse et plus souple. Les meilleures coques modifiables du marché sont les Custom Shell de Salomon et les InfradRed de Nordica.

Crochet micromètrique: les crochets micrométriques permettent de régler précisément les crochets sur le collier de la chaussure pour permettre au skieur d’avoir une chaussure adaptée parfaitement à sa pratique. Les crochets micrométriques équipent aujourd’hui 98% des meilleures chaussures de ski alpin du marché.

Quelques modèles coup de cœur: Speemachine 110 & 120 (Nordica), Hawx Ultra 110 S et Hawx Prime 110 (Atomic), Allspeed pro 120 (Rossignol), SX 130 et RS 130 (Lange), Recon 100 (K2), RC4 CURV 110 et RC PRO 110 (Fischer), QST PRO (Salomon)…

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aidera dans l’achat de vos futures chaussures de ski alpin. Je me tiens à dispositions pour plus de renseignements. Bon hiver à toutes et à tous. À très vite 😉